Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Merckaert Alain (dir.), Des femmes plurielles

Nina Sahraoui
p. 173-175
Référence(s) :

Merckaert Alain (dir.) (2013) Des femmes plurielles. – Amiens : Licorne. – 207 p., ISBN : 978-2-910449-42-1

Texte intégral

1L’ouvrage d’Alain Merckaert intitulé Des Femmes Plurielles est lui-même pluriel dans sa forme et dans son contenu. Y sont dressés les portraits de douze femmes venues de pays aussi différents que la Géorgie, le Gabon ou Haïti, pour ne citer que ceux-là, afin de s’installer dans le Nord de la France. Au travers de ces portraits se dessinent des trajectoires qui partagent un point commun, celui d’une vie citoyenne faite d’engagements dans le tissu associatif et politique local en Picardie et en Normandie.

2Les récits de vie sont contés un à un, fruits d’un travail sociologique d’entretiens dans un premier temps et d’un travail d’écriture littéraire réalisé dans un second temps par cinq auteures : Odile Glinel, Isabel Asunsolo, Dominique Marie Godfard, Léo Lamarche et Mirita Ribeiro. Ainsi, la singularité et la richesse des parcours viennent se refléter dans la diversité des formes d’écriture employées (récit à la première ou à la troisième personne, extraits de journal, abécédaire) et des styles littéraires de chacune des auteures. L’ouvrage entend partager avec les lecteurs des histoires à la fois ordinaires, par leur ancrage dans le quotidien, et exceptionnelles, par la force qui se dégage de chacun des récits. L’objectif poursuivi par le directeur de la publication au travers de cette démarche est de partager ces témoignages avec le plus grand nombre.

3Si les parcours sont singuliers et les expériences individuelles, émergent au sein de cet ouvrage plusieurs thèmes transversaux : d’une part, les questions qui ont été au cœur des entretiens (« leur vie en tant que femme, en tant que personne traversée par une diversité culturelle ; et en tant que citoyenne active ») et d’autre part, des expériences partagées dans les étapes de la migration telles que les questions de l’adaptation, de la relation au pays d’origine, ou encore de la transmission de la culture aux enfants.

4En premier lieu, de ces douze parcours de femmes émerge une force d’agir et de façonner son propre destin. Femmes immigrées ou enfants d’immigrés, ce ne sont pas les obstacles à surmonter qui manquent, mais chacun des parcours illustre comment le parcours migratoire, le leur ou bien celui de leurs parents, leur procure une forte détermination et leur permet de surmonter les difficultés initiales afin de mener une vie indépendante. Habiba, originaire d’Essaouira au Maroc, refuse de se conformer à une vie conjugale qu’elle n’a pas choisie et part avec sa fille à Agadir puis en France où elle va créer une entreprise de formation quelques années plus tard. Seela, Mauricienne, travaille un an dans une usine pour économiser un pécule en vue de son départ vers la France où elle deviendra cadre administratif à la Délégation régionale aux droits des femmes. Anatolie, quant à elle, obtient une bourse au Rwanda pour étudier en France, part en faisant la fierté de son père et devient professeur d’histoire-géographie. Ces trois exemples sont à l’image de l’ouvrage : des pays et des milieux d’origine très différents, mais un fil conducteur à trouver dans la détermination de ces femmes à décider du cours de leur vie.

5Ensuite, ces parcours sont imprégnés de ce qu’Alain Mackaert nomme « être traversé par une diversité culturelle ». Ces cultures constituent des ressources précieuses dans la vie de ces femmes et forgent leurs engagements. Lika, arrivée en France de Géorgie en tant que réfugiée politique avec son fils âgé de quelques mois à peine, son mari et sa mère, ouvre un restaurant géorgien après avoir obtenu un CAP cuisine. Samia, née dans une famille marocaine berbère, crée dans un quartier d’Amiens une association devenue incontournable dans la vie locale. Chacun des récits illustre ainsi à sa manière comment des parcours individuels donnent corps à une société plurielle, comment les actions de chacune viennent enrichir nos expériences collectives et faire vivre la diversité, un concept dont il est souvent question de manière abstraite et qui se trouve ici incarné.

6Toutes les femmes que nous rencontrons au fil de la lecture sont par ailleurs engagées et militantes, que ce soit dans la sphère professionnelle, associative ou politique. Si les causes qui leur sont chères sont parfois ancrées dans les expériences vécues lors du parcours migratoire et de l’arrivée dans un nouveau pays, les engagements sont multiples et ne sauraient être réduits à cette dimension. Mireille, venue du Gabon, est volontaire dans une crèche et milite auprès des sans-papiers jusqu’à ce qu’elle fonde sa propre association avec le projet de créer une crèche parentale et d’ouvrir un restaurant africain. Jola, qui a quitté la Pologne peu après la chute du régime communiste, s’est quant à elle engagée corps et âme pour les causes écologiques, notamment contre le nucléaire.

7Au-delà des trois thèmes qui font cet ouvrage, la richesse des récits évoque de nombreuses autres questions. Tout d’abord, celle des ajustements que la migration appelle nécessairement. Zohra partie du Maroc à dix-huit ans, préfère par exemple le terme « adaptation » à celui d’« intégration » à la tonalité trop assimilationniste. La relation au pays d’origine constitue un autre sujet de taille. Maria, née en France de parents portugais, envisage ainsi de prendre en charge la ferme familiale au Portugal dans le cadre d’un éventuel projet de retour. Enfin, et sans que ces trois points ne soient exhaustifs, se pose la question de la transmission de la culture et de la langue des parents aux enfants. Anatolie, venue du Rwanda, souhaiterait que ces enfants parlent le kinyarwanda et puissent connaître les contes de sa mère, dont le souvenir s’efface déjà.

8Cet ouvrage collectif parvient à rendre l’épaisseur des histoires individuelles, tout en faisant émerger des figures au travers de ces portraits singuliers. En écrivant l’histoire de Habiba, l’auteure Isabel Asunsolo mentionne par exemple ses origines espagnoles, tant certains vécus lui semblent familiers. Les récits partagés par ces douze femmes résonnent au-delà de l’expérience individuelle. Ces portraits se dessinent dans l’entrelacement de subjectivités : celle des femmes qui participent à cette aventure, celle des auteures qui rencontrent ces femmes et travaillent le texte à leur manière et enfin, celle des lecteurs qui se font le réceptacle de ces récits. Si cet ouvrage se rapproche davantage de l’œuvre littéraire que d’un travail sociologique, la richesse du matériau à partir duquel ces histoires sont écrites est remarquable et l’objectif de l’ouvrage annoncé dès les premières lignes, « donner une forme littéraire à ces témoignages, de façon à les porter vers le public » est indéniablement réussi.

9Pour conclure, il convient de reconnaître que l’entreprise littéraire originale de cet ouvrage permet d’accorder une place de « sujet » et non d’« objet » aux participantes, évitant ainsi l’objectivisation qu’opère parfois l’analyse sociologique quelque peu hâtivement. Les voix des femmes prennent ici toute leur place, elles sont mises à l’honneur dans la méthodologie (relecture du travail littéraire produit à partir des entretiens) ainsi que dans le texte final structuré autour des témoignages individuels. Cette forme d’écriture représente ainsi un bel hommage à l’engagement de ces femmes qui se nourrit de leur vécu et de leurs expériences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nina Sahraoui, « Merckaert Alain (dir.), Des femmes plurielles », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/7852

Haut de page

Auteur

Nina Sahraoui

Research Associate. Robert Schuman Centre for Advanced Studies/European University Institute

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page