Navigation – Plan du site
Articles

Passages de frontières des Palestiniens du Liban : de refuges en migrations

Crossing Borders: Palestinians Refugees in Lebanon from Refugees to Migrants
Cruces de fronteras de los palestinos de Líbano: de refugios en migraciones
Nicolas Puig
p. 49-67

Résumés

À partir d’une analyse des pratiques de mobilités des réfugiés palestiniens au Liban, l’auteur décrit les dimensions relationnelles du passage de différentes frontières territoriales, sociales et culturelles. Ce sont les barrages de l’armée libanaise à l’entrée d’un camp de réfugiés, les routes clandestines vers la Grèce et les relations avec les autorités et certains des habitants de la capitale de ce pays. Autant de passages problématiques au cours desquels les réfugiés-migrants sont amenés à s’ajuster à la situation dans le cadre d’interactions que l’on peut qualifier d’asymétriques : échanges avec un soldat, un passeur, des gardes-frontières ou encore des citadins athéniens. L’auteur cherche à répertorier les réponses aux assignations identitaires et aux injonctions à justifier de leur présence que les réfugiés apportent lors de ces passages et à dégager le point de vue qu’ils développent plus généralement sur leur position entre refuges et migrations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Premier passage : barrages militaires et assignations identitaires
La situation dans le camp de Nahr al-Bared
Le checkpoint comme lieu d’une rencontre asymétrique
Deuxième passage : traversées vers la Grèce
« Arches de Noé » de la précarité
Des vaches et des hommes
Troisième passage : les écueils de la ville lointaine
Khalil : l’expérience de l’impudeur
Nizar : l’expérience du racisme
Conclusion : de refuges en migrations

Aperçu du texte

« Je suis parti à Athènes ; c’est-à-dire, que dire… L’enfermement d’une prison, c’était l’équivalent d’une grande prison ; Athènes était comme une grande prison. L’anarchie totale, mais tu ne pouvais pas travailler, tu ne peux pas travailler ; tu ne connais personne avec qui tu peux travailler. […] Mon avion était, disons à 11 heures, je suis arrivé au Liban à 13 heures et quelques. Je me suis dit : “c’est la première fois que je prends l’avion”. Mon Dieu, toute cette souffrance que j’ai endurée à l’aller, tout ça, nous avions frôlé la mort en arrivant en Grèce ; et à la fin, en 1 h 45, tu es au Liban ; vraiment, c’est quelque chose ! Sérieusement, c’est perturbant » (Baha, Nahr al-Bared, Liban, 2011).

Cet article s’intéresse à une population rejetée à la marge de la société qui l’accueille depuis 1948. À cette date intervient l’exode de près de 700 000 Palestiniens dont 100 000 se fixent durablement au Liban. Pris en charge par un organisme de l’ONU dédié à leur cas, l’UNRWA (United...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Piug Nicolas (2014) Passages de frontières des Palestiniens du Liban : de refuges en migrations, Revue Européenne des Migrations Internationales, 30 (2), pp. 49-67.

Référence électronique

Nicolas Puig, « Passages de frontières des Palestiniens du Liban : de refuges en migrations », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/6882

Haut de page

Auteur

Nicolas Puig

Anthropologue, chargé de recherche IRD, URMIS (CNRS UMR 8245 - IRD UMR 205 - Universités Nice Sophia Antipolis et Paris Diderot), Case 7027, 75205 Paris cedex 13 ; nicolas.puig@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page