Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Aragón Argán, Migrations clandestines d’Amérique centrale vers les États-Unis

Michaël Da Cruz
p. 347-350
Référence(s) :

Aragón Argán (2015) Migrations clandestines d’Amérique centrale vers les États-Unis, Paris, Presses de La Sorbonne Nouvelle, 265 p., ISBN : 978-2-87854-646-0

Texte intégral

1Migrations clandestines d’Amérique centrale vers les États-Unis est un ouvrage qui nous emmène sur la route del Norte qu’empruntent les migrants clandestins centraméricains, point cardinal d’une migration dont l’objectif est d’atteindre les États-Unis. À partir d’une enquête de terrain multisituée – lieux d’origine, de transit, frontaliers et d’arrivée – et d’une trentaine d’entretiens, Argán Aragón réalise une véritable ethnographie de la migration clandestine depuis son point de départ jusqu’à son point d’arrivée. Si le voyage de la traversée du Mexique et ses modalités sont au centre de cet ouvrage, ce n’est que pour mieux saisir la rencontre antagonique entre la mobilité, incarnée par les migrants, et la frontière, cet « abcès de fixation » – expression empruntée à Marc Augé – censé bloquer l’arrivée des premiers. Car ce livre n’est pas seulement un livre sur les migrants clandestins, mais aussi une réflexion sur la notion de frontière et de contrôle.

2L’ouvrage est divisé en trois parties qui se concentrent chacune sur une étape du voyage : la communauté d’origine, la traversée du Mexique et enfin la frontière des États-Unis.

3La première partie intitulée Flux nous emmène au Guatemala, dans le village rural d’El Peñasco, à proximité de la frontière mexicaine. Argán Aragón y décrit l’organisation économique de ce village qui se caractérise par l’agriculture, ou plus précisément la monoculture du café. On comprend que les débuts de la migration à destination des États-Unis sont intimement liés aux variations du prix de cette denrée sur le marché international. La migration joue ce rôle de diversification de la source des revenus pour faire face aux éventuels changements du prix du café. Grâce notamment à la rencontre avec les précurseurs de cette migration, l’auteur nous offre une véritable généalogie de la migration dans ce village. Le cas d’Ireneo Molina (pp. 57-59) est un parfait exemple de ces petites histoires qui influencent la grande histoire d’un lieu. L’auteur poursuit en nous décrivant la création et la consolidation des réseaux de migration de ce village à partir du cas des migrants qu’il a rencontrés aux États-Unis.

4La deuxième partie intitulée Traverser une épaisse frontière a pour objet la traversée du Mexique. En premier lieu, Argán Aragón y développe une typologie des migrants selon une variété de critères : genre, capital économique et social, raisons subjectives du départ, etc. À partir de ces données, il identifie le capital mobilité des individus qui conditionnera en grande partie les modalités du voyage à venir : capacité à se procurer ou non un passeur – et son niveau de fiabilité – pour l’ensemble du trajet, à payer les pots-de-vin, etc. Le quatrième chapitre est construit autour des témoignages que l’auteur a recueillis au cours de son enquête. On y découvre les différents types de parcours et les obstacles à la mobilité auxquels se trouvent confrontés les migrants, mais aussi les stratégies mises en place par ces derniers pour y remédier, quand ils le peuvent.

5Enfin, la troisième partie intitulée Des frontières et des hommes se concentre plus sur la frontière étasunienne, sa construction historique et l’évolution de son rapport aux migrations clandestines en provenance du Sud au cours de son histoire. Argán Aragón décrit et analyse les évolutions récentes de cette « frontière spectacle » (p. 159) symbole du contrôle : mur, militarisation et utilisation d’un arsenal technologique de pointe. L’auteur poursuit en analysant le rôle que joue le Mexique dans ce contrôle de la migration clandestine dans une sorte d’externalisation de la frontière nord-américaine. Enfin, il nous propose un inventaire des acteurs qui surgissent de cet enrayement de la mobilité : c’est le cas notamment des groupes de narcotrafiquants qui font régner la terreur sur le chemin et participent à une déshumanisation des migrants élevée à son paroxysme.

6Au-delà d’une véritable ethnographie du « voyage clandestin », ce qui ressort de la thèse d’Argán Aragón, c’est que le contrôle toujours plus sophistiqué des frontières nationales – dont la frontière américaine serait le parangon – et leur externalisation géographique n’ont pas pour résultat de bloquer les migrants clandestins. Elles ne font que déplacer le problème et « enrayer » la mobilité, rendant nécessaire l’invention permanente de nouvelles méthodes, ces dernières étant à leur tour conditionnées par les nouveaux acteurs qui se greffent à ces nouvelles réalités. Ainsi, on voit qu’au Mexique, pays de transit, ce sont les organisations criminelles qui ont pris le contrôle d’une grande partie des territoires traversés par les migrants. Les narcotrafiquants sont des acteurs permanents tout au long des témoignages recueillis par l’auteur et c’est sans aucun doute une des transformations les plus marquantes de cette dernière décennie, en même temps qu’une des plus tragiques. Aux victimes du Rio Grande et du désert en territoire américain – ceux qu’on laisse mourir « passivement » (p. 231) –, les victimes, de plus en plus nombreuses, de ces groupes criminels ont ajouté à ce phénomène de la migration clandestine vers les États-Unis les ingrédients de l’horreur et du morbide, dans des actes signifiant la déshumanisation progressive de ces migrants au profit d’un vulgaire statut de marchandises qui, en cas de non-rentabilité, deviennent jetables.

7La qualification des migrants clandestins comme « artistes de la frontière » qu’Argán Aragón reprend à Ulrich Beck (p. 225) dans sa conclusion me semble être en ce sens une expression peu adéquate : à la différence de l’artiste, on découvre au contraire au fil des pages que ces migrants ne sont pas les scénaristes de leur migration, ni de la frontière. D’autres acteurs se chargent de ce rôle et l’expérience migratoire de ces migrants, dans sa dimension de voyage, apparaît plutôt comme subie, aux mains des premiers – l’auteur insiste d’ailleurs fortement et avec raison sur l’importance des rapports de force tout au long du trajet – et conditionnée par les aléas et les hasards des malheurs rencontrés sur une route où la notion d’arbitraire règne en maîtresse. Alors bien sûr, il y a toujours une marge de manœuvre des migrants pour résoudre par eux-mêmes certains problèmes qui se posent durant leur traversée de « l’Enfer mexicain » pour reprendre l’expression de Rodríguez Oceguera (2012) : le cas des femmes qui font usage de leur corps pour obtenir la protection d’autres voyageurs en est un des exemples les plus marquants. Mais est-ce là « un art » de la migration ? Le parallèle avec le Via Crucis que fait Argán Aragón dans le dernier chapitre du livre me semble au contraire beaucoup plus brillant, beaucoup plus fidèle à la confrontation qu’a eue l’auteur avec son terrain. Ce parallèle a la force de synthétiser la religiosité, omniprésente, des migrants avec leur propre souffrance. Le verbe qui revient le plus pour qualifier cette expérience est celui d’aguantar, difficilement traduisible en français, mais dont les significations les plus justes seraient « résister », « supporter », « ne pas laisser tomber ».

8L’ouvrage d’Argán Aragón a ce mérite de poser des questions et de prolonger la réflexion et la critique vis-à-vis d’un sujet pourtant maintes fois débattu, mais toujours plus d’actualité. Quelle légitimité ont les frontières nationales dans le monde d’aujourd’hui ? La figure du migrant clandestin sert l’auteur dans sa contraposition de deux réalités incompatibles : la mobilité et la fluidité incarnées par le migrant clandestin d’une part, et l’immobilité et la rigidité incarnées par la frontière d’autre part. Les observations de l’auteur le conduisent à considérer que, dans un monde mouvant, les frontières nationales sont une réalité anachronique dont il faudrait accompagner la mutation progressive par des instances supranationales en charge de la gestion des migrations internationales. On a toutefois l’impression qu’au lieu de reculer, l’idée de nation avance avec l’apparition d’un nombre non négligeable de nouveaux États depuis la fin de l’Union soviétique et des frontières qui vont avec. La résurgence des volontés indépendantistes (Catalogne, Écosse, etc.) et encore plus le risque de voir des nations arabes comme l’Irak, la Syrie ou la Libye collapser vont dans le même sens. Aux souhaits de l’auteur de résoudre ces questions au niveau cosmopolitique, on peut opposer le paradoxe que relevait Geertz (1999) quand il dit que la globalisation de l’économie et des communications semble au contraire s’accompagner de la multiplication des conflits et des replis identitaires.

9Pour conclure, on a le sentiment d’avoir affaire à un travail de grande qualité, très bien documenté, qui s’appuie sur un grand nombre de lectures et sur un matériau riche. Ce dernier s’incarne dans l’utilisation de témoignages très bien choisis en même temps qu’ils sont un témoignage poignant de ce qui est avant tout une expérience humaine dramatique qui se joue de l’autre côté de l’Atlantique et qui n’est pas sans nous rappeler ce qui se joue aux portes mêmes de l’Europe. Car l’ouvrage d’Argán Aragón a aussi, au-delà de ses qualités scientifiques, une véritable dimension journalistique aidée par une véritable maîtrise de la langue et une qualité d’écriture remarquable. Dans le contexte actuel, où on a l’impression d’assister à une nouvelle ère des migrations marquée du sceau de la violence, la lecture d’un tel ouvrage me semble hautement recommandable.

Haut de page

Bibliographie

Geertz Clifford (1999) Mondo globale, mondi locali. Cultura e politica alla fine del XX secolo, Bologna, Il Mulino, 136 p.

Rodríguez Oceguera Primitivo (2012) La nouvelle loi sur la migration au Mexique ou « le bon, la brute et le truand », Hommes & Migrations, 1296, pp. 64-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Da Cruz, « Aragón Argán, Migrations clandestines d’Amérique centrale vers les États-Unis », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://remi.revues.org/7876

Haut de page

Auteur

Michaël Da Cruz

Postdoctorant en sociologie, El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page