Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le « printemps arabe » : une révolution pour l’émigration égyptienne ?

The Arab Spring: A Revolution for the Egyptian Emigration?
La «primavera árabe»: ¿una revolución para la emigración egipcia?
Delphine Pagès-El Karoui
p. 145-169

Résumés

Cet article examine l’impact des révolutions arabes sur l’émigration égyptienne, selon les temporalités qui ont scandé la vie politique entre 2011 et 2015. Pendant cette période, sont apparus de nouveaux flux, motifs d’émigration (instabilité, insécurité) et pratiques transnationales (vote à distance). Le moment post-révolutionnaire s’est traduit par l’intensification des pratiques transnationales, par l’émergence ponctuelle d’un processus de diasporisation et, plus globalement, par une visibilité accrue des communautés égyptiennes à l’étranger. La force des connexions transnationales a réactivé les liens qu’entretenaient les migrants ou leurs descendants avec l’Égypte. L’émigration n’équivaut pas à une défection qui ferait disparaître toute loyauté : l’obligation morale de participer au développement de son pays a été le moteur de nombreux retours dans les premiers temps. Pour autant, le champ migratoire égyptien n’a pas été entièrement bouleversé par les révolutions arabes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Égypte
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Quels impacts des révolutions arabes sur les flux migratoires égyptiens ?
Des retours volontaires, forcés et différés
Retours volontaires (et souvent temporaires) des qualifiés
Retours forcés de Libye
Retours différés
Départs : l’émigration continue
Ruptures et continuités dans les profils d’émigrés
Stabilité des destinations et réductions des opportunités de migrer
La révolution comme déterminant des trajectoires migratoires ?
Les retombées des révolutions arabes sur les politiques migratoires
Les répercussions de la révolution chez les Égyptiens de l’étranger
Mobilisations à l’étranger
La fierté retrouvée d’être égyptien
Engagements transnationaux
La révolution, un accélérateur de « diasporisation » ?
Le vote des Égyptiens à l’étranger, une innovation post-révolutionnaire
La traditionnelle méfiance envers les Égyptiens de l’étranger
Les Égyptiens à l’étranger se mobilisent pour obtenir le droit de vote
Premières élections
Une contribution financière renforcée des émigrés
Conclusion

Aperçu du texte

« Moi, je suis parti, j’ai quitté l’Égypte en partie à cause des raisons pour lesquelles la révolution a éclaté. […] C’était pour la justice sociale, je sentais qu’on n’était pas libre en Égypte, on peut pas tout dire, pas tout faire », Hussein, Paris, 15 février 2013 (Ricci, 2013 : 86).

En Égypte, émigration et révolution partagent les mêmes raisons structurelles : les dysfonctionnements économiques (chômage, sous-emploi, salaires faibles, etc.), politiques (autoritarisme, corruption, clientélisme, etc.) et sociaux (inégalités socio-spatiales, poids du patriarcat, coût élevé du mariage, etc.) constituent les principaux motifs d’émigration et, parallèlement, les éléments déclencheurs de la révolution du 25 janvier 2011 (Pagès-El Karoui et Vignal, 2011). L’émigration massive, encouragée par les pouvoirs publics égyptiens depuis les années 1970, notamment pour les diplômés, a constitué une échappatoire aux dysfonctionnements du système, comme un moyen d’exporter la contestation latente...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pagès-El Karoui Delphine (2015) Le « printemps arabe » : une révolution pour l’émigration égyptienne ?, Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (3 et 4), pp. 145-169.

Référence électronique

Delphine Pagès-El Karoui, « Le « printemps arabe » : une révolution pour l’émigration égyptienne ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7417

Haut de page

Auteur

Delphine Pagès-El Karoui

Maître de conférences à l’INALCO en délégation CNRS à l’URMIS (2014-2015), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris ; dpages@inalco.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page