Navigation – Plan du site
Varia

Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ?

Americans in Mérida, Mexico: Mobility or Migration?
Los estadounidenses en México: movilidad o migración?
Ève Bantman-Masum
p. 119-138

Résumés

Souvent décrite comme l’expression d’un privilège, la mobilité des citoyens étatsuniens installés au Mexique peut être appréhendée comme une variante de la migration économique. Les données empiriques recueillies lors de notre enquête menée, à Mérida, entre 2011 et 2013 suggèrent que le choix de la mobilité résidentielle vers le Mexique est motivé par des considérations économiques, notamment la recherche d’un meilleur niveau de vie et le désir d’enrichissement personnel. Des facteurs structurels – précarisation des conditions de travail et fragilisation des classes moyennes aux États-Unis – expliquent le développement, dans cette ville, d’un entrepreneuriat ethnique dynamique, du travail à distance, et de la spéculation immobilière. Tant par leurs niveaux de revenus que par leurs pratiques professionnelles (parfois à la limite de la légalité), l’expérience de ces Américains au Mexique invalide la thèse d’une mobilité privilégiée. Les efforts déployés pour accroître leurs revenus et accéder à un niveau de vie supérieur, les inégalités de ressources, l’incapacité des plus pauvres à sécuriser leur statut migratoire et maîtriser leur migration tendent à rapprocher l’expérience de ces étrangers à celles des migrants économiques classiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Des résidents qui travaillent
Chefs d’entreprise au Mexique
Le travail délocalisé
Économie informelle
Économie de la migration
Mobilité sociale et spatiale
Spéculation immobilière et migration nord-américaine
Marketing de la migration
Recomposition des classes moyennes en Amérique du Nord
Conclusion – Migration d’agrément et industrie de la mobilité

Aperçu du texte

Introduction

Parallèlement au flux migratoire partant de l’Amérique latine pour rejoindre les États-Unis se dessine un nouveau flux, comparativement méconnu, celui des citoyens des pays du Nord, géographique et économique, vers le Sud. Pour Nancy Green (2009), il s’agirait d’une forme contemporaine d’expatriation, pratiquée par des privilégiés mettant à profit les asymétries structurelles entre Nord et Sud (Croucher, 2012). La mobilité Nord-Sud s’inscrit également dans la continuité d’autres formes de mobilités – tourisme résidentiel (Hiernaux, 2005) et migration temporaire (Bell and Ward, 2000). Les analyses existantes ont relevé que cette population migrante est majoritairement composée de retraités (Pihet et Viriot, 2009), et qu’elle contribue à la croissance et à la gentrification de nombreuses villes du Sud, notamment au Mexique (Bloom 2006 ; Croucher 2009). Les spécialistes de la « migration d’agréments » (Nils et al., 2012), aussi appelée « Lifestyle Migration » (Benson et O’R...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bantman-Masum Ève (2015) Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ?, Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (2), pp. 119-138.

Référence électronique

Ève Bantman-Masum, « Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://remi.revues.org/7308

Haut de page

Auteur

Ève Bantman-Masum

Maître de conférences (DEMA) et docteur en anthropologie (Lisst-Cieu), université Jean Jaurès – Toulouse II, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9 ; bantman.eve@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page