Navigation – Plan du site
Varia

Devenir autochtone quand on est « français d’origine étrangère »

Becoming Autochthonous when being a “Non-native French”
Convertirse en un autóctono siendo «francés de origen extranjero»
Guillaume Étienne
p. 187-208

Résumés

Cet article étudie certaines façons dont les populations construisent l’autochtonie. À partir d’une étude ethnographique menée entre 2009 et 2013 dans un village du Berry, l’auteur met en lumière un contexte original de construction de l’autochtonie où les relations sociales font intervenir des Portugais, installés dans la région dans les années 1960, des « vieilles familles » du village et des habitants plus récemment établis. Il montre ainsi comment chacun de ces acteurs fait valoir, par différents procédés, une présence légitime et un sentiment d’ancrage au village à travers leur investissement dans un pèlerinage local.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La place du pèlerinage dans la vie locale
Du nord du Portugal au centre de la France
Le pèlerinage comme centralité portugaise
Cartographie de l’espace social
Les « vieilles familles » de Sainte-Solange
Des autochtones venus d’ailleurs : une migration régionale
Les « Luso-Berrichons »
Un ancêtre commun, une parenté spirituelle
L’adoption de sainte Solange
Quelle portée du discours ?
Une autochtonie transférable à d’autres sphères
Conclusion

Aperçu du texte

Les catégorisations ethniques mettent bien souvent à mal les pratiques et les discours révélateurs des ancrages, en assignant à d’anciens migrants, mais aussi à leurs descendants, des origines géographiques qui en feraient des citoyens à part (De Rudder, 1998). Ces catégorisations fonctionneraient ainsi comme un jeu à somme nulle n’autorisant pas l’expression de plusieurs attaches. Pourtant les pratiques donnent bien souvent à voir d’autres réalités et les façons de faire ancrage tout comme les relations au territoire sont plurielles. Être d’ici ne revient pas au seul fait d’être né sur un territoire et, réciproquement, être né sur un territoire ne mène pas forcément à l’autochtonie. C’est pourquoi le couple autochtonie/allochtonie fait davantage référence à un processus qu’à des états (Detienne, 2001). Dans cette perspective, le présent article déplace le questionnement de l’« être d’ici » à celui du « devenir d’ici » pour celles et ceux qui conjuguent plusieurs attaches, depuis un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Guillaume (2015) Devenir autochtone quand on est « français d’origine étrangère », Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (3 et 4), pp. 187-208.

Référence électronique

Guillaume Étienne, « Devenir autochtone quand on est « français d’origine étrangère » », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7425

Haut de page

Auteur

Guillaume Étienne

Anthropologue, chercheur associé au laboratoire Citeres, Université François Rabelais, Département de sociologie, 3 rue des Tanneurs, 37041 Tours cedex 1 ; guillaume.etienne@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page