Navigation – Plan du site

La mesure des flux migratoires entre la France et l’étranger : et si on parlait (aussi) d’émigration ?

The Measure of Migratory Flows between France and Other Countries. Let’s (also) Talk about Emigration!
La medición de los flujos migratorios entre Francia y otros países. ¿Y si hablamos (también) de emigración?
Franck Temporal et Chantal Brutel
p. 215-229

Résumés

La mesure des flux migratoires a toujours été complexe et délicate. Au cours des dernières décennies, la connaissance des flux d’immigration et surtout d’émigration est restée incomplète rendant difficiles les comparaisons internationales. La nouvelle méthode d’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger, mise au point par l’Insee et présentée dans cet article, nous offre une vision globale des migrations, en ce qu’elle permet de traiter, pour la première fois, de la question des sorties du territoire français, de la part d’étrangers, mais aussi de nationaux. Les premiers résultats de la période récente (2006-2014) indiquent que si la France reste un pays d’immigration, elle est aussi un pays de départ et donc un territoire d’émigration.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La mesure des flux migratoires, une équation tronquée ?
Des statistiques incomplètes
Des débats et des politiques centrés sur l’immigration
L’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger
Flux et soldes migratoires : éléments de définition
L’estimation des flux d’entrées
L’estimation des flux de sorties
Flux d’entrées et de sorties par catégories de population
Conclusion : changer de regard sur les migrations

Aperçu du texte

La mesure des flux migratoires est depuis toujours complexe et délicate. Au cours des dernières décennies, la connaissance des flux d’immigration et surtout d’émigration demeurait incomplète. Le démographe Xavier Thierry notait que d’après l’Office européen de statistiques (Eurostat), ces flux étaient inconnus pour sept des vingt-sept pays membres de l’Union européenne en 2005, dont la France (Thierry, 2008b). Les chiffres variaient beaucoup selon les pays rendant difficiles les comparaisons internationales. Ces difficultés ont longtemps été liées à la pluralité des sources utilisées pour mesurer les mouvements internationaux, mais aussi à la définition du migrant variant d’un pays à l’autre, notamment en ce qui concerne la prise en compte de la durée de séjour. Sur ce dernier point, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et les Nations unies ont formulé des recommandations visant à améliorer les statistiques produites par les États (ONU, 1998). Ils ont...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Temporal et Chantal Brutel, « La mesure des flux migratoires entre la France et l’étranger : et si on parlait (aussi) d’émigration ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/8270

Haut de page

Auteurs

Franck Temporal

Sociodémographe, Maître de conférences, Université Paris Descartes, CEPED, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris ; franck.temporal@ceped.org

Articles du même auteur

Chantal Brutel

Administratrice de l’Insee responsable de la cellule « statistiques et études sur l’immigration », Insee, 18 boulevard Adolphe Pinard, 75675 Paris Cedex 14 ; chantal.brutel@insee.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page