Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ?

Migration and Asylum in Tunisia since 2011: Towards a New Migration Profile?
Migración y asilo en Túnez desde 2011: ¿hacia un nuevo perfil de la migración?
Hassan Boubakri
p. 17-39

Résumés

La Tunisie, premier pays arabe à avoir connu un soulèvement populaire en 2011, est passée par une expérience migratoire que l’on peut qualifier d’inédite pour un pays traditionnel d’émigration. Avant 2011, le pays accueillait officiellement une centaine de réfugiés reconnus par le HCR et voyait quelques milliers de migrants irréguliers (Tunisiens et étrangers) partir ou transiter par son territoire pour traverser la mer en direction des côtes italiennes. Mais depuis 2011, le nombre d’étrangers fuyant les guerres civiles et l’instabilité dans leurs pays d’origine, ainsi que la pauvreté et le chômage, n’a cessé d’augmenter. Si les premières vagues d’exil ont pris fin en 2011, des centaines de milliers de ressortissants libyens continuent à entrer en Tunisie pour des séjours prolongés et renouvelés en raison de la reprise de la guerre civile depuis 2014 et la désorganisation des services publics. Le voisinage et la libre circulation des personnes entre les deux pays rend difficile la qualification de la présence des Libyens en Tunisie : sont-ils touristes ou réfugiés ? La guerre civile syrienne a également forcé quelques milliers de réfugiés, une infime minorité, à choisir la Tunisie comme pays d’asile ou de transit pour l’Europe. La Tunisie continue à abriter une immigration d’origine subsaharienne alimentée par les étudiants, les migrants économiques, mais aussi par les réfugiés fuyant les anciens et les nouveaux foyers de conflits sur le continent. Cet article traite de la manière dont ce pays accueille et gère ces différentes formes de migration.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Libye, Tunisie, Syrie
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Après 2011 : Tunisie, pays d’exil et d’asile
La crise de l’année 2011 : trois vagues migratoires successives
L’exil des travailleurs étrangers et des Libyens
Sociabilités tuniso-libyennes et conflits nés de l’exil
Les limites de l’expérience de la gestion de l’asile en Tunisie
Du camp de transit à la tentative d’insertion urbaine
Dispersion géographique et formes de sociabilités
Les hésitations de l’État tunisien
Circulation et séjour des Libyens et des Syriens en Tunisie
Les limites de l’outil statistique dans l’estimation de la mobilité des personnes
Les Libyens en Tunisie, quelle catégorie : réfugiés, résidents temporaires ou touristes ?
Asile, séjour ou circulation ?
Les effets économiques du séjour des Libyens en Tunisie
Les conditions de circulation et de séjour des Libyens en Tunisie
Baisse du pouvoir d’achat et difficultés d’accès aux services de santé
Les nouvelles écoles libyennes en Tunisie
L’exil des Syriens en Tunisie
Un asile temporaire
La précarité des conditions d’accueil
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

À l’instar des autres pays du Maghreb, la Tunisie a vu sa fonction migratoire évoluer depuis les années 1990. Elle a d’abord toujours été, et le demeure encore, un pays de départ : 1,3 million de Tunisiens vivent à l’étranger. Mais dès la fin du XXe siècle, des migrants subsahariens transitent par la Tunisie pour traverser la Méditerranée, en direction des côtes italiennes, dans des mouvements destinés à contourner les contrôles aux frontières extérieures de l’espace Schengen. À l’ouest du Maghreb, le Maroc se transforme à son tour en pays de transit en direction des côtes espagnoles (Boubakri, 2006a). Le Sud algérien sert également de carrefour migratoire en direction du Maroc et de la Libye, le plus grand pays de destination sur la rive méridionale et orientale de la Méditerranée depuis les années 1970. Jusqu’en 2010, des sources officielles libyennes situaient le nombre d’étrangers présents dans le pays à au moins 1,5 million de personnes, soit le quart de la populati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boubakri Hassan (2015) Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ?, Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (3 et 4), pp. 17-39.

Référence électronique

Hassan Boubakri, « Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/7371

Haut de page

Auteur

Hassan Boubakri

Professeur de géographie à l’Université de Sousse, membre du laboratoire SYFACTE/Université de Sfax, chercheur associé à l’IRMC, à Migrinter et à l’URMIS, Avenue Khalifa Karoui, Cité Sahloul 4, BP 526, 4000 Sousse-Sahloul, Tunisie ; hassan.boubakri@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page