Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Achón Rodríguez Olga, Importando miseria

Thibaud de Fortescu
p. 231-232
Référence(s) :

Achón Rodríguez Olga (2011) Importando miseria, Madrid, Catarata, 229 p., ISBN : 978-84-8319-621-2

Texte intégral

1Le livre d’Olga Achón est issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2011 à l’Université de Barcelone et portant sur le recrutement en origine des travailleurs immigrés mis en place par le syndicat Unió de Paguesos (UP) dans la province de Lérida (Catalogne). L’ouvrage, divisé en trois chapitres, démontre de quelle manière un système est mis en place avec l’aval de l’État afin d’importer de la main-d’œuvre et d’exercer un contrôle strict sur les travailleurs une fois sur place, tout cela dans un contexte général d’organisation des migrations internationales. L’auteure, qui a travaillé pour le syndicat avant de commencer sa thèse, s’appuie sur une enquête de terrain étayée par de nombreux témoignages, que ce soit du côté des immigrés, du syndicat ou des responsables publics.

2Le premier chapitre aborde les origines du système et notamment l’ensemble des dispositifs législatifs qui en ont permis l’émergence. L’auteure rappelle que la première initiative de recrutement en origine (système permettant à un organisme de faire venir des travailleurs sur la base d’un contrat précis tout en ayant l’assurance qu’ils repartent une fois le contrat terminé) date de 1999, avec le recrutement de trente-cinq travailleurs colombiens. C’est cette même année que fut signé le « Protocole additionnel à l’accord de collaboration pour l’organisation des migrations intérieures dans les diverses campagnes agricoles d’emplois temporaires » par le ministère du Travail et des Affaires sociales et l’ensemble des organisations agricoles. Ce chapitre présente un grand intérêt, car il nous rappelle que les travailleurs font face à de réelles difficultés pour se libérer des conditions de travail parfois précaires. Le statut juridique accepté, de fait, en signant leur contrat, ne leur permet pas d’exercer certains droits et il est, par exemple, impossible d’abandonner le travail ou de choisir son employeur. UP impose des conditions qui influent sur la vie privée des travailleurs, comme l’obligation de résider dans le logement attribué, d’abandonner son emploi ou de retourner dans son pays à la fin du séjour ; conditions toutes incluses dans le contrat. L’auteure rappelle l’ambiguïté du rôle du syndicat qui est à la fois syndicat et fonction publique. En tant que syndicat il n’a donc pas de pouvoir disciplinaire spécifique, puisque son rôle d’administration lui permet déjà de faire peser une menace d’expulsion. Olga Achón rappelle toutefois que l’expulsion est assez peu appliquée, mais qu’à l’inverse les déplacements de travailleurs d’un site à l’autre sont fréquents, de façon à trouver une alternative aux problèmes et surtout, à ne pas perdre d’argent. En effet, la fugue ou l’abandon de poste d’un travailleur mettrait le système en échec.

3Le deuxième chapitre – le plus court de l’ouvrage – consiste essentiellement en un retour historique, à la fois sur les lois espagnoles et européennes, avec une attention particulière portée au système prussien qui concernait des travailleurs polonais. Au fur et à mesure de l’augmentation du phénomène migratoire, l’État a consenti à la présence de travailleurs étrangers en situation irrégulière, car ils représentent la main-d’œuvre idéale, car rentable et docile, au sein d’un marché du travail segmenté. Cependant, la figure de l’étranger irrégulier pose problème, notamment dans le cadre européen, car elle est perçue comme facteur de désordre et créatrice de peurs. C’est pourquoi l’État a mis en place des politiques publiques visant, entre autres, à éradiquer cette figure de l’espace public. L’auteure s’empresse donc d’effectuer un retour sur les législations passées et en cours. Elle démontre que l’exploitation des travailleurs temporaires ne constitue pas en tant que telle une nouveauté et que, par conséquent, le système en cours en Catalogne peut aussi s’apparenter à un système archaïque.

4Le troisième et dernier chapitre est centré sur la question du logement, élément clé de l’analyse, car c’est par ce biais que UP exerce le plus fortement son pouvoir et met en place un mode de contrôle du travailleur. La figure du responsable de logement est extrêmement importante, car ces personnes contribuent à imposer des normes et des fonctionnements contraignants pour le travailleur. Les responsables des logements sont souvent des femmes, diplômées en « éducation sociale » ou « travail social », que l’auteure a tendance à décrire comme faisant preuve de bonne volonté, mais étant contraintes à se plier aux exigences du syndicat. Ce dernier impose des règlements intérieurs très stricts. En effet, le contrôle récurrent de l’hygiène du logement et du travailleur, l’interdiction de l’alcool, l’impossibilité de dormir une nuit à l’extérieur (car cela nuit au travail du lendemain) ou la réglementation des visites contribuent à instaurer un climat de méfiance vis-à-vis des immigrés. L’auteure apporte une attention particulière à décrire les différences entre les deux types de logements existants : privés et publics. Au sein de la première catégorie, il existe deux sous-groupes : ceux appartenant aux petits agriculteurs et ceux des entreprises agricoles. Les premiers sont plus petits et concernent majoritairement des travailleurs étrangers locaux ou vivant dans d’autres régions d’Espagne. Les seconds, ayant des responsables employés par le syndicat, concernent les travailleurs recrutés par le biais de contrats en origine. Les logements publics sont propriétés des mairies ou d’autres administrations. Ils font office de réserve de main-d’œuvre, afin de pallier le manque de travailleurs. C’est ici que le système se déploie avec la plus forte intensité et c’est le type de logement qui convient le mieux à la mise en place d’une circulation constante et systématisée des travailleurs.

5Par sa démonstration, Olga Achón met en lumière l’existence d’un système créateur d’inégalités légitimé par l’État espagnol et l’Union européenne. Tout au long de son travail, l’auteure ne cache pas son orientation et sa critique vis-à-vis du système mis en place par le syndicat et l’État, ce qui tend parfois à rendre le propos un peu moins convaincant (lorsque les travailleurs sont, par exemple, comparés aux esclaves vivant à Rome à l’époque de Caton). L’ouvrage s’avère toutefois être extrêmement riche et ouvre des perspectives de travail intéressantes dans plusieurs disciplines, notamment en géographie (sur la ségrégation socio-spatiale des immigrés) et en psychologie sociale (sur le lien entre les immigrés et les travailleurs sociaux). Les nombreuses références historiques et juridiques contribuent également à replacer ce travail dans un cadre plus large et accentuent la pertinence du propos. Depuis la parution du livre, il conviendrait de connaitre l’impact de la crise économique sur ce système.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud de Fortescu, « Achón Rodríguez Olga, Importando miseria », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/6968

Haut de page

Auteur

Thibaud de Fortescu

Centre de Recherches et d’Analyses Géopolitiques (CRAG - Paris 8), Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page