Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cossée Claire, Miranda Adelina, Ouali Nouria et Séhili Djaouida, Le genre au cœur des migrations

Colette Le Petitcorps
p. 234-236
Référence(s) :

Cossée Claire, Miranda Adelina, Ouali Nouria et Séhili Djaouida (Dirs.) (2012) Le genre au cœur des migrations, Paris, Éditions Petra, 336 p., ISBN : 979-2-84743-056-3

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Le genre au cœur des migrations inaugure la collection « intersectionS » des éditions Petra. Il contribue de la sorte à l’ouverture d’un espace d’écriture sur la construction de rapports de domination imbriqués. L’événement mérite d’être souligné à deux titres. En premier lieu, cet ouvrage n’a rien de classique. Il participe à l’institutionnalisation récente d’un champ de recherche en France, celui de la perspective du genre appliquée à l’étude des migrations. Pionnière de cette approche dans l’hexagone, Mirjana Morokvasic introduit l’ouvrage en retraçant les étapes successives par lesquelles les études sur l’immigration et sur les femmes et les rapports sociaux de sexe se sont enfin rencontrés dans les années 1970 et 1980. Bien que nous observions aujourd’hui un nombre conséquent de travaux analysant ce que les processus migratoires, les expériences des migrant-e-s et les impacts politiques des migrations ont de genré, ceux-ci s’avèrent éparpillés dans l’espace universitaire français. Un tel ouvrage contribue à rassembler des questionnements et des innovations méthodologiques que nourrit cette perspective de recherche. En second lieu, il semble opportun de remarquer que ce sont les objets du champ des migrations qui conduisent à introduire la lecture articulée des rapports sociaux de genre, de classe, de « race » et de sexualité à l’étude du pouvoir et des dominations en France.

2Ce travail d’écriture collectif est issu d’un colloque pluridisciplinaire organisé à Paris VIII par le groupe « Genre et migrations » du laboratoire GTM, devenu aujourd’hui le CRESPPA (CNRS Paris VIII-Paris X), en partenariat avec MinorityMedia (Université de Poitiers) et le GEM (Groupe d’Études et de Recherches Genre et Migration, Université Libre de Bruxelles). Il se lit en quatre parties qui proposent chacune un outil ou un objet de recherche présenté par l’une des co-auteures avant d’introduire l’ensemble des contributions. Sont alors traités les échelles migratoires, l’articulation des rapports sociaux, les accès contrastés à l’emploi et les féminismes et mobilisations.

3Dans la première partie, Adelina Miranda présente l’articulation des échelles migratoires comme un outil théorique et méthodologique impérieux pour saisir l’ordre genré qui organise les mobilités selon divers niveaux spatio-temporels. Elle distingue trois échelles potentielles d’analyse afin d’appréhender le genre des champs migratoires : celle qui croise les niveaux individuel et familial, celle qui emboîte les contextes local, régional et global, et celle qui articule les acteurs sociaux des migrations qui agissent à différentes échelles du pouvoir. Par la notion de « carrière migratoire », Laurence Roulleau-Berger désigne à la fois les inégalités multi-situées subies par les femmes migrantes à chaque étape de leur migration et leur participation active aux nouvelles formes circulatoires et multiscalaires, locales et globales, des marchés du travail. En variant les échelles d’observation en Amérique latine, Sara María Lara Flores démontre que l’assignation des femmes sur le marché du travail précaire est une constante migratoire, que ce soit lors des déplacements internes, intra-régionaux ou transnationaux. Elle articule les facteurs économiques avec les motivations familiales et individuelles pour comprendre la logique sexuée qui régit la sélectivité des migrant-e-s. Eleonor Kofman poursuit l’effort de décentrement des perspectives trop souvent orientées vers les migrations du Sud vers le Nord, concernant en particulier les migrations des femmes dans les métiers du care. Elle développe en suivant l’outil du care diamond pour appréhender les différents régimes de care reliés par les migrations et pour prendre en compte les divers acteurs de ces chaînes globales du care, sans en omettre l’État.

4Dans une deuxième partie, Nouria Ouali retrace une sociographie des approches intersectionnelles qui aident à accomplir une démarche de recherche visant à saisir les multiples aspects de la domination inhérente aux phénomènes migratoires. En même temps qu’elles considèrent que l’articulation des rapports sociaux de classe, de « race » et de sexualité est essentielle à l’étude des rapports de genre, les auteures des textes réunis dans cette partie rendent également compte des difficultés méthodologiques à manipuler l’outil intersectionnel. Étudiant les migrations antillaises en métropole, Stéphanie Condon insiste sur le rôle que joue l’histoire coloniale sur la division sexuée des emplois en migration et sur les barrières aux mobilités professionnelles des migrant-e-s. Jules Falquet éclaire quant à elle, par le biais de l’étude de l’hyper-mobilité et de la faiblesse des droits reconnus aux lesbiennes, la contrainte à l’hétéro-circulation et la pression à la conjugalité à laquelle sont soumises toutes les femmes migrantes. Elle met également en saillance par ce cas le caractère éminemment transgressif de la migration pour les femmes, notamment lorsqu’elles partent seules. Par l’entremise d’une histoire de l’émigration et de l’immigration des femmes en Italie, Adelina Miranda insiste sur la « racialisation » des femmes migrantes, ainsi que sur les changements économiques et culturels qu’elles introduisent dans les rapports sociaux de sexe du monde domestique. Emmanuelle Lada prescrit par sa contribution d’analyser les discriminations ethniques au travail en France dans une perspective de genre.

5Djaouida Séhili oriente la troisième partie vers un lieu privilégié d’observation de l’intrication des rapports sociaux, celui du travail et du marché de l’emploi. Enrichissant la sociologie du travail d’une sociologie des migrations et du genre, les contributions interrogent les phénomènes d’assignation et d’exclusion des femmes migrantes et des descendantes d’immigré-e-s de certains secteurs professionnels. Usant de la comparaison, Laura Oso et Christine Catarino appréhendent la féminisation des migrations et l’insertion des femmes migrantes dans certains secteurs d’emploi en Espagne et au Portugal en observant leur corrélation avec les fluctuations de la demande en main-d’œuvre masculine dans ces pays. En s’intéressant aux descendantes d’immigré-e-s en Belgique, Nouria Ouali met en évidence la façon dont les projets migratoires familiaux et la stigmatisation des filles d’immigré-e-s jouent sur leur rapport aux ambitions professionnelles, qu’elle oppose à celui des filles de parents autochtones.

6Toujours animée par une perspective intersectionnelle, la dernière partie coordonnée par Claire Cossée rend explicite les formes de marginalisation de l’expérience des minoritaires des mobilisations féministes et du militantisme auprès de populations perçues comme assistées, par exemple les personnes sans-papiers. Proposant des outils d’observation de l’imbrication des rapports sociaux au sein des mobilisations, la démarche scientifique adoptée par les différentes auteures veut donner voix à des discours constamment occultés et offrir ainsi un point de vue alternatif aux lectures essentialistes des revendications de groupes sociaux variés. Nasima Moujoud complexifie ainsi le rapport des femmes sans-papiers aux espaces militants et au féminisme en fonction de leur classe sociale d’origine et de leur niveau de qualification. De la même manière qu’elle expose la façon dont les mobilisations féministes reproduisent les frontières de classe et de « race » entre femmes dans la répartition des tâches militantes, Gily Coene et Ilke Adam pointent la marginalisation du point de vue des femmes issues de groupes minoritaires des débats sur le voile et du féminisme en Belgique. La traduction d’un article d’Alexandra Oprea qui termine cet ouvrage permet de démontrer plus encore, à travers le cas des revendications émancipatrices des femmes roms, l’exclusion des discours sur les inégalités de genre des programmes et des luttes pour ou par certaines catégories de population.

7Les contributions recueillies au sein de cet ouvrage parviennent à convaincre que le genre est une grille de lecture fondamentale des processus migratoires. Réciproquement, elles font apparaître que le champ des migrations tend à guider la perspective du genre vers des problématiques qui s’enrichissent des expériences des femmes migrantes à des positions sociales différentes dans les rapports de domination. Proposant des outils d’analyse, comparant des groupes de population, variant les échelles d’observation et les questionnements de recherche, l’ouvrage apporte des éléments de compréhension de la soudaine mise en visibilité des femmes dans les migrations par les médias, tandis qu’il lève le voile sur un ensemble de phénomènes migratoires qui restent encore peu connus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Le Petitcorps, « Cossée Claire, Miranda Adelina, Ouali Nouria et Séhili Djaouida, Le genre au cœur des migrations », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/6976

Haut de page

Auteur

Colette Le Petitcorps

Doctorante en sociologie, Migrinter/Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page