Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Berriane Mohamed, Marocains de l’extérieur 2013

Chadia Arab
p. 341-345
Référence(s) :

Berriane Mohamed (2014) Marocains de l’extérieur 2013, Rabat, Fondation Hassan II pour les Marocains Résidants à l’Étranger, 602 p., ISBN : 978-9954-400-35-7

Texte intégral

1Cette troisième édition innove grâce à une première partie originale et pertinente qui analyse les thématiques transversales de ces communautés marocaines et pose les jalons des tendances de la recherche actuelle sur les migrations marocaines.

2Le premier chapitre présente l’état de la recherche sur les migrations marocaines (Mohamed Berriane et Mohammed Aderghal). Sont mises en exergue la question du retour dans les années 1990, et tout particulièrement la dichotomie entre enracinement dans le pays d’accueil et relation avec le pays d’origine, ainsi que la recomposition des territoires de la mobilité avec une évolution conceptuelle. Le terme de circulation remplace progressivement celui de migration et celle-ci se voit qualifiée de transnationale. Sont aussi évoquées les femmes marocaines qui partent seules, la relation entre la migration et le développement, les nouvelles fonctions migratoires avec l’arrivée des Subsahariens, des Européens et des Asiatiques et de nouveaux concepts tels que la polyspatialité, la migration de bien-être ou encore la résidence touristique de longue durée.

3Le deuxième chapitre développe la théorie des transitions migratoires. Hein de Haas remet en cause le schéma explicatif linéaire du push and pull. Il conteste la linéarité entre migration et développement. La migration requiert des capacités considérables et le désir de migrer est augmenté par l’accroissement du taux de scolarisation, le contact avec les médias et la prise de conscience des opportunités à l’étranger. Ainsi, on comprend mieux, au Maroc, la relation entre le développement et la persistance d’une émigration ; des mutations récentes apparaissent avec l’immigration subsaharienne.

4Le troisième chapitre analyse le rôle des associations de migrants dans le développement du Maroc. L’ONG Migration et Développement devient un acteur incontournable dans la zone Sud du Maroc avec des projets d’électrification des villages, d’éducation informelle, d’équipements hydrauliques, des opérations de construction de route et de centres de santé. Thomas Lacroix interroge le paradoxe entre l’intégration, le renforcement des relations transnationales et l’invention d’une nouvelle citoyenneté détachée des cadres territoriaux.

5Au sein du quatrième chapitre, Myriam Cherti propose l’étude de la migration de retour. Cette chercheuse explique que la tendance est à l’augmentation du retour des immigrés en raison de la hausse du chômage et de la crise, de leur faible intégration dans les pays d’accueil, des nouvelles opportunités dans leurs pays d’origine, du contrôle renforcé aux frontières et des politiques migratoires qui affectent les immigrés en situation irrégulière. Des mesures sont développées par le Maroc pour soutenir ces migrants qui reviennent, mais elles sont fragmentaires et se focalisent sur le soutien des émigrés qui souhaitent investir dans leur pays.

6Les deux chapitres suivants s’appuient sur le programme Eumagine. L’un traite des discours et des images portant sur l’émigration marocaine ; en Europe, l’image du travailleur des années 1960-1970 reste la plus répandue (homme adulte et célibataire). Mohammed Adelghal analyse les arguments qui sont à l’origine des images négatives sur l’immigration : la menace que les immigrés représenteraient pour l’identité ethno-nationale ; la criminalité et l’insécurité dont ils seraient la cause ; le chômage qu’ils contribueraient à accroître ; l’attitude de profiteurs qui abuseraient de la générosité de l’État dans les démocraties occidentales. L’autre chapitre traite des images et des perceptions de l’Europe au sein de la société marocaine ; l’image du migrant marocain est souvent restreinte à celles du pourvoyeur de fonds. Mohamed Berriane montre la prédominance de l’Europe dans l’imaginaire marocain. La France est préférée aux autres pays d’Europe, car il y a du travail et des droits. À l’inverse, l’Espagne est perçue moins positivement du fait d’un nombre plus limité de droits et d’une crise économique plus prégnante. Enfin, l’image idyllique de l’Europe est fortement remise en question notamment à cause de l’insécurité et du développement du racisme. La question migratoire au Maroc a également trouvé à se diversifier depuis l’arrivée des Subsahariens. Ces nouvelles présences se sont accompagnées de commentaires médiatiques à connotation raciste quand des journaux ont pu choisir de titrer le « péril noir » pour décrire les mutations migratoires que connaît aujourd’hui le pays. Les opinions sont majoritairement négatives sur les services de santé et les écoles au Maroc, même si certaines sont plus équilibrées comme la liberté d’expression, la liberté linguistique ou l’égalité des chances par le travail entre hommes et femmes.

7La deuxième partie de l’ouvrage traite des Marocains en Europe. Khayima Bouras Ostmann présente, dans le septième chapitre, les Marocains d’Allemagne. En 2010, les Marocains représentent 9 % de la population étrangère en Allemagne (soit 151 000 individus sur 7,5 millions de personnes). La plupart d’entre eux sont originaires du Rif. 50 % des migrants marocains sont installés dans l’état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et 25 % en Hesse. Depuis leur arrivée, ils ont surtout travaillé dans la mine, la sidérurgie, le bâtiment, l’industrie automobile et manufacturière. Aujourd’hui, le secteur tertiaire domine à 76 % et le taux de chômage des Marocains a fortement augmenté.

8Dans le huitième chapitre, Mathieu Rilke aborde l’arrivée des Marocains en Belgique dès 1912 et la convention bilatérale de 1964 qui marque l’afflux d’un grand nombre de travailleurs migrants. En 2011, 1 119 256 étrangers vivaient en Belgique, sur une population totale de 10 951 266. Les Marocains représentent 7,4 % avec 276 587 personnes après les Français (10 %). La moitié d’entre eux vit dans la capitale belge, un tiers dans la Région flamande et le reste dans la Région wallonne. L’auteur démontre la faible intégration de cette population : les jeunes belgo-marocains connaissent des difficultés dans leur scolarité et sont touchés à 36 % par le chômage (contre 7 % en moyenne pour la population totale). Par contre, l’intégration politique a plutôt bien fonctionné grâce au droit de vote des étrangers mis en place dès 2006. La conclusion porte sur l’espoir que les Belgo-Marocains ont pour leur descendance, car la mobilité sociale par l’éducation et le marché du travail sont beaucoup moins favorables qu’ils ne l’avaient prévu.

9La situation des Marocains en Espagne est tout à fait différente, comme l’explique Mohammed Khaldi dans le chapitre 9. En 2008, avec la crise, la situation migratoire a complètement changé, inversant les flux. 1,2 million d’immigrés ont quitté l’Espagne entre 2008 et 2012 et les Espagnols commencent à émigrer à leur tour. Entre 2007 et 2010, le taux de chômage était de 35 %. Or l’immigration est principalement une immigration de travail et les travailleurs étrangers sont les plus touchés par la crise, notamment car ils occupaient des emplois non qualifiés dans le secteur du bâtiment qui a le plus souffert de la récession. L’Espagne est, pour les Marocains, le deuxième pays d’accueil après la France. Leur nombre est passé de 54 105, en 1992, à 854 501, en 2012, auquel s’ajoutent 120 648 Marocains de nationalité espagnole, soit près d’un quart des Marocains dans le monde. Jusqu’en 2010, les Marocains sont la première communauté étrangère en Espagne. La population marocaine est jeune, avec une moyenne d’âge de vingt-huit ans (quarante-deux ans pour les Espagnols) et se concentre principalement dans trois régions : la Catalogne (32,9 %), l’Andalousie (15,1 %) et la région de Madrid (10,5 %). Près de la moitié (49,3 %) des Marocains en Espagne sont des demandeurs d’emploi.

10En Europe, la France a constitué, pour des raisons historiques, le principal foyer de l’immigration marocaine, comme le mentionne Mohamed Charef dans le chapitre 10. Après un âge d’or de la migration marocaine « assistée » des années 1960, des milliers de Marocains sont venus travailler en France. De 1975 à nos jours, la population marocaine continue d’évoluer malgré un certain nombre de lois votées pour limiter la venue des étrangers. Le regroupement familial joue un rôle important dans l’essor de la population marocaine et dans sa féminisation. Cette population se naturalise également de plus en plus. Les principaux foyers de résidence sont le bassin Houiller du Nord-Pas-de-Calais et la région parisienne, devant les grandes zones maraîchères, arboricoles et viticoles (sud-ouest et sud-est), le secteur touristique du littoral méditerranéen et, bien sûr, les grandes villes. Enfin, l’auteur évoque les Marocains du « bout du Monde », faisant allusion aux 4 000 Marocains résidant dans les territoires d’outre-mer, dont la présence est relativement symbolique.

11Le chapitre 11, développé par Immacolata Caruso et Sabrina Greco, analyse la venue importante des migrants marocains en Italie ces deux dernières décennies. Ils sont en 2011, 501 610, soit le plus fort contingent d’étrangers dans le pays (14,2 %). La plus grande concentration d’immigrés marocains (73,8 %) se localise dans les huit régions du Nord de l’Italie. Les villes de Turin, de Milan, Bergame, Brescia et Modène polarisent plus de 25 % des immigrés marocains. Après la recherche d’un emploi, le regroupement familial occupe à présent une place importante dans les flux d’entrées en Italie. Mais depuis 2011, les ressortissants étrangers sont touchés par un chômage grandissant. Le taux de chômage au sein de la communauté marocaine est de 21 %. Parmi les actifs marocains, la moitié d’entre eux occupent des emplois dans le secteur du service. Entre le Maroc et l’Italie, il existe des accords bilatéraux concernant trois domaines : la gestion de la migration légale, la lutte contre l’immigration clandestine et enfin la promotion du lien entre migration et développement.

12Les Marocains des Pays-Bas, étudiés par Mohammed Refass dans le chapitre 12, ont d’abord transité par la France ou la Belgique et sont ensuite venus plus directement du Maroc. Depuis 2009, ils se placent au deuxième rang des effectifs étrangers après les Turcs. Ils représentent 2,2 % de la population néerlandaise totale, constituent plus du dixième de la population étrangère et plus de 18 % de la population allochtone non occidentale des Pays-Bas. La région ouest concentre à elle seule près de 73 % des Marocains. Amsterdam vient en tête des villes avec 19,84 % de résidents d’origine marocaine pour un peu plus de 9 % de la population totale de la ville. Rotterdam vient en seconde position. Avec la crise, le taux de chômage chez les Marocains est trois fois plus élevé que le taux moyen (19,6 % en 2012). Une politique d’immigration de plus en plus restrictive est mise en place avec l’encouragement au retour (projet REMPLOD). Les récents débats se sont focalisés sur la question identitaire et plus particulièrement autour de l’islam.

13Dans le chapitre 13, Myriam Cherti appréhende les Marocains du Royaume-Uni, en expliquant tout d’abord les liens historiques tissés, dès le XIXe siècle, avec les marchands Fassis venus à Londres, Liverpool et Manchester. La migration marocaine en Grande-Bretagne reste peu étudiée, car peu visible (elle regroupe 21 246 personnes et place le groupe en 59ème position parmi les populations étrangères du Royaume), même si des espaces d’installation témoignent de cette présence comme à Londres avec le « le Petit Maroc » (quartier de North Kensigton). Un grand nombre de femmes sont arrivées en tant que migrantes indépendantes durant les années 1970, des célibataires, veuves, divorcées ou femmes cheffes de ménages. La première phase importante débute dans les années 1960 avec des Marocains (issus du Nord du Maroc) venant travailler dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Puis suivent de jeunes entrepreneurs semi-qualifiés dans les années 1980 au départ de Casablanca. Enfin, dans les années 1990, des Marocains hautement qualifiés, provenant du Maroc et de France, arrivent pour travailler dans le secteur de la finance. La ville de Londres concentre 69 % des Marocains. De manière générale, la communauté marocaine reste confrontée à de fortes difficultés liées à son manque de compétences linguistiques.

14La troisième partie du livre porte sur les Marocains d’Amérique. Younes Abdelmoula traite du Canada dans le chapitre 14. Rajeunissement progressif, féminisation notable, niveau de scolarité et de qualification plus élevé sont les nouvelles tendances résultant de la politique migratoire canadienne, qui consiste à sélectionner et à choisir ceux qui ont les moyens de réussir leur intégration. C’est au début des années 1980 que s’accélère l’émigration marocaine. Estimée à 100 000 personnes, elle est classée comme la première communauté maghrébine vivant au Canada, avec 8,1 % de l’immigration canadienne totale entre 2001 et 2006. Pour des raisons linguistiques, 80 % des Marocains s’établissent au Québec. 62 % des actifs marocains sont concentrés dans des professions à haute qualification, 15 % exercent des professions libérales ou sont cadres supérieurs. Toutefois, le chômage touche plus de 28 % des Marocains du Canada (8,3 % pour le reste de la population immigrante).

15Aux États-Unis, d’après Andrew A. Beveridge, Susan Weber et Sydney Beveridge dans le chapitre 15, avec 310 millions de personnes, la présence marocaine (66 352) actuelle est assez minime, concentrée dans les grandes villes telles que Los Angeles, San Francisco, Chicago, Boston, New York, Washington, etc. La zone de New York City compte plus d’un cinquième des Marocains des États-Unis. Pour résumer, la situation financière, professionnelle et éducative des Marocains est bien inférieure à la situation des autres groupes, excepté celui des autres pays d’Afrique. Il y a cependant des différences notables entre les Marocains nés aux États-Unis et ceux nés à l’étranger.

16Enfin, la dernière partie de l’ouvrage concerne les Marocains d’Afrique Subsaharienne et des pays arabes. Yahia Abou El Farah fait un zoom sur le Sénégal et la Côte d’Ivoire où sont plus fortement concentrés les Marocains. Le Sénégal a connu une immigration marocaine relativement ancienne au milieu du XIXe siècle, tandis que pour le second pays, elle est plus récente. Cette migration est due à la diffusion de l’Islam (surtout de la confrérie Tijania) et au développement du commerce caravanier d’où une communauté commerçante à Saint Louis issue de la grande « aristocratie marocaine Fassis ». L’émergence de la Côte d’Ivoire dans les années 1980 et 1990, comme nouvelle puissance économique d’Afrique avec l’exportation des produits agricoles (café, cacao, etc.) en fera une destination privilégiée. Par la suite, d’autres pays africains comme le Gabon, la Guinée, l’Afrique du Sud vont attirer des Marocains. En 2013, au Sénégal, les Marocains sont estimés à 2 000 personnes et à 2 700 en Côte d’Ivoire, auxquels il faut ajouter les 2 à 3 000 métisses du Sénégal, les 800 étudiants, les femmes exerçant des activités liées aux attractions nocturnes, estimées entre 4 et 600 femmes, et quelques Marocains binationaux d’Europe. Avec la crise de 2011 en Côte d’Ivoire, la situation économique a impacté la communauté marocaine et a conduit une partie de la communauté marocaine à opter pour une migration de retour.

17Pour Abdelfattah Ezzine, les migrations marocaines vers les pays arabes sont restées insignifiantes jusqu’aux années 1980. Si la migration marocaine vers l’Algérie reste la plus ancienne, celle vers le Liban a été aussi florissante sous l’occupation française. Avec le boom pétrolier, un nombre relativement limité de Marocains a migré vers la Libye (120 000) et les pays pétroliers du Golfe (plusieurs dizaines de milliers) pour travailler sous contrat temporaire surtout dans le secteur des services. Au début de ce siècle (2002), la communauté marocaine dans les pays arabes ne représentait que 8,99 % des « Marocains du monde ». Dans l’aire arabe, le Maghreb et la Libye ont capté 59,86 % des migrants marocains. Une des spécificités de cette migration dans les pays du Golfe est sa féminisation importante. En 2012, au Bahreïn, sur 1 064 Marocains, 72,18 % sont des femmes ; aux Émirats arabes unis, elles sont 60,2 %, à Oman, 65,5 %, au Koweït, 60,17 %, en Syrie, 62,11 %, en Jordanie, 83,87 % et en Arabie, seulement 42,4 %. La migration féminine est le résultat d’un projet migratoire individuel qui s’appuie sur les réseaux sociaux, familiaux, mafieux. Mais le système de la kafala la rend vulnérable.

18En définitive, Mohamed Berriane, dans la coordination de cet ouvrage consacré aux Marocains de l’extérieur en 2013, nous apporte une lecture d’un paysage migratoire mondial des Marocains à un instant T. Cet ouvrage est indispensable à tout chercheur, acteur de la société civile, migrant ou non migrant, Marocain ou non Marocain, voulant un peu mieux connaitre les Marocains du monde ou plutôt, le monde des Marocains, un monde en perpétuel mouvement. Il est un outil pédagogique incontournable et attendu (environ tous les cinq ans) pour actualiser et mieux comprendre l’évolution d’une diaspora marocaine toujours plus nombreuse et qui compose un véritable miroir de la société marocaine du Maroc. Mieux connaître les Marocains de l’extérieur, c’est aussi mieux comprendre les Marocains du Maroc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chadia Arab, « Berriane Mohamed, Marocains de l’extérieur 2013 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7519

Haut de page

Auteur

Chadia Arab

Chargée de recherche CNRS, ESO/Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page