Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Schmoll Camille, Thiollet Hélène et Wihtol de Wenden Catherine, Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises

Adelina Miranda
p. 356-358
Référence(s) :

Schmoll Camille, Thiollet Hélène et Wihtol de Wenden Catherine (Dir.) (20156) Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises, Paris, CNRS Éditions, 282 p., ISBN : 978-2-271-08558-0

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une réflexion féconde sur les migrations dans l’espace migratoire euro-méditerranéen, champ d’études que la plupart des auteurs ont contribué à définir et à consolider. Les recherches présentées, qui sont en majorité le résultat de longues années de terrain, font apparaître les évolutions et les permanences des dynamiques migratoires dans la Méditerranée tout en portant un éclairage sur les faits migratoires contemporains. L’espace méditerranéen est montré parfois comme une ligne de fracture, parfois comme une aire géopolitique avec des frontières problématiques, parfois comme un espace socio-économique multidimensionnel. Sans jamais assumer une position qui essentialiserait son existence, les contributeurs resituent la visibilité actuelle de la Méditerranée sur la scène migratoire mondiale en renouvelant la question de l’importance de la mobilité dans cet « espace mouvement », comme l’a défini Braudel.

2Dès l’introduction, Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden interrogent la spécificité de l’espace migratoire méditerranéen et dessinent trois configurations : l’ensemble Maghreb/Europe, l’ensemble balkanique et l’ensemble proche-oriental. Les études de cas présentés restituent les singularités de ces trois configurations et confirment que, comme le soulignent les coordinatrices, la Méditerranée est un espace d’affrontements et de controverses de voisinage, d’enjeux mondiaux et de conflits. L’histoire de la Méditerranée s’est bâtie sur la circulation d’hommes et de femmes, la mobilité a façonné la sédentarité, les échanges pacifiques et conflictuels ont modelé et remodelé les frontières des territoires de cette région.

3Les articles sont regroupés en quatre parties. La partie I : Un contexte institutionnel en mutation ? Structures, institutions, révolutions ; la partie II : Borders and boundaries. Espaces, politiques, pratiques du contrôle et de marginalisation ; la partie III : Politiques des flux, politiques des identités : les migrations à l’épreuve des changements politiques et sociaux ; la partie IV : Mobilités polymorphes dans un contexte de changement social. L’ouvrage s’ouvre avec un aperçu statistique de 1950 à 2014 qui confirme que les migrations familiales, qualifiées, irrégulières et saisonnières se sont croisées au cours du temps (Elena Ambrosetti) ; la postface de Nicholas Van Hear rappelle les liens existant entre migrations, révolutions et mobilisations.

4Au fil de la lecture, chaque article contribue à composer un cadre explicatif avec ses tendances générales, à disposer la question migratoire au cœur des enjeux politiques sociaux, économiques et identitaires et à interroger les échelles géographiques et historiques agissant dans/sur les faits migratoires.

5Les analyses des changements migratoires des pays de vieille émigration comme l’Espagne et l’Italie (Thomas Lacroix et Naïk Miret ; Serge Weber), des complexités migratoires de la Turquie (Stéphane de Tapia ; Shoshana Fine), des pays du Maghreb (Ali Bensaâd) ou encore d’Israël (Lisa Anteby-Yemini et William Berthomière) montrent la coexistence de configurations différentes qui sont traversées par les migrations de retour (Giulia Fabbiano) et les mobilités des étudiants (Antonina Levantino). D’autre part, les continuités avérées entre migrations et révolutions (Delphine Pagès-El Karoui) ne peuvent être étudiées qu’en tenant compte des superpositions existant entre circulations, migrations forcées et différentes formes de migrations familiales et économiques (Kamel Doraï et Cyril Roussel).

6Le regard posé sur les pays de la Méditerranée révèle ainsi que les migrations sont multi-polarisées, disposées autour de divers pôles économiques, reliant des pays appartenant à différentes aires géopolitiques, et qu’elles ne peuvent pas être saisies à l’intérieur des limites de chaque État-nation. Les migrations créent de nouvelles centralités politiques – elles s’expriment également dans l’exercice du vote à distance accordé aux migrants (Thibaut Jaulin) – qui interrogent la disposition des rapports de dominations dans cette aire géopolitique. En effet, dans tous les pays de la Méditerranée du Nord, du Sud, du Proche-Orient et des Balkans apparaît une ligne de convergence vers la même gestion des migrations qui, toutefois, est marquée par le rôle fondamental de l’Union européenne. Les politiques européennes ont créé un « régime migratoire » déséquilibré, caractérisé par une faible coordination en termes de régulation et de gestion des mouvements et une forte préoccupation du contrôle de ses frontières extérieures (Ferruccio Pastore).

7Le trafic de migrants (Anna Triandafyllidou), le traitement des morts (Olivier Clochard et Nicolas Lambert) et du corps des morts (Carolina Kobelinsky) dissimulent difficilement l’inefficacité des contrôles aux frontières et du système de réadmission et, surtout, le fait que l’un et l’autre sont la conséquence d’intérêts stratégiques militaires et économiques multiples (Jean-Pierre Cassarino). De plus, les politiques de contrôles européennes engendrent un effet en cascade : elles déterminent la gestion des migrations dans les réalités locales (Marie Bassi), elles produisent informalisation, criminalisation et exploitation dans des pays dits de transit comme la Libye (Ali Bensaâd), elles engendrent la répression des migrants qui aspirent à partir en Europe depuis les pays du Maghreb (Farida Souiah) et des blocages des migrants en circulation en Afrique méditerranéenne (Mehdi Alioua). Les logiques sécuritaires des migrations ont une correspondance dans les logiques économiques néolibérales. Celles-ci placent l’exploitation de la main-d’œuvre étrangère au cœur du marché de travail, notamment des secteurs du care (Elena Ambrosini) et du tourisme (Nathalie Bernardie-Tahir). La gestion des migrations, fonctionnelle à une économie mondialisée segmentée en termes de genre et d’origine, se rapproche ainsi à celle du chômage (Manlio Cinalli).

8Les études présentées dans cet ouvrage permettent de constater que dans l’espace méditerranéen les configurations actuelles de circulation, de sédentarisation, de stabilisation et de transit s’enchevêtrent et se superposent aux formes migratoires de circulation, de sédentarisation, de stabilisation et de transit du passé. De ce fait, elles nous invitent à considérer la coexistence, l’imbrication et la superposition de diverses configurations migratoires ; à revisiter les catégories interprétatives utilisées (immigration, émigration, installation, retour, transit, réfugiés, demandeurs d’asile, migrants qualifiés et expatriés, travailleurs établis et travailleurs saisonniers) ; et à dépasser une vision étatique dans l’étude des migrations. En même temps, il faut considérer que les mobilités autour du bassin de la Méditerranée œuvrent entre les niveaux global, national, régional et local, et qu’elles produisent des formes d’hybridation, de créolisation, de métissage et de brassage. Ces processus ouvrent deux questions majeures. Comment les faits migratoires concourent-ils à la sédimentation de formes d’identification et d’altérisation ainsi qu’à la redéfinition des stratifications sociales, culturelles, économiques et politiques ? Dans quelle mesure les études sur les différentes configurations dans la Méditerranée peuvent-elles contribuer à développer une perspective comparative spatio-temporelle dans les études des migrations ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adelina Miranda, « Schmoll Camille, Thiollet Hélène et Wihtol de Wenden Catherine, Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://remi.revues.org/7886

Haut de page

Auteur

Adelina Miranda

Professeure d’anthropologie, Migrinter/Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page