Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Laffort Bruno, Entre ici et là-bas. Des Maghrébins racontent

Vulca Fidolini
p. 352-354
Référence(s) :

Laffort Bruno (Éd.) (2014) Entre ici et là-bas. Des Maghrébins racontent, Paris, Karthala, 588 p., ISBN : 978-2-81111-285-1

Texte intégral

1C’est un véritable défi, autant scientifique qu’éditorial, que Bruno Laffort (maître de conférences en sociologie à l’université de Franche-Comté) relève avec son ouvrage Entre ici et là-bas. Des Maghrébins racontent. Cette collection d’entretiens de Maghrébins de part et d’autre de la Méditerranée, habilement présentés et analysés par l’auteur, dessine un portrait à la fois fascinant et complexe des migrations maghrébines en Europe en donnant toute leur place aux récits des migrants.

2Entre 2007 et 2010, Bruno Laffort a pu cordonner le projet de recherche « Nouvelles circulations migratoires en Méditerranée » au cours duquel de nombreux chercheurs et chercheuses (l’auteur de l’ouvrage y compris), de différentes nationalités, ont réuni 102 entretiens avec des migrant-e-s algérien-ne-s, marocain-ne-s et tunisien-ne-s. Les interviews ont été conduites en adoptant la méthode des récits de vie et ont été menées entre l’Espagne, la France, l’Italie, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. L’ouvrage présente une sélection de ces entretiens (trente au total) choisis en fonction de leur capacité à montrer ce qui détermine, accompagne et suit les parcours migratoires.

3Dans un souci de rendre compte de différents profils de migrants – jeunes, adultes, hommes, femmes –, ce volume imposant (588 pages) consacre une attention particulière à la question du « départ », aux raisons qui l’incitent, aux stratégies qui le sous-tendent, aux choix des destinations qui l’inspirent. Le premier chapitre, Nouvelles stratégies de départ, se focalise sur les difficultés des migrants qui « prenant acte d’une fermeture des frontières européennes de plus en plus drastique » (p. 25) se retrouvent à devoir inventer de nouvelles solutions pour arriver en Europe, en mettant parfois leur vie en péril. Après avoir retracé rapidement l’histoire récente des politiques européennes d’immigration (pp. 27-30), ce chapitre se concentre sur les départs qui se concrétisent de manière « encadrée » (p. 27) – tel est le cas des jeunes étudiant-e-s à la recherche d’un futur professionnel à l’étranger – ou bien de manière clandestine – les harragas (terme de l’arabe algérien qui désigne les migrants illégaux). Parmi les thèmes abordés, l’auteur insiste, à juste titre, sur la question des décalages existants entre les milieux sociaux dont les immigrés sont issus et leurs répercussions sur les trajectoires migratoires. Pourtant, cet aspect aurait peut-être mérité une étude plus approfondie en ce qui concerne ses différentes déclinaisons dans les divers pays du Maghreb pris en compte. Dans ce riche chapitre, l’on peut également regretter le fait que le mot harraga ne fasse pas l’objet d’une analyse plus détaillée de son origine et de son étymologie, d’autant plus que le profil de l’immigré clandestin désigné par cette expression est au cœur de l’un des récits les plus passionnants que l’on rencontre dans le livre : celui d’Adel et de son voyage vers l’Italie (p. 67 et suivantes).

4Le deuxième chapitre analyse la Diversification des destinations de ces migrants. Il est notamment consacré à l’étude des processus qui conduisent les Maghrébin-e-s interviewé-e-s à tourner leur attention non seulement sur la France, mais aussi sur d’autres pays européens comme l’Italie ou l’Espagne, voire non européens comme le Canada. Si l’Espagne et l’Italie sont indiquées comme les alternatives pour les migrant-e-s ayant été refusé-e-s en France, ce chapitre définit également les raisons pour lesquelles le Canada est devenu l’une des destinations les plus séduisantes. Ce dernier choix migratoire semble être influencé par les modalités, claires et strictes, pour avoir un visa, qui, si obtenu, « a valeur d’installation quasi définitive », « la citoyenneté canadienne [pouvant] être obtenue au bout de trois ans de résidence » (p. 78). L’on aurait néanmoins aimé en savoir plus sur les raisons qui conduisent les migrant-e-s maghrébin-e-s à choisir la société canadienne, considérée comme un espace d’accueil où les rapports entre populations majoritaire et minoritaire se révèlent – selon les interviewés eux-mêmes – moins asymétriques qu’en Europe.

5Le troisième chapitre complète l’analyse des « raisons du départ » en abordant le cas des jeunes diplômé-e-s arrivé-e-s (ou ayant l’objectif d’immigrer) en France. L’attention est concentrée sur la « difficulté du provisoire » (p. 192) qui caractérise cette population d’immigré-e-s et les péripéties administratives auxquelles elle se confronte pour l’obtention ou le renouvèlement de son statut juridique en Europe. Ce qui émerge des récits recueillis et de l’analyse de Bruno Laffort, tantôt en filigrane tantôt explicitement, est surtout un désenchantement vis-à-vis du « mythe de l’eldorado français » (p. 262).

6Le quatrième chapitre Entre mythe et réalité se penche justement sur l’étude des décalages que l’immigré observe entre ce qu’il (ou elle) imaginait avant son départ et une fois arrivé à l’étranger. À travers les entretiens proposés au lecteur, l’auteur adopte une approche originale de la figure du migrant. Elle est analysée non pas au prisme du « désir de partir » et de rester à l’étranger « coûte que coûte » pour éviter la « honte de l’échec » (p. 291), mais plutôt à travers une lecture des « individualités » des migrant-e-s en Europe et de leurs efforts de s’ouvrir à de nouvelles habitudes de vie. Cette démarche est poursuivie dans le cinquième chapitre Religion, laïcité et bricolages « identitaires » où, néanmoins, certaines notions utilisées par l’auteur restent parfois vagues, comme c’est le cas pour le concept d’individualisation (p. 402).

7Le dernier chapitre s’intéresse aux « violences politiques » et à leur influence sur les parcours migratoires des personnes interrogées (p. 465). L’auteur s’attache à décrire la situation actuelle et l’histoire récente des pays maghrébins (Algérie, Maroc, Tunisie). Il réfléchit sur les questions de la (non) démocratie, des inégalités sociales, de la répression des libertés, ainsi que sur les résistances individuelles et collectives à ces violences politiques. Les entretiens retenus présentent les cas de migrant-e-s algérien-ne-s et tunisien-ne-s, alors que le témoignage d’aucun interviewé marocain n’est présent. Cela révèle la singularité du cas du Maroc qui aurait sans doute mérité une analyse plus précise pour en mettre en évidence les particularités par rapport aux deux autres pays sur lesquels l’attention de l’auteur se concentre davantage.

8En se départant d’un regard essentialiste et monolithique sur les phénomènes migratoires en Méditerranée, l’objectif de l’ouvrage de Bruno Laffort est, nous semble-t-il, de combattre les stéréotypes sur les migrant-e-s en les faisant contribuer eux-mêmes à ce combat par leurs récits de vie. L’auteur (p. 23) reprend d’ailleurs les mots de Bertaux (1995) qui, en évoquant La misère du monde de Pierre Bourdieu, écrivait « […] lorsque le sociologue se met à s’intéresser aux gens, ceux-ci trouvent la sociologie plus intéressante ». Une telle approche permet ainsi à leurs expériences et à leurs récits de devancer, pour une fois, les interprétations du chercheur. Si, au bout du compte, ce choix se révèle être le point fort de ce livre et de son format – c’est exactement la raison pour laquelle nous avons défini le travail de Bruno Laffort comme un défi scientifique et éditorial –, ce même aspect finit parfois par devenir une limite. En effet, le soin avec lequel l’auteur introduit et contextualise les profils des interviewés semble ne pas toujours suffire pour que leurs récits d’entretien offrent un regard exhaustif sur les nombreuses questions, parfois très épineuses, que leurs histoires soulèvent. Par exemple, le cas de Sabina (pp. 39-51) et de son mariage arrangé avec un Français d’origine algérienne – grâce auquel elle pourra quitter son pays et le contrôle envahissant de son père et de ses frères sur ses actions – laisse le lecteur en quête d’une réflexion plus approfondie sur les formes plurielles du pouvoir patriarcal.

9Ceci dit, il nous semble important de reconnaître l’audace de Bruno Laffort et sa tentative de revisiter le langage de la sociologie des migrations. Son ouvrage nous éclaire sur les raisons qui influencent les départs des migrants et sur les stratégies adoptées pour trouver une place identitaire loin du pays d’origine. En permettant au lecteur un accès direct à des récits de vie, ce travail révèle les drames qui accompagnent toute migration et qui, trop souvent, sont passés sous silence.

Haut de page

Bibliographie

Bertaux Daniel (1995) Alternatives conceptuelles sur la question du sujet dans la sociologie française, in Roberto Cipriani Dir., Aux sources des sociologies de langue française et italienne, Paris, L’Harmattan, pp. 71-110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vulca Fidolini, « Laffort Bruno, Entre ici et là-bas. Des Maghrébins racontent », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/7881

Haut de page

Auteur

Vulca Fidolini

Docteur en sociologie, Dynamiques Européennes/Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page