Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Wihtol de Wenden Catherine, La Turquie au carrefour des turbulences migratoires : hier et aujourd’hui

Stéphane de Tapia
p. 240-244
Référence(s) :

Wihtol de Wenden Catherine (Dir.) (2012) La Turquie au carrefour des turbulences migratoires : hier et aujourd’hui, Paris, CNRS Éditions, 263 p. (Anatoli. De l’Adriatique à la Caspienne. Territoires, politique, sociétés ; n° 3), ISBN : 978-2-271-07539-0

Texte intégral

1Anatoli est la nouvelle dénomination d’une revue plus ancienne créée par Semih Vaner, Directeur de Recherche au CNRS et membre du CERI (qui nous a quitté prématurément en 2008 des suites d’une longue maladie), les CEMOTI ou Cahiers d’Études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien. La nouvelle série, codirigée par Ali Kazancigil et Georges Prévélakis, est éditée par CNRS Éditions. Ce troisième volume, publié en septembre 2012, dirigé par Catherine Wihtol de Wenden, entièrement consacré à un dossier intitulé « la Turquie, au carrefour des turbulences migratoires », se présente en quatre parties : 1- Istanbul, un cosmopolitisme d’hier et aujourd’hui (textes d’Altan Gökalp, Luisa Piart, Jean-François Pérouse) ; 2- Échanges de population entre Grèce et Turquie et à Chypre (textes de Michel Bruneau, Meropi Anastassiadou, Nicolas Kazarian) ; 3- Anciens et nouveaux visages de l’émigration et de l’immigration dans la région (textes d’Ural Manço, Benjamin Bruce, Deniz Akagül, Farkhad Alimukhamedov) ; 4- Frontières et liens (textes d’Adeline Braux, Faruk Bilici, Fabien Dany, Gilles Riaux). La recherche d’un équilibre entre parties est parfois un peu artificielle : relatif à la politique migratoire de l’Ouzbékistan, le texte de Farkhad Alimukhamedov aurait pu tout aussi bien figurer dans la quatrième partie centrée sur les républiques de l’ancienne URSS.

  • 1 Gökalp Altan (1994) En Turquie, tous les chemins mènent à Istanbul, Panoramiques, 14, pp. 172-174.

2Le volume alterne, par ses thèmes et contributeurs, des considérations géographiques, historiques et politiques. Après l’introduction rédigée par Catherine Wihtol de Wenden (pp. 9-16), il débute la première partie centrée sur le cas spécifique et largement débattu d’Istanbul par une reprise d’un article d’Altan Gökalp (à la mémoire duquel le volume est d’ailleurs dédié) intitulé « Turquie, tous les chemins mènent à Istanbul » (pp. 17-22), initialement paru en 1993 dans la revue Panoramiques1. Cette reprise introduit parfaitement la première partie par ses observations pertinentes d’une agglomération redevenant ville-monde, selon l’expression de Fernand Braudel.

3Luisa Piart, « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul » (pp. 23-40), termine en Allemagne une thèse sur ce thème. Avec Michel Peraldi (son co-directeur de thèse) et Alain Tarrius, toujours à l’affût des tendances nouvelles et souvent difficiles à cerner dans un premier temps, Luisa Piart s’est spécialisée dans l’étude des relations entre commerce à la valise – tchelnoki en russe, thème de plusieurs études –, économie informelle et stabilisation d’une immigration de travail elle aussi largement informelle. Elle décrit le glissement géographique des activités de confection, par exemple de Sultanhamam à Lâleli, le rôle des réseaux d’accueil des muhacirs accueillant les nouveaux venus (Turcs de Bulgarie, Azerbaïdjanais d’Iran, etc.), mais aussi les évolutions parfois très rapides de ces relations de cette « économie de bazar » comme la nomme Michel Péraldi.

  • 2 Comme une récente livraison de la revue de la Faculté des Sciences politiques de l’Université d’Ank (...)

4Jean-François Pérouse, géographe très productif et particulièrement intéressé par l’évolution de la gigantesque agglomération d’Istanbul, renverse avec « L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recompositions des profils et des positions » (pp. 41-56) l’analyse habituelle sur la Turquie, pays d’émigration, en examinant un sujet peu connu et assez difficile, du fait de la rareté des sources sur un phénomène relativement nouveau. La Turquie, pays d’immigration, est connue pour ses flux traditionnels (muhacirs et göçmens, réfugiés rapatriés d’origines ottomanes et turciques), sa position de hub des migrations irrégulières (que l’auteur a largement décrit), sa nouvelle position de pays d’immigration de populations peu qualifiées (comme celle des Africains étudiée par des chercheurs de plus en plus nombreux)2. Ici, Jean-François Pérouse expose le cas des cadres expatriés, professeurs et intellectuels (catégories en retrait et pour les seconds en voie de précarisation), artistes, retraités, mais aussitôt pour nuancer le discours par des observations fines, comme le nombre très important des Euro-Turcs, binationaux, enfants d’immigrés turcs d’origine venus profiter de taux de croissance à faire pâlir la plupart des économies de l’UE.

5Dans la deuxième partie, Michel Bruneau, avec une contribution intitulée « L’expulsion et la diasporisation des Grecs d’Asie mineure et de Thrace orientale (1914-1923) » (pp. 57-84), revient sur un sujet qu’il connaît bien : les effets migratoires de la Première Guerre mondiale et de la guerre d’Indépendance et la quasi-élimination d’une population autochtone remontant au moins à 3 000 ans de présence en Anatolie. L’article élargit la réflexion à toutes les composantes helléniques de la région : Istanbul et Thrace, région égéenne, Pont, Cappadoce et Chypre, montrant les effets du nationalisme de défense intransigeant qui continue à marquer la politique intérieure turque aujourd’hui encore. Si les Arméniens en ont été indéniablement les principales victimes, les Grecs d’Asie mineure ont connu des épreuves à répétition sur une période plus longue encore, pour un résultat démographiquement équivalent (éradication des minorités chrétiennes autochtones), comme le montre l’article suivant.

6Méropi Anastassiadou, dans son article intitulé « D’une rive à l’autre. Les migrations des Grecs de Turquie depuis la Seconde Guerre mondiale » (pp. 85-100), traite un sujet bien moins connu, celui des expulsions ou des fuites des Grecs stambouliotes après 1945. Largement entamé dans la période précédente (travaux de Michel Bruneau), l’exil des rescapés du traité de Lausanne a continué jusqu’à la quasi-disparition de cette population autochtone de Turquie, avec de brusques à-coups, comme en 1955 ou 1964. Il a continué par le biais de l’émigration de travail, intégrant discrètement nombre de réfugiés de facto (lors du coup d’État de 1970) ou de jure (autour du coup d’État de 1980). Le résultat d’ensemble est simple à énoncer : les effets du traité de Lausanne (1923) ont été petit à petit réduits à néant ou presque (Grecs, Arméniens, Chrétiens orientaux généralement dits en Turquie Assyro-Chaldéens). L’auteure insiste très justement sur les ambiguïtés d’un pouvoir « démocrate musulman » qui d’une part ne déroge pas aux politiques précédemment suivies en ce qui concerne le traitement des minorités non musulmanes (sous couvert de dialogue interreligieux et de tolérance), d’autre part est largement adepte du double langage propre à endormir les décideurs européens en charge du dossier d’élargissement de l’UE à la Turquie.

  • 3 Assez rarement traitée, mais cependant pas absente de la recherche française : il est possible de c (...)

7Nicolas Kazarian, avec un article intitulé « La question chypriote aux prises avec les enjeux migratoires de la Turquie » (pp. 101-120) fait le point sur une question lancinante, assez rarement traitée3. Cet article complète les études précédentes de Michel Bruneau et Méropi Anastassiadou : l’immigration-colonisation vient ici très imparfaitement compenser l’exode des Chypriotes grecs vers le sud (que l’on pourrait qualifier aujourd’hui d’épuration ethnique) mais aussi celui des Chypriotes turcs vers la Grande-Bretagne insatisfaits de la politique d’Ankara comme de celle de Nicosie. L’article décrit les résistances passives des Turcs autochtones, regroupés dans la partie nord (République turque de Chypre Nord, état non reconnu par la « communauté internationale »). L’actualité récente est cruelle pour les deux parties chypriotes, ce qui n’était pas à l’ordre du jour au moment de la rédaction de l’article : vaut-il mieux vivre dans un pays en faillite financière, « trahi » par l’UE (sud) ou sous le contrôle d’un pays basculant dans un régime totalitaire, « abandonné » par l’UE (nord) ?

8La troisième partie est centrée sur l’immigration en Europe, à la notable exception de Farkhad Alimukhamedov. Dans un court article, « La dimension démographique et les caractéristiques sociales et économiques de l’émigration turque en France » (pp. 121-130), Ural Manço revient sur les caractéristiques générales de l’immigration turque : grande diversité des origines ethniques et confessionnelles, historique complexe d’une immigration souvent discrète et méconnue mais qui approche les cinq décennies de présence, évolutions contrastées qui à la fois montrent des progrès encourageants dans ce qu’il est convenu de nommer l’intégration, mais forte identité turco-musulmane d’ensemble qui ici n’est pas jugée contradictoire ou problématique, dernier point qui sera peut-être réévalué à moyen terme, à la suite des événements vécus en Turquie durant l’été 2013.

9Benjamin Bruce, avec « Gérer l’islam à l’étranger : entre service public et outil de la politique étrangère turque » (pp. 131-148), se penche sur un sujet sensible, qui prend plus de relief encore avec l’évolution très récente (au moment de la rédaction de cette note, juillet 2013) de la politique intérieure turque (et d’ailleurs renvoie à l’article précédent en focalisant la réflexion sur ce point précis). Ce sujet est celui de l’usage du religieux pour des fins politiques n’ayant pas grand-chose à voir avec la dimension spirituelle. Celle-ci peut rapprocher, un usage identitaire et idéologique, une façon de soft-power alaturka, peut au contraire diviser. Dès les premières publications de Riva Kastoryano (années 1980), on avait compris que la dimension religieuse pour l’immigré « lambda » excédait de très loin le discours sur la Turquie laïque parce que kémaliste. Il est vrai, comme le souligne l’auteur, qu’on manque souvent d’études fines sur le phénomène religieux turc en Europe, mais rappelons cependant quelques écrits de Hamit Bozarslan ou Franck Frégosi qui ont cerné assez tôt les caractéristiques de cet islam anatolien immigré appelé à remplacer les passeurs initiaux, originaires de la gauche turque. Benjamin Bruce propose une lecture actuelle de ces mouvements turcs en Europe, souvent considérés comme relevant de l’islam oppositionnel (ce qu’ils ont pu être effectivement) et qui aujourd’hui forment le ban et l’arrière-ban de la droite conservatrice (et, depuis quelques mois, ouvertement réactionnaire).

10Économiste et universitaire, Deniz Akagül, dans « Dynamiques migratoires en Turquie : bref aperçu éclectique » (pp. 149-164) propose un état général de l’ensemble des flux migratoires touchant la Turquie ; la Turquie est effectivement pays de migrations internes (en particulier exode rural depuis les années 1950), pays d’émigration, pays d’immigration, pays de transit.

  • 4 Voir les textes de Thorez Julien et Massot Sophie sur l’Ouzbékistan, Rumyansev Sergei sur l’Azerbaï (...)

11Farkhad Alimukhamedov prépare une thèse sur les migrations estudiantines ouzbèkes vers les pays de l’UE. Son article, « Les particularités de l’Ouzbékistan dans la gestion de ses migrations internationales » (pp. 165-188), montre que contrairement à d’autres pays voisins confrontés aux mêmes questions (Azerbaïdjan, Arménie, Kazakhstan, Kirghizie et… Russie), l’Ouzbékistan n’a pas su, ou ne veut pas, instrumentaliser son émigration sous la forme d’une diaspora contrôlée par les pouvoirs publics4. Fierté nationale (ne pas accepter l’idée que la société dépend en grande part des revenus de l’émigration), méfiance face aux interférences politiques que génère toute forme de diaspora ? Toujours est-il que le fait migratoire est ici minimisé, considéré comme relevant du droit commun, ce qui n’empêche évidemment pas les tensions.

12La quatrième partie est plutôt dédiée aux relations avec l’extérieur (ex-URSS, Iran, reste du monde par le biais des migrations irrégulières.) Adeline Braux propose un bilan pour une question peu connue en Europe occidentale : « Les migrations en provenance des ex-républiques soviétiques en Turquie, vingt ans après la disparition de l’URSS » (pp. 189-202). Elle insiste sur la stabilisation de réalités très nouvelles dans cette vaste région du monde, longtemps restée sourde aux faits sociaux que connaissait le reste de la planète : la migration est devenue très courante, la liberté de circuler est largement instaurée (accessibilité des routes internationales de migration, passage des frontières), la variété des formes de migration est extrême : toutes choses inconnues à l’époque soviétique. L’article fait un point spécifique à la Turquie, pays d’immigration et de transit, pour les ex-Soviétiques comme pour les Africains ou les Moyen-orientaux.

  • 5 Faruk Bilici (1994) À la frontière turco-géorgienne…, Panoramiques, 14, pp. 167-171 ; Faruk Bilici (...)

13Dans l’article « Sarp/Sarpi : la porte de l’intégration entre la Turquie et la Géorgie vingt ans après la chute de l’Union soviétique » (pp. 203-222), Faruk Bilici revient sur une étude réalisée juste après la dislocation de l’URSS et publiée dans Panoramiques et les CEMOTI5.A l’époque, la Turquie avait pris la décision d’ouvrir deux « portes » vers la Géorgie, Sarp et Türkgözü, et une vers l’Azerbaïdjan, ou plutôt l’enclave azerbaïdjanaise entre Arménie, Turquie et Iran, le Nakhitchevan (pont et douane de Dilucu/Sederek) permettant alors à ce petit territoire d’échapper au conflit meurtrier du Haut Karabagh. Le bilan est d’autant plus intéressant que l’auteur connaît bien ce site ; alliant observations de terrain très précises, utilisation des statistiques et observations politologiques, Faruk Bilici fait véritablement ici œuvre de géographe (avec quelques photos de l’auteur bien choisies pour illustrer le propos). L’article montre bien les avancées en dents de scie, déclarations d’intention insistant sur l’ouverture, vite contrecarrées par la réalité quotidienne, mais rattrapées et dépassées par cette même réalité, économique et sociale, qui malgré tout – et contre l’avis de décideurs qui ne sont pas sur place – finit par s’imposer. À Sarp et autour (département turc d’Artvin, république autonome géorgienne d’Adjarie), se mettent en place des coopérations transfrontalières, des relations régionales (à l’échelle du Caucase) et internationales (avec l’Asie centrale), « renaissance effective de la route de la Soie ? », comme s’interroge l’auteur.

14Fabien Dany aurait pu figurer dans la première partie. Avec « La Turquie, nouveau hub des migrations clandestines vers l’Europe ? » (pp. 223-234), il revient sur l’actualité d’une question sensible dans les relations turco-européennes, celle du pont migratoire que forme l’Anatolie entre Balkans, Afrique orientale, Moyen-Orient et Caucase. La Turquie joue ici un rôle ambigu, associée à l’Europe dans la lutte contre la migration irrégulière (comme sa collaboration avec l’agence Frontex ou l’ouverture de centres de rétention), mais selon des critères qui lui sont souvent propres (restriction du droit d’asile et gestion pour le moins opaque de ce droit, politique spécifique des visas, etc.) comme si les migrations irrégulières servaient de variable d’ajustement dans la négociation avec l’UE.

15Pour le dernier article de ce numéro, « Par-delà le Caucase et l’Anatolie. La genèse transnationale de la cause azerbaïdjanaise en Iran » (pp. 235-258), Gilles Riaux, spécialiste de la recherche identitaire en Azerbaïdjan iranien, montre comment jouent des facteurs contradictoires dans un triangle déjà ancien : Turquie, République islamique d’Iran et Fédération de Russie prennent la suite des trois empires (ottoman, persan et russe) pour une population autochtone turcophone divisée par des frontières étatiques assez stables, mais plus par des constructions politiques très antagonistes. Les relations perdurent, se réadaptent en tant que besoin, malgré les assignations des administrations centrales, dessinant de facto un grand Azerbaïdjan transfrontalier qui ne peut laisser les gouvernements centraux indifférents et à tout moment raidir les relations entre Téhéran, Bakou et Ankara.

Haut de page

Notes

1 Gökalp Altan (1994) En Turquie, tous les chemins mènent à Istanbul, Panoramiques, 14, pp. 172-174.

2 Comme une récente livraison de la revue de la Faculté des Sciences politiques de l’Université d’Ankara (Ankara Üniversitesi SBF Dergisi, 68, janvier-mars 2013) largement consacrée à la présence africaine en Turquie.

3 Assez rarement traitée, mais cependant pas absente de la recherche française : il est possible de citer des écrits d’Étienne Copeaux, Gilles Bertrand, etc.

4 Voir les textes de Thorez Julien et Massot Sophie sur l’Ouzbékistan, Rumyansev Sergei sur l’Azerbaïdjan ou Mendikulova Gulnara sur le Kazakhstan, etc. (2010) Revue Européenne des Migrations Internationales, 26 (3), 233 p

5 Faruk Bilici (1994) À la frontière turco-géorgienne…, Panoramiques, 14, pp. 167-171 ; Faruk Bilici (1993) Une réalisation concrète avant la lettre : la coopération en Mer noire orientale, CEMOTI, 15, pp. 169-183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Wihtol de Wenden Catherine, La Turquie au carrefour des turbulences migratoires : hier et aujourd’hui », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/6985

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

CNRS/Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page