Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Simon Gildas, Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique

Ralph Schor
p. 365-368
Référence(s) :

Simon Gildas (Dir.) (2015) Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique, Paris, Armand Colin, 807 p., ISBN : 978-2-200-25012-6

Texte intégral

1Le géographe Gildas Simon, fondateur du laboratoire Migrinter (Migrations internationales, espaces et sociétés) et de la REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales), connu comme un des meilleurs spécialistes des déplacements de populations à l’échelle planétaire, a dirigé la rédaction d’un monumental Dictionnaire des migrations internationales qui fait date. Cet ouvrage couvre 190 États ou, dans le cas de la France, départements d’outre-mer. Les textes, toujours substantiels, ont été rédigés par 150 auteurs, historiens, géographes, démographes, sociologues, anthropologues, politologues. Un système de renvois permet de circuler entre les divers pays liés par le phénomène migratoire.

2Le dictionnaire privilégie pour chaque pays une approche géohistorique, située dans le temps long, des grandes découvertes à nos jours, et juxtapose systématiquement deux développements, l’un consacré à l’immigration, l’autre à l’émigration. Toutes les formes de mobilité sont prises en considération, volontaire ou forcée, pacifique ou violente, traditionnelle ou récente, liée à la recherche d’un travail ou d’un asile politique. Aussi trouvera-t-on des mises au point sur la saignée démographique infligée à l’Afrique depuis le XVIe siècle par la traite esclavagiste, sur les déplacements de personnes entraînés par les partages de la Pologne et la dictature des Khmers rouges, sur les migrations de la pauvreté, le reflux des pieds noirs vers la France métropolitaine en 1962 et des Européens du Zimbabwe après 1970, l’exil forcé de la moitié des habitants du Liberia durant la guerre civile de 1989-2003, les exodes dus aux affrontements interreligieux en Centrafrique, etc. La dimension culturelle est présente avec les analyses consacrées aux étudiants et surtout à la formation de vastes aires linguistiques, anglophone, francophone, hispanophone, lusophone, en lien avec les migrations anciennes des Européens. Les auteurs mobilisent toutes les ressources documentaires disponibles pour donner à leur raisonnement un fondement scientifique solide. Cependant, ils ne trouvent pas toujours des informations fiables et admettent ponctuellement l’imprécision des connaissances. Si certains pays possèdent des statistiques sûres et anciennes – la Suède est un modèle en la matière –, d’autres ne proposent que des approximations. Ainsi, le nombre des émigrés originaires de la République démocratique du Congo serait compris entre 500 000 et 6 millions ; la diaspora bangladaise comprendrait 7 à 15 millions de personnes ; les Indonésiens de l’étranger seraient entre 4,5 et 6,5 millions d’individus.

3L’ouvrage permet de comparer les divers pays et de faire apparaître des tendances générales. Certains États perpétuent au fil du temps une forte tradition d’émigration. Tel est le cas du Portugal : en regard de sa population qui s’élève à 10,4 millions en 2013, quelque 5 millions de ressortissants, dont 1,9 million nés dans la mère patrie, vivent à l’étranger ; de 1960 à 1973, plus de 1,2 million de personnes, voulant échapper à la dictature, à l’engagement dans les guerres coloniales et à la misère, quittent le pays, surtout en direction de la France ; les départs reprennent de l’importance avec la crise financière de 2008 et atteignent le chiffre de 100 000 en 2012. L’émigration récente concerne particulièrement les pays de l’ancien bloc soviétique. En Lituanie la population baisse de 500 000 habitants en 1989 et 2011. En Lettonie, le phénomène d’émigration prend une telle ampleur qu’il compromet la reproduction de la population, le développement économique et la pérennité du système de protection sociale. Entre 1991 et 2013, la Bosnie-Herzégovine perd plus du quart de ses habitants, soit 1 million de personnes.

4Le regard vers le passé montre que les départs, notamment depuis l’Europe, ont pris une telle ampleur qu’ils ont littéralement donné naissance à certains pays. Bien connu est le cas du Canada qui continue à favoriser les entrées au rythme de 200 000 à 250 000 par an, au point qu’aujourd’hui 20 % de la population canadienne est née à l’étranger. En Nouvelle-Zélande la proportion atteint 25 %. Les États-Unis, même s’ils sont moins ouverts actuellement, sont nés sur le même modèle et ont reçu 33 millions de migrants européens entre 1821 et 1924. Cependant, on observe des renversements de tendance récents : le Brésil et le Pérou sont devenus des pays d’émigration. L’inversion des processus se révèle particulièrement spectaculaire en Italie qui, après avoir laissé partir quelque 25 millions de ses enfants entre 1870 et 1970, est devenue un des pays d’immigration les plus attractifs d’Europe.

5Les départs massifs ont constitué des diasporas qui gardent des liens plus ou moins forts avec le pays d’origine. De 3 à 5 millions d’Iraniens vivent dans les États occidentaux. Quant au Salvador il possède 6 240 000 habitants et environ 3 millions de ressortissants installés à l’étranger, de sorte que l’émigration efface la croissance naturelle de la population. Quelque 45 millions de Chinois, soit l’équivalent de la population de l’Espagne, sont dispersés dans le monde. La diaspora comorienne, soit 370 000 personnes, représente la moitié des habitants de l’Union des Comores ; 70 000 de ces expatriés vivent clandestinement à Mayotte et constituent 40 % de la population de ce département.

6Les migrations internationales façonnent des nations ethniquement bigarrées et parfois déséquilibrées. Au Panama, le recensement de 2010 fait état de 55 % de population métisse, 18 % de noirs et mulâtres, 17 % de blancs, 6 % d’indigènes et 3 % d’Asiatiques. L’Argentine est tellement construite par l’immigration transatlantique qu’elle est qualifiée de « terre d’Europe ». Le poids des immigrés apparaît particulièrement lourd dans les monarchies pétrolières : ils forment un tiers de la population saoudienne, 54 % au Bahreïn, 90 % dans les Émirats arabes unis et au Qatar.

7Le livre souligne fortement les conséquences économiques et financières des phénomènes migratoires. Particulièrement importantes sont les remises, c’est-à-dire les transferts financiers réalisés par les migrants vers leur pays d’origine. La Chine et l’Inde qui reçoivent chaque année 60 à 70 milliards de dollars se disputent le premier rang mondial en la matière. Au Mexique, les remesas atteignent 23 milliards de dollars et dépassent les revenus du tourisme international. Dans certains pays, les envois de fonds, même s’ils s’avèrent moins importants, jouent un rôle essentiel : ils permettent au Tadjikistan, pays le plus pauvre de l’ex-monde soviétique, de ne pas s’effondrer. Au Burkina Faso, les remises, 130 millions de dollars par an dont 102 en provenance de Côte d’Ivoire, constituent 10 % du revenu national et font vivre de nombreuses familles.

8La dimension psychologique et politique des migrations inspire des développements particulièrement intéressants. Certains pays refusent de se percevoir comme terres d’immigration ou d’émigration. La France et la Belgique ont longtemps compris l’arrivée des étrangers comme un phénomène conjoncturel. Ce dernier devient structurel en raison de sa persistance sur le long terme et de l’établissement définitif des immigrés, ce qui pose de délicats problèmes identitaires pour la société d’accueil comme pour les derniers venus. Les Égyptiens peinent à discerner les effets réels des migrations sur la transition démographique, le statut de la femme, les liens avec la communauté d’origine ; le cinéma et la littérature brossent le portrait de nombreux migrants égyptiens désorientés par l’expatriation, oubliant leurs valeurs et leur identité ou, après leur retour, introduisant dans le pays un islam wahhabite rigoriste qui constitue une menace larvée. La Russie qui fait état d’une diaspora de 30 millions de personnes, chiffre exagéré, essaie de garder un lien, voire un contrôle moral, sur ses compatriotes éloignés de leur patrie et, à cet effet, a créé des organisations vouées à cette action dans plus de cinquante pays. Cette politique rappelle les initiatives identiques prises dans l’entre-deux-guerres par les régimes autoritaires, celui de l’Italien Mussolini, du Polonais Pilsudski, de l’Espagnol Primo e Rivera. L’Inde, après avoir longtemps ignoré ses expatriés, se tourne vers eux, crée dans les années 2000 un ministère des Affaires des Indiens de l’étranger et octroie à des derniers un statut juridique, l’Overseas Citizenship of India, encourage ses ressortissants installés en Grande-Bretagne ou à Maurice à construire des bâtiments cultuels, vante les succès de ses hommes d’affaires et des écrivains de la diaspora, tout cela avec une volonté de reconnaissance géopolitique. En retour, les minorités établies à l’étranger, visibles ou non, peuvent susciter des réactions hostiles dans les pays d’accueil, surtout en période de difficultés économiques et de chômage. Ce fut le cas en France dans les années 1930 contre les Italiens, les Polonais, les Belges, les juifs et, depuis les années 1980, contre les Maghrébins. La xénophobie se déchaîne aussi contre les Zimbabwaéens d’Afrique du Sud tués lors des émeutes de 2008.

9Les quelques exemples ici évoqués ne donnent qu’une image très imparfaite et incomplète de la richesse du dictionnaire. On ne peut émettre que deux réserves, non imputables aux auteurs : la bibliographie par pays est seulement consultable sur le site d’Armand Colin et la cartographie, résumée à dix cartes très générales, apparaît insuffisante, très certainement en raison du surcoût que l’éditeur aurait dû supporter. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage rédigé par Gildas Simon et ses collègues constitue une réussite éclatante par sa qualité scientifique, sa clarté modèle, la mine d’informations et de réflexions qu’il offre. On peut désormais mesurer l’importance des migrations internationales à toutes les échelles, depuis le déplacement régional jusqu’au phénomène mondial, repérer les itinéraires séculaires, apprécier les comportements humains traditionnels ou conjoncturels, constater que les États conservent pour l’essentiel la maîtrise des politiques migratoires et des processus publics d’intégration. Les déplacements de population à l’échelle internationale dont les manifestations peuvent être, grâce à ce livre, définies dans le temps et l’espace, ce phénomène si important à notre époque devient très intelligible. Le système français d’enseignement qui associe l’histoire et la géographie vise à former ainsi des citoyens qui ne soient ni amnésiques ni aveugles. Le Dictionnaire des migrations internationales qui lie étroitement et brillamment les deux approches montre la pertinence de ce choix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Simon Gildas, Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/7893

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Professeur émérite d’histoire, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page