Navigation – Plan du site
Articles

Au-delà des « Natacha » : les migrations féminines postsoviétiques à Istanbul

Beyond “Natasha”: Women Migrations from Post-Soviet Countries in Istanbul
Más allá de las «Natacha»: las migraciones femeninas postsoviéticas en Estambul
Adeline Braux
p. 81-102

Résumés

Dans les années 1990 et au début des années 2000, la présence des « Natacha », comme on appelle en Turquie les prostituées originaires de l’ex-URSS, avait défrayé la chronique et donné naissance à des stéréotypes tenaces sur les femmes originaires d’Europe de l’Est. L’entertainment business est cependant loin d’être le seul domaine d’activité économique des migrantes ex-soviétiques en Turquie. Parmi les secteurs économiques traditionnels investis par ces dernières, on trouve, dans le tertiaire, celui des services à la personne. Si le titre de l’article se propose d’aller au-delà des clichés véhiculés habituellement sur les femmes immigrées originaires de l’ex-URSS, il invite également à considérer, sinon sous un angle nouveau, du moins sous un angle plus large, l’épineuse question de la prostitution et de la traite des femmes. L’auteure s'intéresse aussi aux migrations dites « matrimoniales », liées aux unions contractées entre ressortissants turcs et ressortissantes ukrainiennes et russes. Ce type d’union a pu par le passé déclencher des commentaires plus ou moins neutres, à présent, alors que la situation socioéconomique s’est améliorée en Ukraine et en Russie, on peut s’interroger sur la pertinence de la catégorie analytique du « mariage blanc ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La Turquie au cœur des migrations régionales
Du commerce à la valise aux services à la personne et à l’entertainement business
Une autonomie accrue
Roxelane, Natacha et les autres
Conclusion 

Aperçu du texte

Lorsque les frontières anciennement turco-soviétiques se sont ouvertes à la faveur de la disparition de l’URSS en 1991, plusieurs figures ont émergé symbolisant jusqu’à présent les mobilités régionales. Les tchelnoki originaires de l’ancien bloc socialiste, appelés également « commerçants à la valise » ou « navetteurs », ont ainsi longtemps fait partie du paysage sur les marchés stambouliotes. La situation socio-économique s’améliorant dans leur pays d’origine, ils ont peu à peu cédé la place aux commerçants et commerçantes du Maghreb ou d’Asie centrale. Une autre figure familière de cette époque riche en mobilités tous azimuts est la « Natacha », comme on appelle en Turquie les prostituées originaires de l’ex-URSS. Leur présence a défrayé la chronique, surtout à Istanbul et dans les villes situées sur la mer Noire (Bilici, 1994 : 167-171), et a donné naissance à des stéréotypes tenaces sur les femmes originaires d’Europe de l’Est. La notion d’« Europe de l’Est » doit en l’occurrenc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Braux Adeline (2015) Au-delà des « Natacha » : les migrations féminines postsoviétiques à Istanbul, Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (1), pp. 103-120

Référence électronique

Adeline Braux, « Au-delà des « Natacha » : les migrations féminines postsoviétiques à Istanbul », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7195

Haut de page

Auteur

Adeline Braux

Responsable de l’Observatoire du Caucase (Bakou), Institut français d’études anatoliennes (IFEA-Istanbul)Ambassade de France en Azerbaïdjan, 13 rue Louveau, 92 438 Chatillon cedex ; adelinebraux@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page