Navigation – Plan du site
Note de lecture

Aprile Sylvie, Bertheleu Hélène, Billion Pierre, Étrangers dans le berceau de la France ? L’immigration en région Centre du XIX° siècle à nos jours

Ralph Schor
p. 178-181
Référence(s) :

Aprile Sylvie, Bertheleu Hélène et Billion Pierre, (2013) Étrangers dans le berceau de la France ? L’immigration en région Centre du XIX° siècle à nos jours, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 201 p., ISBN : 978-2-86906-292-4

Texte intégral

1La région Centre n’est pas reconnue comme ayant été profondément marquée par l’immigration. Cependant, ce phénomène, même s’il n’a pas mobilisé des effectifs très importants, est ancien, original et concerne des nationalités très variées. Aussi le livre collectif qui étudie cette question est-il bienvenu. 

2L’ouvrage commence par une rétrospective historique qui part de 1789. Au XIX° siècle, la région accueille des réfugiés politiques, les carlistes espagnols d’abord, puis des Polonais appartenant à la bourgeoisie intellectuelle et à l’aristocratie, tel que le riche comte Branicki, naturalisé en 1854. Les effectifs restent modestes : 6 625 étrangers en 1886, tandis que le seul département du Nord recense, la même année, plus de 153 000 étrangers. En 1911, encore, la région compte seulement 3 949 étrangers. Pendant la Grande Guerre sont introduits des travailleurs pour l’industrie, ainsi s’installent à Vierzon 400 coloniaux et 100 Chinois, tous étroitement surveillés. Dans l’entre-deux-guerres l’immigration se développe, 30 418 personnes sont dénombrées en 1931. Parmi les nouveaux venus figurent des réfugiés russes, arméniens et plus tard espagnols républicains, des travailleurs agricoles et industriels polonais, des ouvriers chinois dont Zhou En Lai, Chen Yi et Li Fuchun. Après la Deuxième Guerre mondiale arrivent les vagues maghrébine, portugaise et turque, ainsi que les réfugiés du Chili, d’Asie, d’Afrique et du Kosovo. Dans les années 1970-1980, la ville de Dreux, qui se compose d’un étranger pour cinq habitants, devient un symbole par les problèmes sociaux qui s’y posent. D’autant que le militantisme du Front national en fait un lieu emblématique de son combat, alors que son maire, Françoise Gaspard, essaie de résister à la poussée extrémiste en donnant une analyse scientifique du phénomène.

3La deuxième partie du livre propose des monographies qui, sur un fond historique, se placent surtout dans une perspective sociologique. La première étude est consacrée aux migrantes rurales polonaises de l’entre-deux-guerres, souvent astreintes à un travail harassant, parfois violées par leurs employeurs et parvenant, dans certains cas, à prouver leurs facultés de résistance. Ensuite sont présentés les ouvriers étrangers, polonais, maghrébins, ibériques embauchés dans la fonderie de Rosières, les conditions de leur recrutement, de leur vie sociale et culturelle, de leur intégration, vue notamment à travers le dépouillement d’un journal scolaire. Le chapitre centré sur le vieux Tours évoque la densité et la pauvreté régnant dans un quartier ancien dégradé ; d’intéressants récits de vie laissés par des Juifs étrangers illustrent le propos avec justesse. L’immigration portugaise, objet de la monographie suivante, retrace les étapes de l’intégration. Les vingt foyers de migrants que de la région inspirent un développement qui montre le vieillissement des locataires et l’entre-deux identitaire dans lequel ils se situent. À Joué-lès-Tours, commune de 37 000 habitants, vivent 8 000 personnes issues de l’immigration ; là, une riche vie associative et, en particulier, un important club de lutte permettent l’émergence d’un relatif compromis interethnique et d’une sociabilité qui atténue les difficultés. En revanche, à Romorantin, les Turcs sont réputés poser un problème, du fait de la permanence des frontières sociales et ethniques qui demeurent fortes.

4L’ouvrage allie ainsi une fresque historique brève et précise avec des études de cas qui donnent une note concrète à l’analyse. C’est par de tels travaux qu’une région, où l’immigration n’est pas perçue comme un phénomène majeur du passé ancien ou récent, peut reconstituer une mémoire. Une mémoire nécessaire à la compréhension de la situation actuelle et dès lors utile à la recherche de solutions pouvant atténuer certaines tensions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Aprile Sylvie, Bertheleu Hélène, Billion Pierre, Étrangers dans le berceau de la France ? L’immigration en région Centre du XIX° siècle à nos jours », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/7228

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page