Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bhabha Jacqueline, Child Migration and Human Rights in a Global Age

Bénédicte Lavaud-Legendre
p. 169-170
Référence(s) :

Bhabha Jacqueline (2014) Child Migration and Human Rights in a Global Age. – Princeton ; Oxford : Princeton University Press, 2014. – 374 p. ., ISBN : 978-0-691-14360-6

Texte intégral

1Dans son ouvrage intitulé Child Migration and Human Rights in a Global Age, Jacqueline Bhabha, directrice de recherche au centre François-Xavier Bagnoud pour la Santé et les Droits de l’Homme, à l’université d’Harvard, se livre à un diagnostic sans concession quant à la manière dont les mineurs migrants, bien souvent séparés de leurs parents, sont considérés et accompagnés durant leur développement dans différents pays du monde. Elle identifie ainsi l’incroyable ambivalence de nos sociétés. Considérés à la fois comme devant être protégés, parce que vulnérables, ces mineurs sont dans le même temps condamnés comme coupables d’infractions à la législation et à ce titre, écartés des dispositifs de protection de l’enfance ; mineurs auxquels on reconnaît le droit à une vie familiale normale, c’est-à-dire le droit de grandir entourés de ses deux parents, alors que dans le même temps les politiques migratoires ont bien souvent pour effet de les séparer de leurs parents ; mineurs auxquels on reconnaît le droit à l’éducation, alors que dans le même temps les délais de prise en charge font obstacle à leur accès à la scolarité ; mineurs auxquels on reconnaît une certaine autonomie et une volonté propre, alors que dans le même temps de telles qualités sont bien souvent ignorées par les dispositifs d’accompagnement. Pour ne retenir qu’un exemple, l’auteur souligne que les enfants nés sur le sol américain ont le droit de rester y vivre, mais ce droit ne s’applique pas à leurs parents. Il n’est donc pas rare que des parents puissent être renvoyés en faisant éventuellement le choix de laisser leurs enfants lorsqu’ils sont convaincus qu’ils n’auront pas d’avenir possible dans leur pays d’origine. Retenant une approche globale, elle analyse la réponse des Cours européennes en présence d’une difficulté comparable. La Cour européenne des droits de l’homme ne se réfère pas à l’intérêt des mineurs, mais confronte uniquement l’intérêt des parents à ceux de l’État. À l’inverse, la Cour de justice de l’Union européenne inclut dans son appréciation l’intérêt des enfants.

2En étayant sa démonstration par de nombreux exemples extrêmement documentés, Jacqueline Bhabha aborde différents contextes de migration : le rapport à la famille (ce qui regroupe le droit à vivre avec ses parents, l’épineuse question de l’accès à la citoyenneté et l’adoption) ; l’exploitation (dans le cadre de la traite des êtres humains ou sous l’angle spécifique des enfants soldats) et enfin, la migration comme mode de survie notamment suite au printemps arabe. L’ambivalence identifiée se décline dans l’ensemble des champs abordés. Elle se traduit par la complexité des procédures, l’absence d’engagement de bon nombre d’acteurs auprès de ces jeunes et évidemment l’insuffisance des moyens dédiés. Il en découle de conséquentes violations des droits de ces mineurs, de ces droits-mêmes qui sont explicitement proclamés par les textes internationaux. On peut croire qu’une clarification des objectifs de nos sociétés permettrait de résoudre bon nombre de difficultés, à droits et à moyens constants. Il est pour cela nécessaire d’oser définir un certain nombre de priorités. Jacqueline Bhabha en définit plusieurs : l’accès des mineurs à un statut légal, à des droits économiques et sociaux et à un environnement social protecteur, ce qui implique dans la plupart des cas, le maintien des liens avec les parents. Respecter les droits des mineurs migrants, c’est également considérer leur aspiration à exprimer une volonté propre, à avoir un projet professionnel, un projet de vie. Les infantiliser ou les considérer uniquement sous l’angle répressif est bien souvent contre-productif. Leur reconnaître des droits durant leur minorité est la condition sine qua non pour qu’ils puissent assumer les obligations qui seront les leurs une fois majeurs. Ils ne seront les forces vives de notre monde de demain que si on leur en donne les moyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Lavaud-Legendre, « Bhabha Jacqueline, Child Migration and Human Rights in a Global Age », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/7848

Haut de page

Auteur

Bénédicte Lavaud-Legendre

Chargée de recherche CNRS, juriste.COMPTRASEC/Université de Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page