Navigation – Plan du site

La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration

Politics beyond Borders: The Political Sociology of Emigration
Política más allá de las fronteras: la sociología política de la emigración
Roger Waldinger
p. 319-334

Résumés

Cet article propose un cadre d’analyse de la sociologie politique de l’émigration. Il met l’accent sur les dualités logées au cœur du phénomène migratoire : les immigrants sont aussi des émigrants, les étrangers au sens juridique (aliens) sont aussi des citoyens, les étrangers au sens social (foreigners) sont aussi des nationaux, les exclus des sociétés de réception sont aussi les membres des sociétés d’origine. De la société d’origine mais n’étant plus dans cette société, les migrants sont des membres dont les connexions transfrontalières et les besoins d’adaptation poussent l’État émetteur à s’élargir au-delà des frontières, mais le fait de résider à l’étranger affaiblit leurs revendications d’appartenance. Dans la société de réception mais n’étant pas de cette société, ils ont accès à des ressources économiques et politiques qui leur permettent d’exercer de l’influence dans la société d’origine, mais en tant qu’étrangers leurs droits sont limités et leur acceptation incertaine, vulnérabilité qui peut s’aggraver lorsqu’un engagement continué à l’égard du pays d’origine suscite la suspicion des nationaux de l’État récepteur. Cette variété de conditions déclenche des interventions des États émetteurs qui cherchent à protéger et à influencer leurs nationaux résidant à l’étranger mais également à répondre aux revendications de ces citoyens à l’extérieur du pays et à les canaliser afin de mieux les récupérer. Cependant, l’extension au territoire d’un pays étranger empêche l’exercice du pouvoir et ne permet que l’exercice d’une influence. Et dans ce cas des interventions même limitées courent le risque d’enflammer les passions des nationaux déjà inquiets par la présence d’une population étrangère parmi eux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Transnationalisme
La citoyenneté à l’étranger
Être membre : la dimension identitaire
Participation : la politique des émigrants
Conclusion

Aperçu du texte

Les mouvements de population à travers les frontières nationales représentent un défi à l’isomorphie des États, sociétés et peuples que soulignent tout à la fois les sciences sociales et le sens commun. C’est pourquoi la migration internationale est un phénomène proprement politique bien ce soit un aspect largement négligé par la sociologie des migrations. La majorité des chercheurs en sociologie politique des migrations s’intéressent aux sociétés d’accueil et traitent des questions – liées mais distinctes – de la politique migratoire et de la politique des migrants. La première porte sur deux aspects : les politiques concernant les passages de la frontière qu’il s’agisse de la frontière – extérieure – du territoire, ou de la frontière – intérieure – de la citoyenneté ; les droits dont jouissent les étrangers résidant sur le territoire d’un autre peuple. Quant à la littérature sur la politique des migrants, elle concerne les moyens par lesquels les étrangers s’engagent dans la polit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Waldinger, « La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 20 août 2017. URL : http://remi.revues.org/8385

Haut de page

Auteur

Roger Waldinger

Sociologue, Professeur, Département de sociologie, 264 Haines Hall, Université de Californie, Los Angeles 90095, États-Unis ; waldinge@soc.ucla.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page