Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Adjemian Boris, La fanfare du Négus : les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles)

Yann Scioldo-Zürcher
p. 232-234
Référence(s) :

Adjemian Boris (2013) La fanfare du Négus : les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles), Paris, Éditions EHESS, 350 p., ISBN : 978-2- 7132-2415-7

Texte intégral

1Cette étude, issue d’un doctorat en histoire contemporaine réalisé sous la direction de Gérard Noiriel et d’Alessandro Triulzi, portant sur la migration d’Arméniens en Éthiopie, frappe par sa grande originalité. Dans un remarquable style d’écriture, son auteur présente l’histoire d’une migration originale, qui a concerné au plus fort un petit millier de personnes, mais qui est révélatrice des processus de construction de l’État-nation éthiopien depuis la fin du XIXe siècle. Résolument innovante, elle observe les formes de sédentarisation d’une diaspora dans un pays alors hostile à toute présence étrangère.

2L’histoire de cette fanfare, composée d’orphelins du génocide, et invités en 1924 à rejoindre Addis-Abeba par le futur empereur afin de composer sa garde musicale, n’est qu’un prétexte pour une étude sur le temps long de cette migration. En éclairant les relations entre les églises arméniennes et du pays hôte, comme en travaillant sur les routes commerciales du XIXe siècle entre l’Arménie et la Corne de l’Afrique, l’auteur montre comment le champ migratoire s’est structuré pour se développer après les massacres de 1915-1916. Là où un travail de « facture classique » se serait contenté d’une approche par aire géographique, ou d’une étude en termes de « communauty studies », dans laquelle on trouverait une histoire convenue de l’exil, l’auteur mobilise les différents concepts de diaspora, forgés par les disciplines sociologiques et géographiques, pour comprendre l’appropriation des lieux en migration. C’est là un changement de paradigme intéressant : le regard est porté non sur les liens transnationaux des individus en diaspora, mais sur la construction des sédentarités dans les nouveaux espaces d’habitation. En parallèle, l’approche résolument sociohistorique met au jour les dominations politiques qui se sont exercées sur les individus, et les marges de manœuvre dont ils disposaient pour organiser leur implantation et leur pérennisation dans le pays. Cela éclaire non seulement l’histoire de l’autonomie des migrants, mais montre aussi, dans le même temps, comment l’État éthiopien, de façon tout à fait originale, a intégré une population « apatride » pour mieux affirmer sa résistance aux tentatives coloniales européennes. C’est-là un modèle tout à fait inédit, à contrecourant des processus politiques d’exclusion des États-nations européens, et qui mérite l’attention.

3Ce travail est aussi une belle invite à réfléchir les méthodologies d’enquête. Les archives officielles sur cette population étant particulièrement lacunaires, Boris Adjémian a su recueillir de multiples sources. Comme l’a préconisé Marc Bloch, il a tout d’abord arpenté les lieux de son étude. En quête des traces laissées par les populations, il observe avec minutie Addis-Abeba, dont les façades des bâtiments et les enseignes d’anciens magasins. Il se rend dans la cathédrale, les cimetières, les écoles et des thermes pour aussi comprendre l’espace social de cette migration. De même, le chercheur a pratiqué une écoute active auprès des descendants d’Arméniens ; et a obtenu d’eux la possibilité de consulter leurs archives, dont de fascinants albums photographiques, savamment construits par leurs propriétaires pour mettre en scène les événements communautaires marquants (et dont quelques belles photographies sont reproduites dans l’ouvrage). Mais ici encore, l’originalité de son approche ne réside certainement pas dans une enquête qui circonscrirait une communauté et recueillerait toutes les anecdotes possibles auprès des détenteurs et producteurs de mémoires. Bien au contraire Boris Adjémian bâtit une réelle réflexion sur les modalités de construction d’une « autobiographie collective » portée par les responsables communautaires. En considérant leurs propos sur la proximité des Arméniens avec la cour impériale, il reconstitue les enjeux discursifs qui, dans le temps passé comme dans le moment présent, ont servi et servent encore à appuyer la légitimité des Arméniens à résider en Éthiopie. Cette « mémoire d’hôte » mérite l’attention. Boris Adjémian, a su ainsi saisir la subtilité de ces constructions et montre très clairement comment dans le temps long communautaire, les discours ont été gommés de toutes aspérités tandis que les actes des Arméniens, notamment dans leur recherche de protection consulaire, pouvaient contredire cette posture officielle. Il montre aussi que contrairement aux Arméniens d’Europe, il n’y a pas eu de politisation de la mémoire du génocide durant la décennie 1970. Bien au contraire, les efforts communautaires ont plutôt consisté, au moment de la révolution de 1974, à rappeler la très ancienne allégeance du groupe à son nouveau pays.

4Aussi, au-delà de l’histoire passionnante qu’il propose, l’ouvrage de Boris Adjémian se conçoit comme un manuel d’enquête en science sociale, dans lequel il est aisé de puiser des pistes de recherche. En ce sens, cet ouvrage doit occuper une place inédite dans les préoccupations intellectuelles de ceux intéressés à l’étude des faits migratoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Scioldo-Zürcher, « Adjemian Boris, La fanfare du Négus : les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/6974

Haut de page

Auteur

Yann Scioldo-Zürcher

Historien, Chargé de recherche CNRS, Centre de recherche français à Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page