Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Tarrius Alain, Étrangers de passage. Poor to poor, peer to peer et La mondialisation criminelle

Fatima Qacha
p. 229-232
Référence(s) :

Tarrius Alain (2015) Étrangers de passage. Poor to poor, peer to peer, La Tour d’Aigues, L’Aube, 175 p., ISBN : 978-2815-911-44-3

Tarrius Alain (2015) La mondialisation criminelle, La Tour d’Aigues, L’Aube, 150 p., ISBN : 978-2815-911-47-4

Texte intégral

1L’auteur avait prévu la publication d’un seul ouvrage de 330 pages qu’il intitulait Deux mondialisations souterraines en Europe, sous-titré, Livre I : le fétichisme de la marchandise entre pauvres et Livre II : transmigrations des femmes pour le travail du sexe et la vente des drogues. L’éditeur, Jean Viard, directeur des éditions de l’Aube, lui proposa d’éditer séparément les deux livres, car si les deux formes de mondialisation étudiées laissent apparaître quelques liens, en particulier par des blanchiments croisés d’argent, les logiques d’acteurs sont différentes. Les « transmigrants marchands-entre-pauvres » manifestent des initiatives de nature autre que celles des « transmigrantes marchandisées » pour le travail du sexe, même si de nombreux échanges les mettent en présence le long des territoires circulatoires de leurs tournées transeuropéennes. Il reste toutefois utile de disposer des deux volumes : les renvois de l’un vers l’autre sont fréquents, le chercheur ayant pratiqué des terrains communs aux deux types de circulation.

2Dans Étrangers de passage, Alain Tarrius expose une synthèse de ses travaux sur ceux qu’il a dénommés, dès 1987 et jusqu’en 1999, « les migrants nomades », puis à partir de 2001 et après avoir décrit les formes d’une mondialisation entre pauvres – ou poor to poor – ou encore mondialisation par le bas, les « transmigrants ». Il témoigne ainsi de l’apparition dans des nations européennes, sur le mode de centralités souterraines, de vastes emplacements marchands dans les années 1980 à partir d’initiatives de collectifs de migrants originaires de nations euro-périphériques, puis, à partir des années 1990, de la substitution des places marchandes par des multi-centralités de réseaux. Les initiatives de populations turques et marocaines structurent alors les territoires circulatoires transeuropéens nord et sud, densifiés dans les années 2000 par les circulations moyen-orientales amalgamant le long de leurs parcours des nationaux balkaniques.

3Dans cet ouvrage, le chercheur présente ses travaux de 2008 à 2015 sur les territoires circulatoires nord méditerranéens, « route des Sultans » de la mer Noire à la mer Adriatique, « route en pointillés » de quartiers de relégation en ghettos urbains dans les villes italiennes, françaises et espagnoles. Il prend à témoin les populations transmigrantes baloutches, iraniennes et afghanes, du commerce des produits électroniques d’entrée de gamme « free tax, passed by Dubaï » des grandes firmes du Sud-Est asiatique, en tournées de six mois de chez eux à chez eux par la voie méditerranéenne. Nombreux, plusieurs centaines de milliers, et invisibles parmi des millions de voyageurs, car en tournées sous visa touristique, ces étrangers de passage qui échappent au cadrage statistique spécifique n’en transforment pas moins les contours de villes telles que Trabzon, port turc emblématique de la mer Noire, Sofia, Tarente et Alicante. Sa redéfinition, à l’échelle de réseaux internationaux, de la notion de Park de moral area – ou « espace de mœurs » – lui est alors utile pour décrire le rôle des transmigrants dans les agencements de ces villes et l’apparition de métissages ou de cosmopolitismes nouveaux permis par les échanges marchands indifférenciés : « les pauvres, dès lors que l’opportunité leur est donnée de se reconnaître comme collectif d’usagers dans la ville, entrent sans réticence dans la complexité des rapports d’altérité et exposent leur cosmopolitisme, de circulation et de voisinage urbain ». Depuis les années 1980, Alain Tarrius propose deux autres notions clefs pour aborder ses terrains ; d’abord le « paradigme de la mobilité », notion d’usage méthodologique qui lui permet d’identifier les rapports sociaux originaux, interindividuels et collectifs, institués par les migrants de passage comme autant d’interactions entre eux et avec les habitants sédentaires. Ensuite les « territoires circulatoires », topique souple, évolutive, qui concrétise les continuités sociales et territoriales créées par ces populations à travers les nations. Ces trois notions sont redéfinies par les nouveaux apports de terrain au fur et à mesure de l’enchaînement des recherches de l’auteur. Deux annexes au premier ouvrage en détaillent précisément le contenu et les usages.

4Deux préalables issus des travaux antérieurs du chercheur sont appelés pour les cadrages contextuels. D’une part, les importants enjeux financiers attachés à ces commerces souterrains comme résultats des connivences entre acteurs majeurs des économies criminelles de la drogue et des économies officielles, les grandes firmes du Sud-Est asiatique : la seule filière souterraine des produits électroniques à partir des importations émiraties passant par la mer Noire et la voie méditerranéenne écoule environ 6 milliards de dollars avancés aux transmigrants moyen-orientaux par les milieux criminels russo-italiens des trafics de l’héroïne et des femmes. Les stratégies de la mondialisation entre pauvres, ou poor to poor, déployées par les grands opérateurs de l’électronique du Sud-Est asiatique, facilitatrices des commerces des transmigrants qui se chargent de marchandises directement livrées des Émirats non seulement dans les ports de la mer Noire, mais encore lors de leurs étapes de Durrës, sur l’Adriatique, et de Valencia, ne concernent que des populations clientes de pauvres et ne concurrencent pas les distributions officielles. Nous sommes bien loin des marchés et bazars de vêtements et colifichets asiatiques. D’autre part, second préalable, le chercheur refuse de se cantonner aux populations de nations pauvres extérieures à l’espace Schengen : l’économie entre pauvres n’est pas un attribut exclusif de nations sous-développées. Au contraire, nous suivons de ville à ville, de nation à nation, de continent à continent, les parcours de ces hordes de saute-frontières. Mais surtout, nous voyons, à partir des villes européennes, comment deux séries de phénomènes sociétalement structurants se déploient : en premier lieu la suggestion, par l’unité transfrontalière qu’opère le territoire circulatoire européen, de l’existence de peuples sans nation, en particulier turc et marocain, agrégeant et dynamisant les immigrations sédentaires dispersées à travers l’Europe depuis plusieurs décennies. Il n’est pas rare qu’une branche familiale de Marocains installée en Espagne entretienne des relations étroites avec d’autres branches en France, en Italie, en Allemagne et en Belgique. Des mobilités incessantes opèrent comme recours en cas de chômage ou encore pour la santé, etc. Les frontières ne sont plus celles des nations, mais de l’entité sociale marocaine. En second lieu, la mobilité internationale des transmigrants opère comme « ressource de sortie par le bas » pour des jeunes des enclaves urbaines des villes européennes. Le constat du passage du classique paradigme immigration/intégration à celui transmigration/mondialisation correspond, au fond, à un changement de focale marxiste. « Au revoir le Marx du moteur unique de la migration comme mobilisation internationale de la force de travail. Bonjour la remarquable intuition de Marx sur le fétichisme de la marchandise en situation de globalisation libérale » (p. 5). La mobilisation internationale et les assignations sédentaires des immigrants qu’elle a exigées ont produit les ghettos urbains. Le fétichisme de la marchandise promeut les migrants en entrepreneurs mobiles au service des économies marchandes ultralibérales : actualisation de l’exploitation des migrants pauvres, certainement, mais vécue comme libération d’initiatives par ceux-ci. C’est ainsi que la plupart des transmigrants déclarent ne jamais quitter leur « chez soi », qu’ils enrichissent tournée après tournée. Les multiples étapes sur les vastes territoires des circulations deviennent socialement proches, organisées en voisinages qui redéfinissent les notions d’origine et de destination.

5Les difficultés de lecture de ce livre tiennent à la souplesse, la déclinaison constante des approches compréhensives développées par Alain Tarrius. La redéfinition des notions clefs, lors de ses incessants allers-retours entre terrains et univers notionnel, déroute le lecteur qui n’est pas au fait de cette gymnastique bien en phase avec les recommandations de Weber, Simmel, Park, Goffman, Barel, Lourau, Hanertz qu’il cite fréquemment, parmi d’autres chercheurs plus contemporains, Ma Mung, Agier, Diminescu, Kokoreff, Boubeker, etc. Le « mimétisme » avec les populations transmigrantes et donc « l’enquête en mobilité » engendrent d’importantes contraintes, que comprennent peu les laboratoires gestionnaires, mais qui permettent à Alain Tarrius de décrire les rapports sociaux originaux produits dans les temporalités singulières des territoires circulatoires. Le choix de « situations révélatrices » (Goffman) livre au lecteur des scènes heureusement choisies et bien enracinées dans la réalité des interactions, occasions de renouvellement de l’intérêt de la lecture.

6Dans La mondialisation criminelle, il ne s’agit plus de synthèses ni d’actualisations de recherches menées depuis trois décennies, mais d’une enquête, d’un enchaînement de terrains, de situations, qui éclairent crûment le phénomène étudié : le trafic de femmes, pour le travail du sexe, et de drogues depuis les mêmes entours, de la mer Noire aux nations de l’espace Schengen.

7Le fétichisme de la marchandise femmes-drogues est porté à son plus haut niveau par la libéralisation-globalisation des milieux criminels. L’auteur étudie ici les filières transeuropéennes russo-italiennes et leur grande proximité avec les territoires circulatoires des transmigrants du poor to poor. Les origines des « marchandises » (Balkans et Caucase pour les femmes, Afghanistan, Turquie, Géorgie et Russie caucasienne pour les drogues opiacées), des recruteurs (Albanais, Géorgiens, Serbes), des espaces de distribution ou moral areas (Italie du Sud, Levant espagnol, routes françaises, nations permissives nord-européennes) se diversifient à l’échelle de la globalisation du marché. Transmigrantes, ces femmes le sont assurément, qui parcourent en cinq ou six années l’ensemble des moral areas. Évidemment les temporalités ne sont pas les mêmes que celles des transmigrants du poor to poor, mais les cosmopolitismes de route sont proches et les investissements au lieu d’origine souvent identiques. Alain Tarrius suit particulièrement une cohorte de femmes accompagnées de parentèles, frères, sœurs, jeunes parents et proches amis du village ou du quartier d’origine. Ces accompagnateurs travaillent et habitent non loin des clubs prostitutionnels ; ils maintiennent un lien constant avec le milieu d’origine et sont les acteurs résolus de la réalisation du projet de retour. Ses enquêtes, à partir de l’aide de commissaires territoriaux espagnols, qui exercent la tolérance sur les clubs prostitutionnels, lui permettent d’évaluer à 10 800 le nombre des femmes des Balkans et du Caucase qui travaillent dans le Levant ibérique, puis d’évaluer les importants blanchiments des revenus des drogues par le travail légal du sexe. Une enquête auprès de 120 femmes, entre 2009 et 2011, lui permet de maintenir un réseau de quarante-sept informatrices, via Skype, et d’enquêter auprès de dix-sept d’entre elles le long des routes et autoroutes françaises. Il y gagnera dans les aires de service le surnom de « mac boiteux » (en raison de sa claudication) fortement contrôlé lors de ses terrains, non par des personnages des milieux qui exploitent ces femmes, mais par divers responsables de commerces et d’exécutifs politiques locaux. C’est ainsi que lors d’une passionnante enquête sur les passages drogues et femmes de la frontière espagnole du Perthus, il met précisément en évidence le processus d’expansion spatiale tributaire de la moral area de La Junquera, au Perthus : l’omniprésent clientélisme politique des exécutifs départemental et municipal de Perpignan, ses contentions, omertas et violences, fait le lit des milieux mafieux russo-italiens. Une « communauté morale » s’établit entre les deux espaces frontaliers qu’unissent les multiples mobilités des hommes, consommateurs et trafiquants, et de l’argent des bourgeois rentiers, malgré l’apparence contradictoire des législations sur le travail du sexe. Des adolescent-e-s des collèges, lycées, centres de formation de ce département deviennent des proies faciles pour la pénétration des drogues chimiques, et certain-e-s d’entre eux-elles sont happé-e-s par le dispositif prostitutionnel espagnol. Le chercheur déploie méticuleusement, pour cette enquête sur la constitution et le fonctionnement d’une moral area transfrontalière, des méthodologies proches de celles proposées par l’analyse institutionnelle de Lourau, et d’hypothèses suggérées par Barel, et se heurte aux tentatives violentes de l’exécutif départemental d’empêcher ses investigations.

8Le livre se termine par des enquêtes sur les routes et autoroutes françaises de Narbonne à Avignon auprès des femmes, accompagnées ou non de parentèles, qui poursuivent leur transmigration européenne en rejoignant les nations nordiques permissives ou en retournant chez elles. Ses franchissements fréquents des frontières, entre les emplacements de marchandisation des femmes et ceux de leur vie avec leurs parentèles d’accompagnement, donnent lieu à des récits d’une anthropologie des allers-retours vers une humanité ordinaire de ces femmes-marchandises.

9Alain Tarrius nous livre un récit passionnant et inquiétant. Des chercheurs, des travailleurs sociaux, des étudiants et toute autre personne curieuse des continuités entre mondes souterrains et officiels trouveront là une forte inspiration, à l’identique de travaux de Trascher ou de Park souvent cités par le chercheur.

10Il est peut-être regrettable que ne soient pas davantage utilisées les formalisations permises par l’analyse des réseaux : le constat d’insécabilité des rapports économiques et affectifs, convaincant pour comprendre les rapports sociaux dans les territoires circulatoires et en exposer une anthropologie est bien moins évident dans ces univers de logiques marchandes où les femmes elles-mêmes sont marchandises.

11Le lecteur de ce livre sera déçu par l’absence d’une recherche sur le retour des femmes au pays. Qu’en est-il de l’affirmation de l’auteur, au détour d’une phrase, selon laquelle « elles réalisent dans leur transmigration de six années l’ascension sociale que ne leur aurait jamais permis la sédentarité » ? Alain Tarrius compte bien apporter une réponse à cette question dans une prochaine recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatima Qacha, « Tarrius Alain, Étrangers de passage. Poor to poor, peer to peer et La mondialisation criminelle », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°1 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/7558

Haut de page

Auteur

Fatima Qacha

Maître de conférences en sociologie, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès/LISST-CERS

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page