Navigation – Plan du site
Note de lecture

Piguet Etienne, Pécoud Antoine, Guchteneire de Paul, Migration and Climate Change

Eleonora Guadagno et Véronique Lassailly-Jacob
p. 178-181
Référence(s) :

Piguet Etienne, Pécoud Antoine et Guchteneire de Paul (2011) Migration and Climate Change, Paris et Cambridge, Unesco Publishing and Cambridge University Press, 442 p., ISBN : 978-1-197-01485-5 Hardback, ISBN : 978-1-107-66225-4 Paperback

Texte intégral

1Les réfugiés du futur seront-ils des réfugiés climatiques ? Migration and Climate Change est un des premiers ouvrages qui tente de répondre à cette question en interrogeant la relation entre migration et changement climatique, deux objets de préoccupation grandissante entre et pour les acteurs politiques et académiques. Collectif et pluridisciplinaire, cet ouvrage est édité en 2011 par l’UNESCO et par les Presses universitaires de Cambridge, sous la direction d’Étienne Piguet, et Antoine Pécoud. Vingt-six auteurs, majoritairement universitaires du monde anglo-saxon – dont plusieurs sont membres de l’Institut pour la sécurité environnementale et humaine de l’université des Nations Unies (UNU-EHS) –,mais aussi experts d’organisations internationales (UNESCO) et d’ONG (CARE International), contribuent aux seize chapitres de cet ouvrage. Issus de disciplines variées (climatologie, anthropologie, économie, démographie, épidémiologie, géographie, droit international, sciences politiques et sociologie), ils confrontent leurs points de vue sur les possibles répercussions migratoires des effets du changement climatique dans différents contextes, participant ainsi au débat brûlant qui mobilise la communauté internationale, les activistes et les politiciens.

2L’ouvrage dresse en quelque sorte un état de l’art, à la fois théorique et empirique, de la question du lien entre migration et changement climatique. Il s’articule autour d’une introduction, Migration and Climate Change, produite par les trois éditeurs, suivie de deux parties. La première est consacrée à l’approche empirique par l’analyse d’études de terrain, Evidence on the Migration-Climate Change Relationship, la seconde, à l’approche théorique par la présentation des contextes politiques et juridiques, Policy Responses, Normative Issues and Critical Perspectives. L’ouvrage se termine par une conclusion produite par Stephen Castles, Concluding Remarks on the Climate change-migration nexus qui introduit de nouvelles perspectives sur la question.

3La première partie s’ouvre sur la contribution d’une climatologue, Martine Rebetez, qui évoque les principales manifestations en cours du changement climatique (élévation des températures, modification des précipitations, multiplication des ouragans) et leurs effets (fonte du permafrost, montée du niveau des mers, sécheresses, inondations), sources de migrations involontaires. Elle recommande que les effets du changement climatique ne soient pas dissociés de ceux des actions anthropiques dans les programmes d’atténuation. Les contributions suivantes traitent des répercussions de la migration environnementale sur la vulnérabilité sanitaire dans le Nordeste du Brésil (Alisson Flavio Barbieri et Ulisses E.C. Confalonieri), des impacts de la déforestation, de la croissance démographique et du déclin de l’agriculture sur les migrations des populations de la vallée de Chitwan au Népal (Pratikshya Bohra-Mishra et Douglas S. Massey,), des multiples causes qui s’imbriquent dans les migrations dites environnementales survenant au Bangladesh (Allan Findlay et Alistair Geddes), de la migration qui devient forcée lorsque la vulnérabilité des populations habitant les deltas (Gange, Mékong, Côte orientale des États-Unis) et les petites îles (Tuvalu, Shishmaref, Papouasie – Nouvelle-Guinée) est accrue par les destructions des tempêtes et la montée des eaux (Anthony Oliver-Smith), de la nature des migrations environnementales attestées dans les études de cas du projet Each For (Environmental Change and Forced Migration Scenario) notamment dans les deltas du Nil et du Mékong et au Sahel (Koko Warner, Tamer Afifi, Alex de Sherbinin, Susana B. Adamo et Charles Ehrart). Une dernière contribution traite plus spécifiquement des conséquences de l’absence de protection internationale pour les réfugiés de l’environnement qui vont fuir les îles Kiribati et Tuvalu en raison de l’élévation du niveau de la mer (Jane McAdam). À l’issue de cette présentation d’une diversité de cas de migrations environnementales, deux constats s’imposent. Tout d’abord, ces études (à l’exception de celle sur la côte est des États-Unis évoquée par Anthony Oliver-Smith) sont toutes localisées dans les pays dits des Sud comme si ces derniers avaient l’apanage de la migration climatique. Ensuite, certains des lieux étudiés tels que Tuvalu ou les deltas du Gange et du Mékong sont cités et analysés de façon récurrente comme s’ils étaient devenus des hauts-lieux, marqueurs territoriaux du changement climatique.

4La deuxième partie, quant à elle traite des contextes théoriques des migrations environnementales. Le cadre épistémologique est discuté à travers l’analyse des interactions entre la recherche et le politique au travers de l’histoire du concept de migration environnementale (François Gemenne). La dimension politique est travaillée grâce à l’évocation des leçons que l’on peut tirer des anciennes politiques de réinstallations forcées de population afin de les appliquer au cas des migrants du changement climatique (Graeme Hugo) mais aussi par les recommandations d’une prise en compte des atteintes aux droits de l’homme par les implications du changement climatique pour des populations déplacées par la sécheresse et la désertification (Michelle Leighton). Les interrogations à propos du manque de protection des migrants climatiques déplacés dans leur propre pays (Khalid Koser), de l’absence de protection des réfugiés environnementaux dans le droit international (Christel Cournil) et des obligations étatiques de protection envers les réfugiés environnementaux (Astrid Epiney) constituent les principaux éléments de discussion du cadre juridique. Enfin, l’étude des répercussions des migrations climatiques selon le genre (Lori M. Hunter et Emmanuel David) permet d’analyser le contexte social.

5Au-delà des enseignements de cette multiplicité d’études de cas et d’approches théoriques de la migration liée au changement climatique, cet ouvrage contribue, plus spécifiquement, à éclairer certaines composantes de la migration environnementale, notamment la nature de ses déterminants et les différentes formes que prend le déplacement. D’une part, le changement climatique par ses répercussions sur l’environnement n’est pas l’unique facteur de la migration. Ce qui est appelé migration climatique ou migration environnementale résulte, en effet, d’un faisceau de déterminants étroitement imbriqués, liés en partie à la dégradation de l’environnement mais aussi à des contextes spécifiques d’ordre économique, démographique, social et politique. De plus, cette migration peut relever d’une stratégie pro-active plutôt que réactive. Enfin, elle peut être volontaire plutôt que forcée et ne crée pas toujours des réfugiés environnementaux ou climatiques. D’autre part, le changement climatique par ses répercussions sur l’environnement, n’est pas à l’origine d’une forme migratoire unique. Les déplacements pour causes environnementales varient dans le temps (la plupart des déplacements sont temporaires, quelques-uns sont de longue durée ou parfois, définitifs) et dans l’espace (la plupart sont de proximité et ont lieu à l’intérieur des frontières, quelques-uns peuvent être plus lointains, internes ou internationaux). Aussi, les clichés largement répandus sont-ils remis en cause, à l’image de la menace d’invasion des pays du Nord par des « hordes » de réfugiés climatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eleonora Guadagno et Véronique Lassailly-Jacob, « Piguet Etienne, Pécoud Antoine, Guchteneire de Paul, Migration and Climate Change », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7222

Haut de page

Auteurs

Eleonora Guadagno

Politologue, docteure, MIGRINTER, université de Poitiers

Véronique Lassailly-Jacob

Géographe, professeure émérite, MIGRINTER, université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page