Navigation – Plan du site
Articles

Vivre sur, vivre de la frontière : l’après transit en Mauritanie et au Mali

Living on the Frontier: Post-transit in Mauritania and Mali
Vivir en, vivir de la frontera: el postránsito en Mauritania y Mali
Jocelyne Streiff-Fénart et Philippe Poutignat
p. 91-111

Résumés

Cet article porte sur la situation des migrants « de transit » qui sont restés dans le pays traversé. Il prend comme lieux d’observation les villes de Nouadhibou en Mauritanie et Bamako au Mali. Trois études de cas présentent des façons très différentes de convertir l’expérience de la migration en capital social et de tirer profit de la vie sur la frontière. Elles ont cependant en commun le branchement sur des réseaux transnationaux. À Nouadhibou, un dispositif de commerce à longue distance et un réseau religieux ; à Bamako, la nébuleuse des organismes de gestion, d’accueil et d’assistance aux migrants. Dans ce dernier cas, en contrepoint des trajectoires individuelles exposées en premier lieu, les auteurs proposent l’analyse d’une mobilisation collective formée autour de la solidarité entre résidents du « ghetto » des « refoulés d’Afrique Centrale ». Ils examinent tout particulièrement son insertion dans le champ associatif sur la migration irrégulière.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

S’installer sur la frontière
Itinéraires d’après transit à Nouadhibou
Adam : les hauts et les bas d’une carrière d’entrepreneur sur la frontière
Guillaume : une figure de l’aventurier simmelien
Du refoulé au notable associatif, la professionnalisation de l’aventure à Bamako
Faire entendre la voix des sans voix : le champ associatif à Bamako
De la solidarité du ghetto à l’institutionnalisation de l’accueil
Conclusion

Aperçu du texte

Cet article porte sur la situation des migrants « de transit » qui sont restés dans le pays traversé, en prenant comme lieux d’observation les villes de Nouadhibou en Mauritanie et Bamako au Mali dans lesquelles nous avons eu l’occasion de mener des enquêtes prolongées, permettant le suivi des trajectoires migratoires. Au cours de séjours annuels successifs depuis 1995 en Mauritanie et 2008 au Mali, nous avons recueilli un très vaste corpus d’histoires de vie, de récits de voyage, de discussions de groupes et mené sur chaque terrain des observations in situ des interactions entre les migrants ou entre eux et les autres acteurs : ONG, organismes de gestion des migrations, membres des sociétés locales, voisins, propriétaires, employeurs. C’est à partir de la confrontation de ces points de vue, des tensions qui les traversent, des prescriptions normatives ou des revendications de reconnaissance qu’ils expriment, que nous avons tenté d’appréhender la spécificité de l’expérience migratoi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Streiff-Fénart Jocelyne et Poutignat Philippe (2014) Vivre sur, vivre de la frontière : l’après transit en Mauritanie et au Mali, Revue Européenne des Migrations Internationales, 30 (2), pp. 91-111.

Référence électronique

Jocelyne Streiff-Fénart et Philippe Poutignat, « Vivre sur, vivre de la frontière : l’après transit en Mauritanie et au Mali », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/6911

Haut de page

Auteurs

Jocelyne Streiff-Fénart

Directrice de recherche CNRS, URMIS (CNRS UMR 8245 - IRD UMR 205 - Universités Nice Sophia Antipolis et Paris Diderot), MSHS Campus Saint Jean d’Angely, 3 boulevard François Mitterrand, 06357 Nice cedex 4 ; streiff@unice.fr

Articles du même auteur

Philippe Poutignat

Chercheur CNRS, URMIS (CNRS UMR 8245 - IRD UMR 205 - Universités Nice Sophia Antipolis et Paris Diderot), MSHS Campus Saint Jean d’Angely, 3 boulevard François Mitterrand, 06357 Nice cedex 4 ; poutigna@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page