Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pécoud Antoine, Depolitising Migration: Global Governance and International Migration Narratives

Véronique Petit
p. 358-360
Référence(s) :

Pécoud Antoine (2015) Depolitising Migration: Global Governance and International Migration Narratives, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 155 p., ISBN : 978-1-137-44594-0

Texte intégral

1Après une thèse en anthropologie sur la migration turque en Allemagne à Oxford, Antoine Pécoud est recruté à l’UNESCO en tant que spécialiste des migrations afin de contribuer au positionnement de l’agence onusienne dans le champ des migrations. Cette expérience est à l’origine de son livre intitulé Depolitising Migration: Global Governance and International Migration Narratives, dont le propos est la déconstruction critique de la production discursive relative aux migrations internationales produite et portée par les institutions internationales. Il s’inscrit ainsi dans le prolongement de recherches en sciences sociales analysant de l’intérieur le fonctionnement et la culture d’une institution (OMC, Conseil d’État, HCR).

2S’inscrivant dans une démarche ethnologique et linguistique, il dépasse son propre jugement selon lequel ces grands récits « ne constituent pas au premier abord un objet de recherche attractif », pour dresser un stimulant parallèle avec le rôle des mythes à l’intérieur de toute société. Il s’appuie sur un corpus constitué de rapports publiés entre 1994 et 2013 et qui se distinguent par une vision globale des migrations, une dimension internationale, un caractère normatif et qui enfin constituent des produits phares de ces institutions. Ce sont donc des discours produits, validés et assumés par les organisations concernées.

3Antoine Pécoud retrace les étapes qui ont conduit à l’émergence de la notion de gouvernance globale des migrations durant le XXe siècle. Il met en relief le rôle joué par les organisations internationales après la Seconde Guerre mondiale, puis dans les années 1990 après la chute du mur de Berlin. La production discursive sur la migration s’inscrit alors dans l’internationalisation des migrations lorsque les États sous l’effet de différents facteurs et de la montée de peurs au sein des opinions publiques (contrôle de frontières, fin de la guerre froide, déclin des États et montée du village global, intensification de la dérégulation des marchés, nouveaux modèles de gouvernance) prennent conscience de leur incapacité à réguler unilatéralement les flux migratoires. Ils sont alors conduits à adopter des mesures bi- et multi-latérales. Parallèlement, les organisations internationales en tant qu’« entrepreneur bureaucratique » voient dans l’intégration de la question migratoire à leur champ de compétences ou de son élargissement, une stratégie leur permettant de renforcer leur assise et leur visibilité respective dans un contexte de concurrence inter-agences. Ainsi une véritable « industrie » des récits sur la migration prend corps et assure sa propre dynamique en la reliant à de nouveaux enjeux et de nouvelles catégories de migrants. Par exemple, le passage du « management des migrations » à la « gouvernance internationale » montre comment la question des droits des migrants est en constante tension avec des enjeux plus fondamentaux aux yeux des États.

4Antoine Pécoud explicite le processus de production d’un langage normalisé où les rédacteurs gomment toute aspérité politique et amenuisent la complexité des migrations en anticipant toute formulation susceptible de donner lieu à des critiques, donc à un débat. Il en résulte une description simplifiée, mais politiquement acceptable, de la migration. Ces discours constituent un savoir commun de base permettant à l’ensemble des professionnels de la migration d’être intégrés au dialogue alors que les migrations constituent un sujet sensible des relations internationales. D’un point de vue formel, le choix d’un anglais simplifié excluant des références nationales ou culturelles, la possibilité de notions intraduisibles dans une autre langue contribue à transcender les traditions des États et facilite les échanges. Dans la même logique, la question de l’identification de l’auteur du rapport (ou de son absence, ou le fait qu’il n’engage pas la responsabilité de l’agence onusienne) produit une auto légitimation, une auto attribution de sa pertinence et de son universalité. Ce processus de dépersonnalisation contribue d’une part à soustraire ces documents à la controverse puisqu’aucun auteur précis ne peut être attaqué. L’écrit facilite d’autre part la synthèse et le compromis. L’auteur pointe ainsi les ambiguïtés de l’UNESCO qui se définit comme une « agence intellectuelle » en référence à sa tradition d’utiliser des travaux de scientifiques, mais devant répondre à des contraintes managériales et bureaucratiques dans un contexte idéologique particulier. Cette tension, qui n’est pas spécifique à cette organisation internationale, soulève nombre de questions : l’usage d’une production scientifique dans un milieu non académique, la vision positiviste des sciences sociales conçues comme un outil de production de solutions à des problèmes de population, le rôle de la recherche en tant qu’instance de légitimation du politique et enfin le passage d’une réalité complexe à une rhétorique simplifiée.

5Enfin, Antoine Pécoud questionne l’efficacité réelle de ces récits, cet aggloméra d’idées et de connaissances a-t-il un impact sur le changement politique ou constitue-t-il une vision « romantique » de ce que devrait être le monde ? Il propose une grille de lecture en appliquant des concepts anthropologiques, tel le mythe, à ces formes contemporaines de récits, à ce jargon aseptisé, démontrant que la question de fond n’est pas tant leur véracité que la fonction sociale qu’ils remplissent. Bien qu’inspirés par la recherche et plaidant pour un renforcement de la collecte des données, ils ne s’inscrivent pas dans un registre scientifique, ils prétendent énoncer une forme de vérité à laquelle les acteurs doivent adhérer, d’une certaine manière il n’y a d’alternative possible à cette forme de croyance hormis le chaos. Les objectifs des organisations internationales (droits humains, développement, paix) constituent un horizon commun difficilement contestable vers lequel tendent les États, par conséquent leur rôle n’est pas d’être collés à la réalité, mais de proposer une vision universelle ou une histoire possible du monde. Aussi les recommandations vis-à-vis des États peuvent demeurer dans les limbes, sauf si elles entrent en synergie avec les intentions de ceux-ci et leur offrent une forme de légitimation.

6Ce discours fédératif cherche à établir la centralité et la normalité des migrations internationales dans un monde décrit comme globalisé et multiculturel, à convaincre des retombées positives des migrations pour la totalité des acteurs et de la nécessité d’une gestion internationale. Cette coopération est dès lors présentée comme la seule stratégie viable afin de maximiser les profits de la migration à tous les niveaux et pour tous. La migration est systématiquement présentée comme positive et comme le résultat d’un choix individuel volontaire ce qui contribue à sa dépolitisation. Nécessairement universel ce discours est souple et simplificateur effaçant la complexité des migrations derrière la figure du migrant international. Prenant les atours d’un nouveau langage il doit les convaincre, États, migrants, médias, société civile définis comme des acteurs rationnels, d’être davantage conformes à ces recommandations dans leur propre intérêt. Antoine Pécoud relève les ambiguïtés quant à l’articulation des politiques de développement avec les politiques migratoires, les questions politiques sensibles non résolues dans ces rapports et la tension entre des migrations régulées et l’acceptation d’une vision néolibérale des marchés. Ces non-dits ou ces silences frustrent le lecteur qui lirait avec intérêt une suite à cet ouvrage (trop) synthétique, mais passionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Petit, « Pécoud Antoine, Depolitising Migration: Global Governance and International Migration Narratives », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/7890

Haut de page

Auteur

Véronique Petit

Professeure de démographie, CEPED/Université Paris Descartes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page