Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cunin Elisabeth, Administrer les étrangers au Mexique : migrations afrobréziliennes dans le Quintana Roo, 1902-1940

Ève Bantman-Masum
p. 346-347
Référence(s) :

Cunin Elisabeth (2014) Administrer les étrangers au Mexique : migrations afrobréziliennes dans le Quintana Roo, 1902-1940, Paris, Karthala, 264 p., ISBN : 978-2-8111-1194-6

Texte intégral

1En quelques années, de nouvelles études sur l’immigration centraméricaine ou nord-américaine au Mexique sont venues nuancer l’image d’un pays jusque-là perçu comme une terre d’émigration vers les États-Unis. Malgré la grande diversité d’étrangers accueillis depuis le XXe siècle – au-delà des cas bien connus des réfugiés politiques espagnols et chiliens, des commerçants libanais et hommes d’affaires anglo-américains, des travailleurs asiatiques venus de Corée ou de Chine – l’historiographie demeurait très lacunaire. On ne peut donc que saluer la parution en français de l’ouvrage d’Elizabeth Cunin, intitulé Administrer les étrangers au Mexique : migrations afrobéliziennes dans le Quintana Roo, 1902-1940 qui retrace en six chapitres le processus de peuplement d’un territoire du Sud mexicain. Loin du récit officiel du métissage des populations indigènes et européennes, l’auteur nous plonge dans les archives administratives d’un État-Nation encore fragile et restitue aux migrants noirs originaires du Belize leur place dans le récit local et national.

2L’ouvrage s’ouvre sur une excellente introduction qui situe cette étude de la migration bélizienne dans la littérature sur les Amériques noires et les migrations afrocaribéennes. Par-delà son intérêt historiographique, ce chapitre théorique met en perspective, de manière décalée et pertinente, l’idéologie mexicaine issue de la Révolution (1910-1920) en demandant « pourquoi le Mexique a mis en place une des politiques migratoires les plus restrictives d’Amérique latine au début du XXe siècle, alors que le pays connaissait un des taux d’immigration les plus faibles du continent » ? Et de plonger le lecteur dans le récit d’un moment clef de l’histoire mexicaine, moment où se dessine, à la marge du territoire national, la mise en œuvre d’un projet de contrôle politique basé sur le mythe du métissage entre Européens et Indiens. En racontant cette frontière sud, poreuse et porteuse d’un autre métissage, Elizabeth Cunin ancre le processus d’invention du Mexique moderne dans une dynamique plus internationale, tout à la fois interaméricaine et impérialiste.

3La gestion administrative de la population afrobélizienne au Mexique est à l’image des asymétries de pouvoir entre le Mexique et les grandes puissances de la fin du XIXe siècle. Conscient de sa fragilité territoriale, le pouvoir central basé à Mexico City œuvre, à partir de 1902, à rattacher le territoire du Quintana Roo au Mexique. Mais il fait face à des difficultés quand il faut gérer un territoire qui n’a pas été peuplé. Elizabeth Cunin suit la lente consolidation de l’administration migratoire jusqu’à l’accession au pouvoir du président Lazarao Cardenas qui impose l’État révolutionnaire dans le Sud. En s’appuyant sur de multiples corpus d’archives, le livre décrit l’émergence de l’État du Quintana Roo, des décennies avant Cancún, comme un processus d’exclusion qui culmine dans les années 1940, âge d’or du Parti Révolutionnaire Institutionnel.

4Les premiers chapitres décrivent des politiques migratoires décrochées des préoccupations locales de développement et peuplement, à l’origine d’arbitrages de terrain en faveur d’une industrie locale dominée par des Béliziens. Le dépouillement minutieux d’archives révèle la présence discrète, mais continue d’une population noire. Le décalage entre une idéologie de plus en plus hostile à l’immigration noire et les impératifs de développement et peuplement de la frontière sud est bien rendu. Elizabeth Cunin ressuscite un territoire perçu comme sauvage et hostile par les élites de Mexico City, où des hommes d’affaires béliziens organisent pendant des décennies la venue de milliers de travailleurs noirs anglophones. Les autres chapitres suivent l’évolution d’une idéologie souvent contradictoire et d’une législation de plus en plus hostile aux migrants noirs à l’ethnicité souvent dissimulée, ce qui donne lieu à un peuplement noir, mais pas sa pérennisation.

5L’un des aspects les plus intéressants de cette étude est qu’il fait ressurgir la population noire du Quintana Roo dans toute sa diversité, sans la cantonner dans un rôle subalterne. Les sources administratives sont enrichies d’autres sources qui permettent de rentrer dans les détails des trajectoires individuelles. Les portraits de J. Martinez Ross (en introduction) ou de l’homme d’affaires Robert Sidney Turton (p. 177 et suivantes) font contrepoint au récit souvent sobre de la migration de masse. Ces portraits donnent à voir les ressources, les compétences professionnelles et l’influence politique et économique de certains migrants béliziens. On devine que pour eux, comme pour de nombreux migrants noirs plus ou moins qualifiés qui tentèrent de régulariser leur présence au Mexique, le Quintana Roo fut une terre d’opportunités.

6À l’amnésie de l’histoire officielle du Mexique, Elizabeth Cunin oppose donc une analyse fine des jeux de pouvoir. Notre compréhension du projet national mexicain de métissage en est profondément enrichie. Les politiques migratoires sont saisies dans toute leur complexité : désir d’émulation des États-Unis, porosité des frontières et projection extraterritoriale des Empires, circulations multiples entre Amériques et espace caraïbe et développement économique. Bref, « Administrer les étrangers au Mexique : migrations afrobéliziennes dans le Quintana Roo, 1902-1940 » écrit un beau chapitre de l’histoire encore mal connue de l’immigration au Mexique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Bantman-Masum, « Cunin Elisabeth, Administrer les étrangers au Mexique : migrations afrobréziliennes dans le Quintana Roo, 1902-1940 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://remi.revues.org/7874

Haut de page

Auteur

Ève Bantman-Masum

Maître de conférences en anthropologie, LISST-CIEU/Université Toulouse - Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page