Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Diaz Delphine, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier XIXe siècle

Ralph Schor
p. 175-177
Référence(s) :

Diaz Delphine (2014) Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier XIXe siècle. – Paris : A. Colin – 316 p., ISBN : 978-2-200-28927-0

Texte intégral

1Dans la première moitié du XIXe siècle, la France accueillit de nombreux étrangers ayant dû quitter leur pays pour des raisons politiques. Delphine Diaz a consacré sa thèse à ce phénomène et en publie une version probablement allégée. Elle rappelle d’abord que, depuis l’Ancien Régime et surtout la constitution de 1793, la France perpétue la tradition de l’accueil, poursuivie sous le Premier Empire, la Restauration, la monarchie de Juillet et la Deuxième République. À cette époque aucune définition juridique de l’exil politique n’existe, ce qui explique le caractère flou du vocabulaire alors utilisé : on parle indifféremment de « proscrits », d’« exilés », de « réfugiés », voire de « bannis », que les personnes concernées soient parties volontairement pour se mettre à l’abri ou qu’elles aient été contraintes au départ. Les distinctions entre exilés et immigrés du travail ou même touristes n’apparaissent pas encore nettement. Le dénombrement des étrangers ne peut être effectué, car ces derniers sont recensés en tant que tels seulement à partir de 1851. En fait la nationalité ne constitue pas encore une réalité juridique précisément définie. Aussi doit-on admettre de larges fourchettes statistiques. Les premiers arrivants sont des « Égyptiens », en fait des soldats originaires des pays méditerranéens venus après la campagne de Bonaparte en Égypte. La première vague importante d’arrivées comprend 10 000 à 12 000 Espagnols qui avaient suivi Joseph Bonaparte, placé par son frère sur le trône de Madrid. Puis, en 1823, entrent en France des libéraux espagnols hostiles à Ferdinand VII, suivis par des Espagnols légitimistes carlistes à partir de 1833. Dans les années 1820 affluent également des patriotes allemands et grecs ainsi qu’1 millier de libéraux portugais. Les Polonais deviennent majoritaires et constituent 87 % des réfugiés secourus en 1835. Chez les Russes de distinguent des libéraux comme Nicolas Tourgueniev et des révolutionnaires comme Bakounine et Herzen. Après la révolution de février 1848, la France devient une destination reine pour les exilés de toutes origines : les demandes de secours passent de 8 000 en 1847 à 12 000 à la fin de 1848.

2Sur le plan administratif, la monarchie de Juillet est réputée avoir mis au point un statut en faveur des réfugiés. En vérité, cette réputation est imméritée, car les pratiques d’accueil furent expérimentées à la fin de l’Ancien Régime avec la constitution de dépôts-logements, la distribution de subsides mensuels, la distinction établie entre civils et militaires. Sous la restauration, l’accueil est inspiré par les principes de la charité chrétienne ; sous la monarchie de Juillet, cette conception ne disparaît pas totalement, mais elle se trouve de plus en plus relayée par une gestion administrative de la question. Les droits et devoirs des bénéficiaires sont progressivement définis, une attitude réservée leur est demandée, les immigrés du travail sont écartés du système de secours. L’attribution de ces derniers permet de bien surveiller les communautés étrangères. Avec la Seconde République, les contraintes s’allègent, l’accès à la naturalisation s’assouplit, la liberté de circulation sur le territoire français est offerte. Mais, très vite, la rigueur revient et est encore renforcée après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte du 2 décembre 1851.

3L’entrée en France se fait généralement par voie terrestre, souvent à pied : le trajet depuis Varsovie prend une trentaine de jours. Les méridionaux, Grecs et Italiens, viennent plutôt par la voie maritime. Les arrivants doivent posséder un passeport octroyé par un consul français ; cependant beaucoup de faux documents sont en circulation. L’installation à Paris se révèle plutôt exceptionnelle et est réservée aux plus fortunés ou aux élites intellectuelles comme Heine, Marx, Mickiewicz. La règle générale est l’assignation à résidence dans les dépôts de province ; les réfugiés ayant des ressources peuvent être autorisés à se loger à leurs frais. Le mélange des nationalités dans les dépôts est évité. À partir de 1832, les grands dépôts tendent à disparaître et, en 1848, l’accès à Paris devient libre, décision vite rapportée. Quant à devenir Français, malgré l’assouplissement et la création d’une procédure plus légère appelée admission à domicile, les candidats restent peu nombreux, par crainte de trahir leur idéal national : seulement vingt Polonais sur les 4 972 bénéficiant de subsides officiels en 1837. Beaucoup de réfugiés ont laissé leur famille au pays et espèrent la faire venir. Aussi souhaitent-ils travailler, mais la barrière linguistique se révèle redoutable et, parfois, les réfugiés se heurtent à l’hostilité des Français qui redoutent la concurrence. Les emplois occupés sont très divers ; l’enquête de 1839 relève 120 métiers allant, par ordre alphabétique, des accordeurs de pianos aux agents voyers. Les militaires peuvent s’engager dans la Légion étrangère créée en 1831 et réorganisée en 1835. Les étudiants se dirigent surtout vers la médecine. Le Collège de France offre deux chaires, à l’Italien Pellegrino Rossi et au Polonais Adam Mickiewicz. La majorité des réfugiés est catholique, ce qui facilite l’insertion sociale, mais les minorités orthodoxe, protestante et juive ne sont pas négligeables. Les Polonais sont les plus attachés à la préservation de leur culture et à cet effet fondent une école en 1842.

4Les déplacements des réfugiés sont nombreux, surtout entre la Grande-Bretagne, la Suisse, la Belgique, parfois le Nouveau Monde et la France qui, souvent, constitue seulement une étape. Le gouvernement n’hésite pas à expulser les individus jugés indésirables, comme Mazzini en 1832. Ceux qui restent vivent dans une sociabilité spécifique. Beaucoup fréquentent les salons, notamment chez le marquis de La Fayette et la princesse Belgiojoso. Très appréciés sont aussi les cafés, les cabinets de lecture, les salles de spectacles où l’on s’initie aussi à la vie française. Les cortèges funéraires et les banquets, accompagnés de discours, sont propices à l’exposé des idées, surtout pour les libéraux. Les Français fondent des comités caritatifs ou politiques pour défendre les exilés ; les premiers de ces comités sont philhellènes ; puis apparaît en 1831 le Comité central français en faveur des Polonais impliqués dans le soulèvement de Varsovie. Malgré la loi interdisant, sauf autorisation, les associations comprenant plus de vingt personnes, les étrangers se rassemblent, plus facilement sous la Restauration que sous la monarchie de Juillet. Certains groupements, relevant de la franc-maçonnerie ou de la charbonnerie, sont clandestins. Le passage à l’action ouverte se fait avec la Jeune Italie de Mazzini, la Société démocratique polonaise et la Ligue des justes, allemande, qui militent sur les plans politique, culturel et éducatif. Certaines associations encouragent l’engagement armé en faveur de leur cause nationale ; beaucoup prennent aussi part à la révolution parisienne de 1830 qui s’inscrit pour eux dans le combat pour la liberté du monde.

5Delphine Diaz livre sur tous ces points des développements précis, nourris de nombreuses archives et témoignages contemporains. Les aspects culturels, la presse, la vie privée, l’intégration des réfugiés sont abordés très marginalement. Mais l’auteur précise bien qu’elle veut croiser deux approches : les dispositifs de l’accueil et les formes de l’engagement des réfugiés. Dans ces deux domaines, les objectifs sont bien atteints et l’ouvrage offre une mise au point précieuse et souvent neuve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Diaz Delphine, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier XIXe siècle », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/7855

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Professeur émérite d’histoire, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page