Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les limites du « remodelage socialiste » : les Égyptiens formés en RDA (1969-1989)

The Limits to “Socialist Remodeling”: Training Egyptians in GDR (1969-1989)
Los límites de la «remodelación socialista»: los egipcios formados en la RDA (1969-1989)
Amélie Regnauld
p. 57-76

Résumés

La mise en place des relations diplomatiques entre la RDA et l’Égypte le 10 juillet 1969 parachève le processus de rapprochement économique et culturel entamé au milieu des années 1950. Étudiants et travailleurs égyptiens sont accueillis chaque année en RDA, au titre de la « formation populaire », qui devient l’un des pans privilégiés de la coopération bilatérale. L’encadrement très strict de ces mobilités mène à la constitution de réseaux relationnels étoffés, qui mettent en contact scientifiques, intellectuels et activistes de gauche des deux pays. Cependant, de tels liens nourrissent des attentes divergentes du côté est-allemand et du côté égyptien. Le processus de familiarisation réciproque permis par l’immersion linguistique et culturelle est néanmoins un facteur de rapprochement des élites politiques ou artistiques, même si ces liens n’excluent pas une imbrication d’intérêts, qui ne relèvent pas tous de l’idéologie. En outre, la mise en relation des populations a des conséquences sociales, qui oscillent entre confrontation et adaptation. En analysant les ressorts de la coopération culturelle et technico-scientifique bilatérale, cet article entend montrer les limites de l’entreprise de « remodelage socialiste » menée par Berlin-Est auprès de ses interlocuteurs égyptiens.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Coopération culturelle et technico-scientifique : la mise en œuvre de la « formation populaire »
La formation des Égyptiens en RDA : conditions d’éligibilité et essai de quantification
Les « spécialités prioritaires » : encourager les transferts de technologie et favoriser le processus d’industrialisation de l’Égypte
Formation technique ou idéologique ?
Pour la RDA : former des « activistes expérimentés » et de futurs partenaires. Les objectifs extra-scientifiques de la coopération culturelle
Pour l’Égypte : profiter d’un savoir-faire technique et de facilités matérielles. Les limites de la formation idéologique
La « solidarité internationale vécue au quotidien » : interactions culturelles et gestion des imprévus
La surveillance des Égyptiens en RDA
Mécanismes d’adaptations et confrontations socio-culturelles : entre pragmatisme et préjugés
Conclusion

Aperçu du texte

Le 10 juillet 1969, le gouvernement égyptien rend officielle la reconnaissance de la République Démocratique Allemande (RDA), dans le cadre de la « vague de reconnaissances » dont Berlin-Est fait l’objet par les pays arabes. La mise en place des relations diplomatiques bilatérales parachève le processus de rapprochement économique et culturel entamé par l’Égypte et la RDA depuis le milieu des années 1950. Le 27 février 1965, lors de sa visite en Égypte, le président du Conseil d’État de la RDA, Walter Ulbricht, a en effet déjà inauguré le centre culturel est-allemand du Caire (Wissa-Wassef, 1972 : 626). Le 1er mars 1965, un accord bilatéral a donné lieu à la signature d’une série de conventions visant à organiser les relations culturelles et technico-scientifiques. Depuis, une centaine de places est réservée chaque année aux étudiants et aux travailleurs égyptiens en RDA, au titre de la formation populaire (Volksbildung). L’encadrement très strict de ces mobilités mène à la constitu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Regnauld, « Les limites du « remodelage socialiste » : les Égyptiens formés en RDA (1969-1989) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/7787

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page