Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Leroy Delphine et Leroy Marie, Histoires d’écrits, histoires d’exils : perspectives croisées sur les Écritures en migration(s)

Sylvie Aprile
p. 345-346
Référence(s) :

Leroy Delphine et Leroy Marie (Dir.) (2014) Histoires d’écrits, histoires d’exils : perspectives croisées sur les Écritures en migration(s), Tübingen, Narr Verlag, 243 p., ISBN : 978-3-8233-6917-2

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité d’un colloque international qui s’est tenu en 2012 à l’Université Paris 8. Comme le souligne Michel Agier dans sa préface, le sujet n’est pas a priori nouveau et la littérature d’exil a été depuis des décennies à la fois un mode d’expression majeur et un objet de réflexion pour les chercheurs. Ce qui distingue cet ensemble de communications, c’est en premier lieu, une volonté collective qui sert de fil conducteur : construire une analyse à partir de l’exil et non sur l’exil. Cet axiome conduit à lier étroitement cette situation d’exil tant à la théorie qu’à la pratique. Ceci a orienté les directeurs et les contributeurs de l’ouvrage vers une multiplication des angles de vue, des échelles et des temporalités. On pourrait être désorienté par le caractère composite de l’ensemble, mais le projet est sciemment assumé et de plusieurs manières. Tout d’abord en adoptant une définition large de la littérature vue comme l’ensemble des écrits sans exclusion. L’exil est lui aussi défini de façon extensive incluant des marges a priori peu incluses dans sa définition comme l’éloignement des appelés du contingent en Algérie ou l’échange de cartes postales entre patronnes parisiennes et « conchitas » portugaises. Les auteurs sont également des plus divers, des migrants et migrantes, des chercheurs, des artistes. La présentation des contributeurs/trices en atteste, s’y succèdent ethnologues, sociologues, chercheuses en sociolinguistique, historiens, philosophes, traducteurs, plasticiens, photographes, écrivains travaillant dans toute la France ou à l’étranger. Les contributions sont également de tailles variées et de formes diverses. Les questions de la réception (à qui destine-t-on ces écrits et comment sont-ils perçus ?) et aussi de la trajectoire du migrant dans et par l’écriture sont aussi constamment posées. Cette mosaïque mêle ainsi de façon assez rare des textes de chercheurs, des images, des fragments de récits de vie. L’interdisciplinarité est donc de règle et chacun peut y puiser selon ses thèmes de recherche, mais aussi ses curiosités. L’ouvrage est divisé en deux parties intitulées pour la première Écritures en migrations et la seconde Migrations en écritures. Dans la première partie, deux thématiques sont développées sous deux titres : Correspondances et reconfigurations identitaires pour le premier axe et Éclairages pour le second. Une place centrale est ici laissée aux objets par excellence des échanges entre les migrants et entre les migrants et la société d’accueil : la lettre et la langue. Les conditions de l’acte d’écriture, la place de l’ordinaire, de l’intime sont au cœur des échanges épistolaires entre Jacques et Suzelle séparés par la guerre et la distance entre la France et l’Algérie qu’analysent Axel Pohn-Weidinger et Fabien Deshayes. Les héros de Naim Kattan, confrontés à l’autre dans le retour d’exil et le cosmopolitisme de la ville de Montréal s’interrogent sur leurs identités et mettent en acte la posture de l’écrivain migrant « qui ne dispose d’autre arme que celle de la langue ». Celle-ci est aussi omniprésente dans les recompositions de la diaspora juive égyptienne présentées par Michèle Baussant. La partie Éclairages choisit des supports plus surprenants pour l’habitué des ouvrages tirés de colloque : un échange de mails entre Delphine Leroy sociolinguiste et un écrivain puis ceux qui accompagnent la restitution de l’expérience artistique qui a été menée lors du colloque initial, présentée aussi à partir de quelques-unes des œuvres exposées. Qu’il s’agisse du spectacle vivant ou de l’accrochage d’œuvres, on lit ici et de façon parfois abrupte, les interrogations, les décalages, les cloisonnements entre chercheurs et non-chercheurs. Les constats sont souvent sans appel et soulignent l’incapacité des chercheurs à s’intéresser aux populations migrantes sur lesquelles ils travaillent.

2La seconde partie entremêle tout autant témoignages, fictions, représentations. Les temporalités et les aires géographiques sont variées du XVIIe siècle au très contemporain, de la Hollande au Sahara occidental en passant par Paris. Une place particulière est accordée à l’écriture féminine souvent négligée. Le volume se conclut sur des expériences d’écriture en analysant toujours les pratiques et les ressources mobilisées par les acteurs. Un ouvrage hétéroclite donc, mais à l’image de la multiplicité des situations et des regards portés sur l’exil depuis l’exil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Leroy Delphine et Leroy Marie, Histoires d’écrits, histoires d’exils : perspectives croisées sur les Écritures en migration(s) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/7870

Haut de page

Auteur

Sylvie Aprile

Professeure d’histoire contemporaine, IRHiS/Université Lille III

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page