Navigation – Plan du site
Articles

Repenser les catégories de « majorité » et de « minorité » : l’islamisme comme phénomène minoritaire dans les sociétés occidentales

Rethinking the categories of ‘majority’ and ‘minority’: Islamism as a minority phenomenon in Western societies
Reconsiderar las categorías de "mayoría" y "minoría": el islamismo como fenómeno minoritario en las sociedades occidentales
Rachad Antonius
p. 11-30

Résumés

Les politiques d’intégration sont généralement pensées, justifiées et analysées en faisant référence, explicitement ou implicitement, aux catégories de minorité et de majorité. Le rapport entre les deux catégories est considéré comme fondateur du cadre régissant la gestion de la diversité. Or, bien que fondamental, ce rapport est à questionner d’un point de vue théorique et empirique. De plus, les flux de personnes et d’informations font que des minorités locales entretiennent des liens avec des majorités à des niveaux nationaux et transnationaux, et que des majorités locales peuvent se trouver en situation de minorité. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des « petites nations » comme le Québec. L’article a pour objectif de problématiser le rapport majorité/minorité, les processus sociaux de différenciation et de hiérarchisation et les liens transnationaux qui mettent en relation des minorités locales avec des discours majoritaires. Le cas des musulmans au Québec servira de référence à cette réflexion.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Préalables
Le contexte de la société québécoise
Minorité démographique/minorité sociologique
Retour sur les rapports entre majorités et minorités
Les limites de l’approche constructiviste
Question d’échelle
Le différentiel de pouvoir
Les critères de définition de la majorité
Le rôle du groupe jugé minoritaire dans l’édification des clivages
Logiques majoritaires/positions minoritaires
Conclusion : les musulmans et l’islam comme phénomène minoritaire

Aperçu du texte

Introduction

Ce texte constitue une ébauche d’analyse d’une situation particulière et délicate : celle de l’expression, dans l’espace public des démocraties libérales occidentales, du discours fondamentaliste islamique, des pratiques culturelles et politiques qui l’accompagnent, et des réactions qu’il suscite. Les paradigmes qui abordent ce phénomène, comme relevant avant tout d’un rapport de pouvoir entre une majorité dominante et une minorité qui prend la parole pour défendre son droit de croire, ne permettent pas de saisir certains enjeux essentiels de la question. L’analyse du discours fondamentaliste est source de controverse, car il se développe au sein de minorités dont une partie est marginalisée socialement et économiquement, ce qui soulève des problèmes tant théoriques que de positionnement éthique et politique.

Du côté de l’enjeu éthique, ne risque-t-on pas d’attiser l’islamophobie en faisant du phénomène islamiste un objet d’examen ? Faut-il parler de la radicalisation is...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonius Rachad (2015) Repenser les catégories de « majorité » et de « minorité » : l’islamisme comme phénomène minoritaire dans les sociétés occidentales, Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (2), pp. 11-30.

Référence électronique

Rachad Antonius, « Repenser les catégories de « majorité » et de « minorité » : l’islamisme comme phénomène minoritaire dans les sociétés occidentales », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/7238

Haut de page

Auteur

Rachad Antonius

Professeur titulaire, département de sociologie, université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succ. Centre-ville, Montréal, Qc. H3C 3P8 ;antonius.rachad@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page