Navigation – Plan du site

La renaissance de la « Route de la soie » : un mythe qui occulte les migrations internationales

Rebirth of the “Silk Road”. A Myth that Ignores International Migrations
El renacimiento de la «Ruta de la Seda»: un mito que oculta las migraciones internacionales
Julien Thorez
p. 297-317

Résumés

La « Route de la soie » est désormais l’une des principales notions utilisées par les acteurs politiques et quelquefois académiques pour décrire l’insertion des pays d’Asie centrale dans la mondialisation. Cette idée développée au XIXe siècle par le géographe allemand Ferdinand von Richtofen pour dépeindre les réseaux commerciaux reliant la Chine et l’Europe aux périodes antiques et médiévales est pourtant invalidée par la réalité des échanges internationaux de personnes et de marchandises. Les flux qui transitent par l’Asie centrale entre l’Europe et l’Asie restent en effet modestes au regard de la circulation mondiale, en raison de la primauté de la voie maritime. Par ailleurs, cette idée occulte les migrations internationales, alors même que la région a connu depuis une trentaine d’années des transformations considérables de son système migratoire qui bouleversent les sociétés et les territoires de l’Asie centrale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La renaissance de la « Route de la soie », un discours dominant
L’ouverture et le désenclavement, au fondement de la nouvelle « Route de la soie »
Derrière la « Route de la soie », des ambitions géopolitiques
« La Route de la soie », une illusion géographique ?
Entre internationalisation et marginalisation, une région en marge des grands courants d’échanges
« Route de la soie » vs routes maritimes, les limites des corridors continentaux
La « Route de la soie » est-elle une route informelle ?
Conclusion : prendre en compte les migrations internationales dans l’appréhension des territoires centrasiatiques

Aperçu du texte

La circulation des personnes et des marchandises a profondément évolué en Asie centrale au cours des dernières décennies. Depuis l’accession à l’indépendance du Kazakhstan, du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan, le système de flux a été bouleversé par le morcellement de la carte politique, le réaménagement des réseaux de transport, la réorganisation des entreprises suivant des principes capitalistes, ainsi que par la redéfinition de la demande de mobilité, qui est notamment liée à la multiplication des acteurs sociaux, économiques et politiques. Des flux se sont taris ou maintenus, d’autres se sont intensifiés ou sont apparus. Du point de vue des migrations internationales, les années 1990 et 2000 ont ainsi vu l’immigration des populations russophones quasiment s’interrompre et leur émigration connaître plusieurs phases d’intensification, tandis que les populations centrasiatiques du Tadjikistan, du Kirghizstan, puis de l’Ouzbékistan s’engageaient massi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Thorez, « La renaissance de la « Route de la soie » : un mythe qui occulte les migrations internationales », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/8365

Haut de page

Auteur

Julien Thorez

Géographe, Chargé de recherche au CNRS, Université Sorbonne Nouvelle, Mondes iranien et indien, 27 rue Paul Bert, 94204 Ivry-sur-Seine ; julien.thorez@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page