Navigation – Plan du site
Articles

Négocier sa place chez l’autre. Les migrants dans les espaces palestiniens à Beyrouth

Negotiating a Place. Migrant Workers settle in Beirut’s Palestinian Spaces
Negociar su lugar en territorio ajeno. Inmigrantes en espacios palestinos de Beirut
Assaf Dahdah
p. 25-47

Résumés

Au Liban, les migrants originaires d’Afrique et d’Asie s’inscrivent dans le cadre d’une mobilité économique contractualisée. Analyser leur place dans la capitale Beyrouth dépasse cependant le seul cadre professionnel pour interroger également leurs stratégies spatiales, plus particulièrement dans les marges de la ville où ils parviennent à s’installer. Entre opportunités et contraintes, appropriation spatiale et hiérarchie sociale, leurs trajectoires résidentielles et leur accès à des centralités marchandes informelles révèlent leur capacité à être malgré tout acteur de leur mobilité. Concomitamment, la présence de ces nouveaux locataires et commerçants révèle et participe à la transformation des espaces palestiniens concernés, secteurs précarisés en transition entre camp de réfugiés et ville. Ces processus sont abordés dans cet article à partir d’une étude empirique du camp Mar Elias et du quartier de Sabra.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

De la migration contractualisée au camp palestinien
Les travailleurs migrants sur le marché du travail libanais
Chercher refuge dans les marges urbaines
Trajectoires résidentielles et marché locatif à Mar Elias
Contraintes et opportunités résidentielles dans un camp
Discrimination et rente immobilière en temps de crise
Place marchande et marchandage des places
Le marché bangladais de Sabra
À chacun sa place : négocier la présence de l’autre dans des espaces sous tension
Conclusion

Aperçu du texte

Aborder la géographie palestinienne de Beyrouth signifie généralement l’étude des camps et de leurs populations caractérisées par l’exil (Doraï, 2006) : une histoire qui oscille entre l’altérité fraternelle, les conflits et le « présent sans fin » de l’exode (Agier, 2012). Espaces de relégation, les camps palestiniens se sont pourtant progressivement transformés en quartiers beyrouthins des marges de la ville, certes partiellement intégrés dans le tissu urbain qui compose la première couronne de la capitale libanaise. De cette situation ambivalente entre camp et quartier naît une tension : d’un côté une identité palestinienne encore profondément animée par l’exode et la résistance (Al Husseini, 2012), dont les camps restent des « géosymboles » (Bonnemaison, 2000) ; de l’autre, un processus de dilution de ces enclaves dans une ville dont ils ne semblent plus être que des quartiers parmi d’autres, même s’ils restent perçus comme les « espaces des autres » (Agier, 2013 : 72). Cette tra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dahdah Assaf (2014) Négocier sa place chez l’autre. Les migrants dans les espaces palestiniens à Beyrouth, Revue Européenne des Migrations Internationales, 30 (2), pp. 25-47.

Référence électronique

Assaf Dahdah, « Négocier sa place chez l’autre. Les migrants dans les espaces palestiniens à Beyrouth », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/6859

Haut de page

Auteur

Assaf Dahdah

Doctorant et ATER en géographie, Aix-Marseille Université/CNRS, Telemme (UMR 7303), 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2 ; assaf.dahdah@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page