Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Fassin Didier, Les nouvelles frontières de la société française

Ralph Schor
p. 236-237
Référence(s) :

Fassin Didier (Dir.) (2012) Les nouvelles frontières de la société française, nouvelle édition, Paris, Éditions La Découverte, 599 p., ISBN : 978-2-7071-7456-6

Texte intégral

1Didier Fassin a réuni une équipe multidisciplinaire qui a effectué une série d’enquêtes établissant l’impressionnant catalogue des frontières juridiques, psychologiques, symboliques par lesquelles la société française se trouve fractionnée en cellules inégales.

2Les auteurs soulignent d’abord l’importance des limites territoriales qui séparent traditionnellement les citoyens et les étrangers. Une autre frontière est instituée par la connaissance de la langue française, plus ou moins maîtrisée, considérée depuis 1890 comme un critère d’assimilation, garantissant l’adhésion aux valeurs républicaines, facilitant ou non la naturalisation. Cette dernière ne permet pas toujours une acceptation du nouveau citoyen dans la société, car le nom et l’apparence peuvent demeurer comme des rappels discriminants de l’origine étrangère. De toute manière, la différence, de quelque nature qu’elle soit, peut constituer un handicap et maintenir une frontière plus ou moins contraignante. La nationalité a peu de poids en la matière : même si la biologie prouve l’unité du genre humain et si la notion de « race » apparaît comme une construction sociale, le regard et le comportement de certains individus, la loi parfois, érigent des barrières. Le livre donne bien d’autres exemples de séparations, entre les individus jouissant de leur liberté de mouvement et ceux qui sont enfermés dans des centres de rétention, entre ceux qui subissent les rigueurs de la loi sur le sol français et ceux qui, sous la pression du pays dit d’accueil, sont retenus dans leur pays d’origine, entre ceux qui vivent entourés de leur famille et ceux qui en sont séparés par les procédures d’un regroupement familial de plus en plus sévère. Les étrangers finissent parfois par intérioriser la frontière sous l’effet de la peur qu’ils éprouvent, ce qui dans certains cas peut engendrer des troubles mentaux.

3Les auteurs réservent une place aux Français qui, d’une manière ou d’une autre, luttent contre les discriminations et font acte de solidarité. Ainsi les militants humanitaires, les membres du Réseau éducation sans frontière, les associations chargées par l’État de gérer les procédures d’asile, ceux des policiers qui essaient de légitimer leur action ou d’adoucir les rigueurs de la loi. Mais, dans l’ensemble, le bilan apparaît très sombre. Le livre brosse le portrait d’une France cadenassée, hérissée de règlements coercitifs, marquée par des comportements quotidiens xénophobes ou racistes. Les auteurs ne croient que les responsables politiques et administratifs qui gèrent sévèrement l’immigration répondent toujours aux exigences d’une opinion publique inquiète : la « xénophobie de gouvernement » utiliserait les prétendues pressions de l’opinion pour justifier des choix anti-étrangers (p. 178). La présence de représentants de la « diversité » sur les listes électorales constituerait « un cache-misère, une opération éphémère de diversion politique » (p. 424). L’adoption d’un comportement humain et progressiste par la droite et le monde économique serait un trompe-l’œil, car « le respect des droits fondamentaux d’une part et les performances économiques d’autre part » sont difficilement conciliables (p. 264). Du fait que l’inégalité sociale correspond souvent aux inégalités ethniques, « l’État ne mène plus la guerre à la pauvreté mais aux pauvres » (p. 98). L’Europe est devenue un « Empire du rejet » qui « correspond à un état de domination des pays du Nord sur ceux du Sud dont la vie politique se transforme en fonction des finalités de ceux du Nord » (p. 193). « Les majoritaires qui détiennent le pouvoir tant économique que politique n’ont aucun intérêt à faire émerger les questions de ce genre, les questions raciales, ni aucune autre question liée aux discriminations » (p. 288).

4Certains auteurs nuancent le constat accablant auquel ils parviennent en notant que les échantillons d’individus, parfois inférieurs à dix, sur lesquels ils ont travaillé sont modestes et constituent plus des études de cas que des bilans généralisables à toute la société. Cependant les plus nombreux n’hésitent pas à énoncer des conclusions globales. Chaque lecteur souscrira ou non à ces conclusions en fonction de sa propre expérience ou de sa philosophie. On ne peut certes nier que le national appartient traditionnellement à une catégorie privilégiée par rapport à l’étranger. L’éventuelle extension de certains privilèges aux non-Français ou la redéfinition d’une citoyenneté qui ne serait plus liée au territoire et serait comme dit Étienne Balibar « une communauté de destin » (Les Frontières de la démocratie, La Découverte, 1992) appellent des réponses politiques. Les chercheurs, de manière plus ou moins convaincante, contribuent à mettre en lumière les tensions qui parcourent la société et proposent de celle-ci un tableau qui stimule la discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Fassin Didier, Les nouvelles frontières de la société française », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/6981

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page