Navigation – Plan du site
Articles

Parcours dans un paysage flottant de frontières

A Journey in a Floating Borderland
Un viaje en un paisaje flotante de fronteras
Michel Agier
p. 13-23

Résumés

Une bonne part du malaise contemporain vient du fait qu’avec la mondialisation humaine, avec le développement des circulations dans des périmètres toujours plus vastes, vers des points plus éloignés et des mobilités plus fréquentes, les situations de frontière sont plus nombreuses, plus complexes, alors que les personnes engagées dans ces situations y sont peu ou pas préparées. Faute de savoir identifier ces situations, nous risquons tous ensemble de perdre de vue l’importance voire la centralité qu’elles occupent dans la « fabrication » du monde. La description de trois lieux urbains de frontière (un quartier d’étrangers à Lomé au Togo, un campement de migrants à Patras en Grèce, un squat de réfugiés et migrants à Beyrouth au Liban) nous permet d’entrer dans ce paysage de frontières, incertain et inachevé.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Borderland. La frontière comme paysage
Le zongo de Lomé, cinq fois à la marge
Le campement des migrants de Patras, sur la frontière
Gaza Hospital (Sabra, Beyrouth), le squat entre le camp et la ville
Conclusion : la frontière, le dehors et le sujet

Aperçu du texte

Je m’interrogerai dans cet article sur ce que peut être, du point de vue des terrains ethnographiques, un paysage de frontières, ou sur le fait de savoir en quoi les frontières peuvent finir par former des paysages. Je préciserai d’abord le sens des deux principaux termes de cette proposition : paysage et frontière. Avec le « paysage », je cherche à inclure les observations localisées dans un ensemble plus vaste sans réduire la force de chaque situation observée. Le terme est devenu familier aux anthropologues après qu’Arjun Appadurai l’ait utilisé pour conceptualiser la perception de réseaux, de flux ou de « nébuleuses » existant à l’échelle globale, au-delà des cadres locaux. Selon lui, le terme de « paysage », dans un usage métaphorique (-scape), aurait défini idéalement les mondes des capitaux, du progrès technologique et industriel, des communications, des idées ou des groupes humains, tous largement délocalisés (Appadurai, 2005). Mais l’intérêt de la notion a été d’emblée rédu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agier Michel (2014) Parcours dans un paysage flottant de frontières, Revue Européenne des Migrations Internationales, 30 (2), pp. 13-23.

Référence électronique

Michel Agier, « Parcours dans un paysage flottant de frontières », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://remi.revues.org/6845

Haut de page

Auteur

Michel Agier

Anthropologue, Directeur de recherche IRD, Directeur d’études EHESS, IIAC-Laboratoire d'anthropologie urbaine, EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris ; michel.agier@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page