Navigation – Plan du site
Varia

Camelots sénégalais à Buenos Aires : une négociation cosmopolite du trottoir

Senegalese Street Vendors in Buenos Aires: A Cosmopolitan Trading on Sidewalks
Los vendedores ambulantes senegaleses en Buenos Aires: una negociación cosmopolita de la acera
Régis Minvielle
p. 121-144

Résumés

La récente migration africaine en Amérique latine s’inscrit dans un processus de reconfiguration du phénomène migratoire. Les parcours se déploient et se recomposent au gré non seulement de l’histoire des politiques migratoires, des crises et des opportunités économiques, mais aussi en fonction des histoires de groupes et d’individus. À Buenos Aires, la grande majorité développe une activité de commerce de rue sous l’impulsion notamment de la communauté mouride sénégalaise. Ces inscriptions par le bas s’effectuent en premier lieu dans le quartier central d’Once où se sont fondues au fil des époques des générations d’immigrés. De cet investissement de l’espace public, naissent des liens cosmopolites entre les différentes communautés de migrants qui envisagent la rue comme une ressource. Cependant, la saturation progressive de la vente ambulante à Once pousse les Sénégalais à explorer de nouveaux territoires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

De la figure de l’esclave au vendeur ambulant
La mondialisation de la vente à la sauvette
Once : un espace marchand cosmopolite
Le créneau de la bijouterie de pacotille
Les liens sociaux du commerce de rue
Faire sa place
La surveillance policière : un jeu de dupes
La rue comme vecteur d’alliances fluides
À la conquête des territoires

Aperçu du texte

Depuis le début des années 1990, mais surtout durant la dernière décennie, l’Europe s’est progressivement muée en une véritable forteresse pour les aspirants à la migration. Les routes qui conduisent vers l’Europe se ferment sous l’effet de politiques qui laissent de moins en moins de possibilités aux migrants d’y entrer. Le pont entre les deux rives de la Méditerranée est coupé (Choplin, 2010) et les migrants subsahariens qui s’aventurent vers le nord du continent africain se retrouvent pour la plupart d’entre eux dans un état d’« assignation territoriale » (Timera, 2009). Dans ces conditions, il ne reste guère de choix pour les migrants : attendre au seuil de la porte européenne en espérant qu’elle s’ouvre à nouveau, tenter de desserrer l’étreinte en se lançant dans une aventure très périlleuse à bord d’embarcations de fortune depuis les côtes lybienne, mauritanienne ou sénégalaise (Ba et Ndiaye, 2008), retourner au pays d’origine en courant le risque de devenir un paria, ou enfin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Minvielle, « Camelots sénégalais à Buenos Aires : une négociation cosmopolite du trottoir », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/7823

Haut de page

Auteur

Régis Minvielle

Post-doctorant à l’Université de São Paulo, Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo ; minviellergis@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page