Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bredeloup Sylvie, Migrations d’aventures. Terrains africains

Constance De Gourcy
p. 348-349
Référence(s) :

Bredeloup Sylvie (2014) Migrations d’aventures. Terrains africains, Paris, CTHS Géographie, 143 p. ISBN : 978-27355-0818-1

Texte intégral

1À quel univers de sens se réfère le vocabulaire de la recherche dès lors qu’il relève d’un usage commun ? C’est à la construction sémantique de la notion d’« aventure » et à la déclinaison de ses multiples enjeux dans le champ des migrations africaines que s’emploie Sylvie Bredeloup dans ce stimulant ouvrage. Socio-anthropologue de formation et spécialiste des migrations internationales, l’auteure s’est attelée à ce chantier en puisant dans une vaste culture scientifique et littéraire les nombreuses références permettant de mettre en évidence les vertus heuristiques du terme tout en questionnant les impensés qui l’entourent. Revisitant l’historiographie des migrations africaines depuis les années 1970, elle montre combien l’aventure constitue un angle de vue original et pertinent pour souligner l’inventivité, la créativité, mais aussi la prise de risques consentie qu’effectuent les migrants à différentes étapes de leurs parcours migratoires. Ce faisant, l’auteure pose un nouveau cadre d’analyse des migrations africaines qui s’affranchit des problématiques liées au co-développement ou orientées vers la recherche des déterminants économiques tout en proposant un certain nombre de pistes à investiguer destinées à complexifier ces approches.

2Si l’ouvrage s’inscrit dans le prolongement de recherches portant sur la créativité de l’agir dans le domaine des migrations, domaine marqué par l’imprévu et l’inattendu, il se caractérise aussi par un travail de construction théorique de l’aventure comme catégorie d’analyse. Pour ce faire, l’auteure mobilise une approche généalogique permettant de relever les normes et les significations qui balisent l’espace de références et spécifient le mot depuis ses premières occurrences au XVIe siècle sous la plume d’un chroniqueur (p. 19) et dans une discipline telle que la géographie, en 1975 (p. 10). La polysémie du terme, et les multiples sens auxquels il renvoie selon les contextes spatio-temporels, sont analysés comme autant de révélateurs des représentations qui parcourent différentes sociétés à différentes époques.

3Pour autant, dans un contexte où l’inconnu a laissé place au connu et où il devient de plus en plus difficile pour les candidats à l’émigration de partir, l’usage actuel du terme aventure et sa prégnance dans le paysage social et médiatique ne peut qu’attiser la curiosité du chercheur. Quelles références s’approprie l’individu quand il s’auto-désigne ou désigne ses activités comme relevant de l’aventure ? Quelle est la valeur heuristique du terme pour penser autrement les mobiles de l’action ? Sylvie Bredeloup montre ainsi combien le recours à l’aventure témoigne de la progressive montée en puissance de la « réalisation de soi » comme dimension de l’action. Les terrains africains investigués depuis ses recherches sur les marchands de diamants jusqu’aux différentes générations de marins et d’entrepreneurs africains à Marseille témoignent de l’importance de ce registre dans le déclenchement de projets migratoires et dans le regard porté par les migrants pour qualifier leurs mobilités au regard des épreuves endurées. Dans cette perspective, le migrant est celui ou celle qui considère son parcours comme étant jalonné de défis à surmonter. Il en résulte une conception de la migration envisagée comme une ouverture à l’imprévu et un moyen privilégié pour s’affranchir d’un destin connu d’avance.

4Les neuf chapitres qui composent l’ouvrage apparaissent comme autant de déclinaisons permettant de creuser les multiples dimensions auxquelles renvoie l’aventure. Éloigné de tout académisme, mais au risque à certains moments de prendre au dépourvu le lecteur peu au fait du sujet par l’abondance des références puisées dans différents domaines, l’objectif n’est pas seulement de faire le point sur la notion – au sens parfois photographique du terme –, il est également de montrer comment elle renouvelle l’analyse des formes culturelles de la migration (p. 17).

5Le premier chapitre déploie l’interrogation sur le sens donné à l’aventure dans le contexte européen. L’auteure met ainsi en avant la quête d’intensité comme ce qui différencie l’aventurier du héros, cette autre figure productrice de modèles d’identification. Les deux chapitres suivants poursuivent le travail de spécification de la notion en montrant comment la quête d’aventure n’est pas l’apanage du migrant, le sédentaire peut être également animé par cette recherche. Elle souligne aussi combien il serait réducteur de considérer toutes les migrations à travers ce prisme. Après ces éléments de clarification, l’auteure s’attèle à montrer, dans les chapitres suivants, comment des figures majeures de la migration africaine – le « jaguar » et le « sapeur » – peuvent constituer des modèles choisis par un grand nombre de jeunes pour le potentiel d’aventures auquel ils sont associés (chapitre 4). Un questionnement plus ample se dégage ainsi sur la dimension individuelle ou collective de l’aventure et sur les modes de promotion sociale qu’elle rend possible. Si s’éloigner du groupe est la condition nécessaire à la réalisation de soi pour nombre d’aventuriers, la reconnaissance du caractère aventureux de la démarche s’effectue par le groupe. Ainsi, la notion apparaît-elle comme un révélateur de la façon dont se pense le changement social au sein des collectifs et de la façon dont il est perçu (chapitre 5). L’intensité du vécu qui caractérise l’aventure peut-elle cependant se manifester sur toute une vie ? Le chapitre 6 aborde cette question en soulignant l’importance des actions ritualisées qui rythment la vie d’un collectif à travers le devenir des siens. L’auteure présente également les principales voies de sortie de l’aventure, ce qui consacre l’hypothèse selon laquelle l’aventure ne peut être que ponctuelle, mais pas nécessairement vécue comme telle par les migrants rencontrés. Les territoires de l’aventure font l’objet du chapitre suivant. Si chaque époque a eu ses territoires de déploiement, la grande ville se présente désormais comme un lieu majeur d’expérimentation ; l’aventure se cristallise en effet et affleure dans une toponymie urbaine officieuse, mais révélatrice des nombreux chemins détournés empruntés par celles et ceux qui souhaitent se distinguer par leur capacité à innover. Le chapitre 9, consacré aux imaginaires migratoires, oriente la réflexion vers l’analyse des opérations de (re)qualification qu’effectuent les migrants à différentes étapes de la mise en récit de leurs parcours. Le rôle et la place des femmes migrantes ainsi que les possibilités qui s’offrent à elles pour sortir des sentiers balisés font l’objet du dernier chapitre, lequel précède une riche conclusion récapitulative.

6Au final, l’ouvrage pose les bases d’un programme de recherche innovant sur l’aventure comme prisme opératoire dans la mise en valeur d’aspects souvent minorés ou occultés, mais décisifs dans la réalisation des parcours migratoires. Si les terrains investigués sont africains, ce programme a cependant vocation à s’étendre à d’autres aires géographiques afin de comprendre comment la quête d’aventure se présente comme un mobile important dans l’activation de parcours de mobilité à la fois géographique et sociale. L’ouvrage apporte ainsi une contribution significative au paradigme de l’autonomie dans les mobilités et migrations internationales. Il intéressera, à ce titre, un public d’universitaires pour l’actualité vive de la recherche sur le sujet et un grand public désireux de porter un regard affranchi de considérations misérabilistes sur les migrations d’aventure qui se déploient dans le berceau de l’humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance De Gourcy, « Bredeloup Sylvie, Migrations d’aventures. Terrains africains », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7527

Haut de page

Auteur

Constance De Gourcy

Enseignante-chercheure, Département de sociologie, Aix-Marseille Université/LAMES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page