Navigation – Plan du site

Du social au biologique : les habits neufs de la « race » ? Entretien avec Magali Bessone et Claude-Olivier Doron

From the Social to the Biological: Refashioning Race. An Interview with Magali Bessone and Claude-Olivier Doron
De lo social a lo biológico: ¿el nuevo «ropaje» de la «raza»? Entrevista con Magali Bessone y Claude-Olivier Doron
Élodie Grossi et Christian Poiret
p. 249-270

Résumés

Il est communément admis en France que la notion biologique de race est scientifiquement invalidée depuis les années 1950. Pourtant, la « race », comme catégorie biologique, est loin d’être sortie des pratiques scientifiques. Au contraire, ces usages sont multiples et fragmentaires. La notion de race se transforme ainsi au fil de sa circulation entre disciplines des sciences « dures » et entre contextes nationaux. Et surtout, son usage comme notion biologique n’est pas cantonné aux seuls professionnels de la santé et des sciences naturelles. Aux États-Unis, les particuliers recourent à des tests génétiques pour s’affilier à des « races-ascendances bio-géographiques ». Des sociologues et historiens analysent les usages de la « race » en sciences « dures » et en médecine dans le contexte étatsunien, depuis une vingtaine d’années. Au regard de ce foisonnement nord-américain, les recherches en sciences sociales se font rares sur le sujet en France. Dans cet entretien, Magali Bessone et Claude-Olivier Doron proposent des lectures novatrices des modalités de construction et des usages des catégories ethniques et raciales dans le champ des sciences naturelles et de la médecine. Ils reviennent sur la pertinence de l’opposition entre constructivisme social et naturalisme lorsque ces paradigmes sont appliqués à la « race ». Enfin, ils invitent à déconstruire les usages parfois complexes de cette notion, en produisant des enquêtes empiriquement fondées dans le contexte français.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Il est communément admis en France que la notion biologique de race est scientifiquement invalidée depuis les années 1950. Pourtant, le 19 juin 2015, la prestigieuse Genetics Society of America a présenté les travaux d’un groupe de généticiens visant à définir quatre profils génétiques-ethniques distincts, issus du sens commun et des catégories institutionnelles, mais en les fondant sur des variations génétiques considérées comme typiques : les Blancs non Hispaniques, les Afro-Américains, les Asiatiques de l’Est (East Asians) et les Latinos.

La publication de ce texte, très diffusé, a valeur de piqûre de rappel : nous aurions tort de croire que la « race » (biologique et en l’occurrence génétique) est définitivement sortie des pratiques scientifiques. Au contraire, ses usages sont à la fois multiples et fragmentaires. La « race » connaît donc des mutations au fil de sa circulation entre les différentes disciplines des sciences « dures » qui la mobilisent, mais aussi selon les context...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Grossi et Christian Poiret, « Du social au biologique : les habits neufs de la « race » ? Entretien avec Magali Bessone et Claude-Olivier Doron », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 20 août 2017. URL : http://remi.revues.org/8320

Haut de page

Auteurs

Élodie Grossi

Doctorante contractuelle au CNRS en sociologie et histoire américaine, agrégée d’anglais, membre des laboratoires EPIDAPO et URMIS, Case 7027, 75205 Paris cedex 13 ; egrossi@socgen.ucla.edu

Christian Poiret

Maître de conférences HDR en sociologie, Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, Unité de Recherche Migrations et Société, Case 7027, 75205 Paris cedex 13 ; poiret@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page