Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Misrahi-Barak Judith and Raynaud Claudine, Diasporas, Cultures of Mobility, “Race”, Vol. 1 Diasporas and Cultures of Migrations

Aurélie Condevaux et Mélanie Pénicaud
p. 245-347
Référence(s) :

Misrahi-Barak Judith and Raynaud, Claudine (dir.) (2014) Diasporas, Cultures of Mobility, “Race”, Vol. 1 Diasporas and Cultures of Migrations, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 376 p. (PoCoPages), ISBN : 978-2-36781-037-9

Texte intégral

1Diasporas, Cultures of Mobility, “Race”, dirigé par Judith Misrahi-Barak et Claudine Raynaud, est le fruit de plusieurs rencontres ayant eu lieu en Europe et aux États-Unis entre 2011 et 2013. Cet ouvrage collectif rassemble des contributions d’auteurs principalement issus des études littéraires, mais également des sciences sociales, portant sur des études de cas précises. Ce recueil d’analyses est organisé en quatre parties : « Questioning diasporas », « Diasporic Discontinuities », « Diasporic Negotiations and Passages », « Diasporic Subjects: Plural, Gendered, and Queer ».

2L’introduction annonce le principal enjeu théorique de l’ouvrage : repenser le concept de « diaspora », notamment à partir de l’utilisation de sources littéraires et artistiques. Si le risque d’une dissolution de ce dernier est évoqué, en raison de la démultiplication de ses usages, les auteurs du recueil ne plaident néanmoins pas, dans leur majorité, pour son entière remise en cause.

3Comme Robin Cohen, beaucoup préfèrent aujourd’hui élargir le concept pour l’appliquer non plus seulement à des dispersions traumatiques, mais plus largement à des phénomènes migratoires se traduisant par l’extension de la « terre d’origine » au-delà de ses frontières, accompagnée d’une idéalisation de cette dernière et d’un fort sentiment « ethnique » et de solidarité avec les membres de la « diaspora ». Ainsi, l’article de Bénédicte Ledent analyse le roman In the falling snow (2009) de Caryl Phillips en proposant de penser autrement la diaspora : d’abord en termes de continuité et de discontinuité et également de travailler conjointement la singularité et la grande connexité des notions de migration, de diaspora et de globalisation. D’autres auteurs portent cependant plus loin la critique en rompant notamment avec la centralité accordée au rapport au « pays natal » dans la définition des phénomènes diasporiques. Ainsi, Shu-mei Shih, après avoir relevé les contradictions heuristiques et éthiques (réductionnisme ethnique, ethnocentrisme chinois, etc.) qui sous-tendent l’expression de « diaspora chinoise » – laquelle ne rend pas compte de l’hybridité et de l’hétérogénéité des logiques migratoires de ces populations – tente de poser les jalons d’un espace d’études sinophones. Le chapitre d’ H. Adlai Murdoch portant sur l’identité caribéenne tend vers des visées similaires : ouvrir des analyses comparatives transdisciplinaires en réarticulant les concepts de différence, de multiplicité, de créolisation, d’hybridité, de métissage, etc. L’auteur mobilise la métaphore végétale du « rhizome » pour penser la mobilité dans toute sa complexité ce qui lui permet de contourner l’usage de celle des « racines » et l’idée d’origine commune qu’elle suggère. Ainsi, H. Adlai Murdoch plaide contre l’inscription trop réifiante d’un imaginaire du pays natal (au singulier) comme l’une des caractéristiques principales de la construction diasporique : la trame architecturale de l’identité culturelle diasporique est alors non plus soutenue par les motifs du retour mais de la différence.

4D’autres contributions élargissent plus encore la portée du concept de « diaspora » qui se transforme alors en un outil facilitant la mise en lumière d’expériences entretenant a priori peu de rapport avec les phénomènes diasporiques à proprement parler. Ainsi J. U. Jacobs, dans une analyse de The Cry of Winnie Mandela de Njabulo Ndebele, dresse un parallèle entre l’expérience diasporique et la vie de plusieurs femmes sud-africaines touchées par la violence de leur pays : dans cette perspective, ces expériences ont pour point commun une forme de déstabilisation absolue dont rendrait compte la théorie du chaos. Plus largement que le concept de « diaspora » lui-même, c’est le champ sémantique qui l’accompagne qui est réexaminé. La contribution de Françoise Lionnet, par exemple, rejoignant les analyses d’H. Adlai Murdoch et de Shu-mei Shih, alimente la réflexion autour des concepts de « créolité » et de « cosmopolitisme » ; concepts qui ont acquis une place importante aussi bien dans les études littéraires ou artistiques que dans les sciences sociales.

5Refusant la lecture de la diaspora comme ensemble homogène, la plupart des auteurs mettent l’accent sur les discontinuités (Bénédicte Ledent, Mireille Rosello et J. U. Jacobs), l’hybridité (H. Adlai Murdoch) et les rapports de domination et les conflits en ce qu’ils pénètrent notamment les discours et les imaginaires diasporiques (Ashraf H. A. Rushdy, Louise Cainkar et Indira Karamcheti). L’expérience diasporique apparaît dans de nombreuses contributions comme suscitant ou accompagnant une remise en cause des normes sociales. Christine Vogt-William met par exemple en lumière le fait que les migrations des personnages principaux des romans de Shyam Selvadurai vont de pair avec l’affirmation progressive de masculinités alternatives en rupture avec l’hétéronormativité imposée dans leurs pays d’origine. Janet Wilson montre, quant à elle, comment l’expérience de l’exil de quatre écrivaines néo-zélandaises les conduit à questionner non seulement leur identité nationale ou « ethnique », mais aussi leurs rôles de femmes. Ainsi, la mobilité semble favoriser le dévoilement de l’hétérogénéité des cultures et la difficulté d’en délimiter des contours clairement saisissables. Dans ce sens, l’analyse du film Gadjo Dilo par Mireille Rosello peut être lue comme une contribution à la réflexion postmoderne sur le caractère « ouvert », hétérogène et conflictuel des cultures et des normes sociales.

6La dialectique continuité/discontinuité n’est pas uniquement posée en référence à un cadre social ou géographique, mais également temporel. En effet, la nécessité d’une perspective diachronique pour saisir les logiques et l’évolution du processus diasporique et des identités infuse nombre de chapitres de l’ouvrage. C’est le cas de celui de Bénédicte Ledent, mais aussi de Shanthini Pillai qui s’intéresse aux négociations de la mémoire et de l’espace à travers deux romans d’écrivains de la diaspora malaise (Preeta Samarasan et Hsu Ming Teo). De même, Corinne Duboin, à travers l’étude de trois fictions de Dinaw Mangestu et Chimamanda Ngozi Adichie, analyse les variations avec lesquelles ces auteurs, considérés comme appartenant à la « seconde génération » d’écrivains africains aux États-Unis nés à l’étranger, abordent les problématiques relatives à l’appartenance, aux identités et aux filiations. Leurs travaux soulignent notamment l’importance d’une lecture générationnelle, genrée, incluant affects et émotions, rendue possible par l’analyse des textes littéraires. Avec une approche différente, le sociolinguiste Lars Hinrichs prend lui aussi en compte la question générationnelle et montre que, parmi les migrants jamaïcains de seconde génération vivant à Toronto, la rupture n’est peut-être pas tant entre ceux nés en Jamaïque et les autres, mais entre des univers sociaux valorisant l’accent jamaïcain et d’autres ayant intériorisé sa stigmatisation.

7Hormis de rares exceptions, les contributions reposent principalement sur l’utilisation de la littérature ou d’arts visuels. L’un des intérêts de l’ouvrage vient du fait que ces œuvres sont traitées non pas seulement comme un miroir du social, mais qu’elles sont aussi perçues comme irremplaçables pour comprendre les imaginaires et les affects au cœur des processus de construction des diasporas. Ce traitement des œuvres contribue à nourrir l’effort de questionnement et de conceptualisation (ou reconceptualisation) des postulats théoriques.

8Le défi serait alors d’appréhender des œuvres littéraires ou artistiques comme ayant un statut épistémologique équivalent, voire supérieur, à celui de matériaux produits par l’enquêteur en sciences sociales. Les implications et les questions que ce point de vue soulève sont finalement peu abordées et discutées, si ce n’est dans la contribution de Janet Wilson ou dans celle de Bénédicte Ledent. Le seul regret que l’on puisse éprouver à la lecture de cet ouvrage, singulièrement stimulant, vient de la trop faible prise en compte de ces considérations, celle-ci rendant, in fine, le dialogue entre études littéraires et sciences sociales assez limité – ces dernières étant d’ailleurs peu représentées. Malgré cela, l’effort de la plupart des contributeurs littéraires pour inscrire leurs travaux dans une perspective transdisciplinaire demeure très convaincant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Condevaux et Mélanie Pénicaud, « Misrahi-Barak Judith and Raynaud Claudine, Diasporas, Cultures of Mobility, “Race”, Vol. 1 Diasporas and Cultures of Migrations », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/7522

Haut de page

Auteurs

Aurélie Condevaux

Chargée de cours, Université François Rabelais de Tours

Mélanie Pénicaud

Doctorante, MIGRINTER/Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page