Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Roms roumanisés, Ciurari, Ursari : ethnicité et appartenances sociales. Ethnographie des migrants roms roumains à Montpellier

Romanized Roma, Ciurari, Ursari: Ethnicity and Social Belongings. Ethnography of Romanian Roma Migrants in Montpellier
Roma romanizados, Ciurari, Ursari: etnicidad y pertenencias sociales. Etnografía de los roma rumanos migrantes en Montpellier
Marion Lièvre
p. 35-57

Résumés

Comment devient-on Roms roumanisés, Ciurari, Ursari ou encore Bogdăneșteni ? Sur la base d’une ethnographie des frontières et des marqueurs mobilisés par les différents groupes roms roumains présents à Montpellier, cet article interroge ce qui habituellement est désigné comme « culturel ». Appartenances ethniques, logiques de distinction sociale et processus de domination symbolique se conjuguent pour redessiner les contours des valeurs identitaires et culturelles de ces groupes roms et définir une « authenticité culturelle ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des « Roms roumanisés » : éloignés de valeurs culturelles ?
Présentation des familles : Popescu/« Roms roumanisés » versus « Ciurari »/Rocșa
Roumanisés versus Ciurari : des différences posées comme culturelles
Roumanisé : traduction d’un processus de distinction sociale
Se dire « Cortorari » : « nation prestigieuse » versus « nation inférieure »
Présentation des familles : Rocșa/Cortorari versus Bogdăneșteni/Ursari
Ce que la relation des Rocșa aux Bogdăneșteni traduit
Cristallisation autour de caractéristiques désignées comme culturelles et authentiques
Saillance de caractéristiques culturelles
Au-delà de la saillance de caractéristiques culturelles : la désignation de « Tsiganes authentiques »
Conclusion

Aperçu du texte

Ceux que le sens commun désigne largement par le terme de « Roms » sont avant tout des citoyens d’un État-nation, soit des Roms roumains, Roms français, etc. Et dans chacun de ces pays, le terme « rom » est souvent décliné par les intéressés en une multitude d’endo-ethnonymes et d’hétéro-ethnonymes. En référence aux Roms de Roumanie, s’ouvre en général un large panel d’ethnonymes et d’hétéronymes : Cortorar, Lăieș, Ursar, Lăutar, Roms roumanisés, etc. Cette contribution propose d’interroger l’usage que les Roms font de ces catégories d’identification à partir des observations effectuées auprès de trois groupes de migrants roms roumains présents à Montpellier : les Popescu ou Roms roumanisés, les Rocșa dits Ciurari et les Ursari dits Bogdăneșteni. Que signifie se déclarer « Rom roumanisé » ou encore que traduit la désignation d’un autre groupe de Roms comme Ciurari ? Que révèle la mobilisation de frontières par ces groupes pour se définir et identifier les autres groupes, quant aux l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lièvre Marion (2015) Roms roumanisés, Ciurari, Ursari : ethnicité et appartenances sociales. Ethnographie des migrants roms roumains à Montpellier, Européenne des Migrations Internationales, 32 (1), pp. 35-57.

Référence électronique

Marion Lièvre, « Roms roumanisés, Ciurari, Ursari : ethnicité et appartenances sociales. Ethnographie des migrants roms roumains à Montpellier », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°1 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 29 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/7625

Haut de page

Auteur

Marion Lièvre

Docteure en ethnologie, post-doctorat projet ANR « Marg-In », CITERES, Université François Rabelais de Tours ; marionsli@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page