Navigation – Plan du site
Articles

Traces liquides : enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne

Liquid Traces: Investigating the Deaths of Migrants at the EU’s Maritime Frontier
Rastros líquidos: investigación sobre la muerte de emigrantes en la zona-frontera marítima de la Unión Europea
Charles Heller et Lorenzo Pezzani
Traduction de Mylène Trouvé et Matthieu Renault
p. 71-107

Résumés

Parce que toute trace sur l’eau semble être immédiatement dissoute par les courants, les mers ont été maintenues dans une sorte de présent permanent qui résiste à toute écriture de l’histoire. L’étendue de liquide infini a également représenté un défi pour la gouvernance : l’impossibilité de dresser des frontières stables dans des eaux en constant mouvement a conduit à considérer les mers comme un espace de liberté absolue – les « mers libres ». Dans cet article, nous démontrons qu’au contraire, les mers sont de plus en plus documentées et divisées, et ceci de manière inextricable. Un appareil de détection complexe est fondamental pour une forme de gouvernance qui associe la division des espaces maritimes et le contrôle du mouvement et qui instrumentalise le chevauchement partiel et la nature élastique des juridictions maritimes et du droit international. C’est dans ces conditions que les régimes de migration imposés par l’UE fonctionnent, en étendant sélectivement les droits souverains des États par des patrouilles en haute mer, tout en leur permettant de se rétracter de leurs responsabilités, comme dans les nombreux cas de non-assistance aux migrants en mer. À travers les politiques et les conditions de la gouvernance maritime de l’UE, la mer se transforme en un liquide mortel – la cause directe de plus de 14 000 décès documentés au cours des quinze dernières années. Cependant, en utilisant les mêmes appareils de télédétection que ceux déployés en Méditerranée et en spatialisant les violations des droits des migrants en mer, il est possible de ré-inscrire la notion de responsabilité dans une mer d’impunité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Gouvernance maritime : au-delà du clivage « liberté versus clôture »
Lignes de clôture : souveraineté dégroupée en mer
Lignes de contrôle : la gouvernance mobile à travers les systèmes scopiques
Une zone-frontière contestée : savoirs mobiles, frontières élastiques et politique de l’irresponsabilité
2011 : ruptures dans le régime de migrations et nouvelles opportunités de déterminer les responsabilités pour les morts en mer
Conclusion : terres liquides

Aperçu du texte

Si la géographie exprime, dans l’étymologie même de son nom, la possibilité d’écrire et par conséquent de lire la surface de la terre, le territoire liquide de la mer semble constituer le défi ultime en termes d’analyse spatiale. Les eaux, qui recouvrent plus de 70 % de la surface de notre planète, sont constamment agitées par des courants et des vagues qui semblent effacer toute trace du passé maintenant la mer dans une sorte de présent permanent. Selon les mots de Barthes (1972), la mer est un « champ non-signifiant » qui « ne porte aucun message ». En outre, en raison de sa vaste étendue et de l’absence d’habitat stable à sa surface, les événements maritimes échappent au regard public et demeurent donc largement inconnus. La mort en mer et la violation des droits des migrants ne font pas exception à cette situation. Alors qu’entre 1988 et novembre 2012, la presse et les ONG faisaient état de plus de 14 000 morts dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne ‒ dont plus de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heller Charles et Pezzani Lorenzo (2014) Traces liquides : enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne, Revue Européenne des Migrations Internationales, 30 (3 et 4), pp. 71-107.

Référence électronique

Charles Heller et Lorenzo Pezzani, « Traces liquides : enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://remi.revues.org/7106

Haut de page

Auteurs

Charles Heller

Doctorant au Centre de recherche en architecture, Goldsmiths, Université de Londres, Lewisham Way, New Cross, London SE14 6NW, UK et chercheur associé du projet ERC Forensic Architecture, il a contribué à fonder la plateforme de cartographie en ligne watchthemed.net ; chazheller@yahoo.com

Lorenzo Pezzani

Doctorant au Centre de recherche en architecture, Goldsmiths, Université de Londres, Lewisham Way, New Cross, London SE14 6NW, UK et chercheur associé du projet ERC Forensic Architecture, il a contribué à fonder la plateforme de cartographie en ligne watchthemed.net ; lpezz009@campus.goldsmiths.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page