Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Delcroix Catherine, Ombres et lumières de la famille Nour. Comment certains résistent face à la précarité

Stéphane de Tapia
p. 197-198
Référence(s) :

Delcroix Catherine (2013) Ombres et lumières de la famille Nour. Comment certains résistent face à la précarité (nouvelle édition), Paris, Petite Bibliothèque Payot, 302 p., ISBN : 978-2-228-90849-8

Texte intégral

1Préfacé par Françoise Lorcerie et augmenté d’une nouvelle postface de l’auteur, sorte d’épilogue faisant le bilan des aventures post-édition initiale (2001), heureuses ou souvent malheureuses des membres de la famille Nour, ce petit ouvrage qui en est à sa troisième édition (2001, 2005, 2013) nous raconte la vie quotidienne d’une famille immigrée d’origine marocaine en France, évidemment sous un nom d’emprunt et sur un site non précisé, emblématique de ce que le jargon médiatico-politique nomme les « quartiers », par ce curieux glissement de sens qui caractérise beaucoup de faits socio-politiques. L’auteure, sociologue française d’origine bruxelloise, a réussi, comme le souligne Françoise Lorcerie, à écrire une sorte de « roman vrai » qui par certains côtés mériterait d’être transcrit en scénario cinématographique. La famille « Nour », pseudo-patronyme signifiant « lumière » en arabe, rappelle également Françoise Lorcerie, est réellement emblématique d’une réalité quotidienne que l’on peut côtoyer tous les jours et partout, non seulement en France, mais probablement dans une très grande partie de l’Europe post-industrielle ; elle pourrait être d’origine turque en Allemagne ou en Suède, pakistanaise ou bengladeshie en Grande-Bretagne, mais pourquoi pas mexicaine ou portoricaine aux États-Unis, haïtienne ou marocaine au Canada. Les variables nationales (au sens de pays d’origine) ou religieuses (ici, musulmanes) peuvent être mobilisées par certains des membres de la famille suivie – on pourrait presque ici parler de cohorte dans la mesure où le travail s’est poursuivi sur plus de quinze années –, peut-être plus encore par l’extérieur, mais au final elles n’apparaissent jamais essentielles. Il s’agit bien ici d’une famille rurale, oscillant entre conservatisme traditionnel de la communauté du village de montagne marocain et découverte de la modernité citadine européenne, qui, tant bien que mal, tente, au prix de grandes souffrances et de difficultés incessantes de s’intégrer dans une société urbaine occidentale. On pourrait reprocher à l’auteure de recourir aux poncifs de l’intégration : Djamila, la mère courageuse, et Leïla, la fille travailleuse et volontaire, s’opposent aux personnages falots ou déviants que sont Amin le père, Rachid, Djamel, Driss et Toufik. Toufik, le petit dernier et Fatiha, la petite sœur (qui elle aussi travaille bien à l’école), se trouvent en position intermédiaire. Or les garçons sont pris entre leur rôle traditionnel de garçon dans une société patriarcale et leur situation d’enfants d’immigrés dans une société démocratique, mais souvent plus de façade dès lors que l’on est immigré ou réfugié, en tous cas d’origine étrangère. Or mère et filles sont prises dans leur rôle féminin de transmission de la stabilité, de la mesure en toute chose. La notion d’intégration est ici sévèrement mise à mal par le vécu quotidien de personnages dont le plus grand défaut est sans doute leur désespérante « normalité ». Ils ne sont ni exceptionnels, ni héroïques, ni malfaisants, ils essaient tout simplement de vivre décemment et parfois de s’autoriser à rêver à un avenir meilleur, la raison essentielle de la présence en France ou en Europe de leurs parents !

2Le bilan de l’auteure, et peut-être plus encore son épilogue, laisse au lecteur un sentiment étrange, celui d’un gâchis assez scandaleux, touchant des personnes modestes, et plus encore leurs enfants dont le défaut principal est d’être d’origine maghrébine dans une société française qui n’est pas celle qu’elle prétend être en matière d’intégration. Les acteurs positifs ne sont pourtant pas absents : enseignant-e, travailleur social, simple voisin-e de palier, etc., mais leur action, qui peut être décisive sur un dossier, à un moment, ne suffit pas à gommer ce sentiment dérangeant. La famille Nour est sans aucun doute emblématique de beaucoup de familles immigrées et de leurs descendants, en France ou ailleurs ; ses membres finiront probablement par réellement s’intégrer économiquement et socialement, mais à quel prix, avec quels dommages collatéraux ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Delcroix Catherine, Ombres et lumières de la famille Nour. Comment certains résistent face à la précarité », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/6828

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

CNRS, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page