Navigation – Plan du site
Dossier thématique

The Arab Spring: A Revolution for Egyptian Emigration?

Le « printemps arabe » : une révolution pour l’émigration égyptienne ?
La « primavera árabe » : ¿una revolución para la emigración egipcia?
Delphine Pagès-El Karoui
Cet article est une traduction de :
Le « printemps arabe » : une révolution pour l’émigration égyptienne ?
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Roma and Gypsies in the Mediterranean: Circulating Categories, Maintaining Boundaries

Résumés

Cet article examine l’impact des révolutions arabes sur l’émigration égyptienne, selon les temporalités qui ont scandé la vie politique entre 2011 et 2015. Pendant cette période, sont apparus de nouveaux flux, motifs d’émigration (instabilité, insécurité) et pratiques transnationales (vote à distance). Le moment post-révolutionnaire s’est traduit par l’intensification des pratiques transnationales, par l’émergence ponctuelle d’un processus de diasporisation et, plus globalement, par une visibilité accrue des communautés égyptiennes à l’étranger. La force des connexions transnationales a réactivé les liens qu’entretenaient les migrants ou leurs descendants avec l’Égypte. L’émigration n’équivaut pas à une défection qui ferait disparaître toute loyauté: l’obligation morale de participer au développement de son pays a été le moteur de nombreux retours dans les premiers temps. Pour autant, le champ migratoire égyptien n’a pas été entièrement bouleversé par les révolutions arabes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

What were the Impacts of the Arab Revolutions on Migratory Flows of Egyptians?
Voluntary, Forced, and Deferred Returns
Voluntary (and often Temporary) Returns of Qualified Migrants
Forced Returns from Libya
Deferred Returns
Departures: Emigration Continues
Changes and Continuities in Emigrant Profiles
Unchanged Destinations and Reduced Opportunities to Migrate
Revolution as a Determinant of Migratory Trajectories?
The Consequences of the Arab Revolutions on Migratory Policies
The Repercussions of the Revolution on Egyptians Abroad
Mobilisations Abroad
Renewed Pride in being Egyptian
Transnational Political Engagement
Revolution as an Accelerator of “Diasporization”?
Voting Rights for Egyptians Abroad: A Postrevolutionary Innovation
The Traditional Mistrust toward Egyptians Abroad
The Mobilization of Egyptians Abroad to Obtain the Right to Vote
First Elections
Emigrants’ Increased Financial Contribution
Conclusion

Aperçu du texte

Me, I got out of there, I left Egypt partly for the same reasons that caused the revolution […] It was for social justice, I felt like we weren’t free in Egypt, that there are things we can’t say, can’t do.” Hussain, Paris, 15 Feb 2013 (cited in Ricci, 2013: 86).

In Egypt, emigration and revolution have structurally similar causes. The economic (unemployment, underemployment, low wages, etc), political (authoritarianism, corruption, clientelism, etc) and social (socio-spatial inequalities, patriarchy, high marriage costs, etc) dysfunctions that are among the main reasons for emigrating are, at the same time, the elements that sparked the 25 January 2011 revolution (Pagès-El Karoui and Vignal, 2011). Large-scale emigration has been encouraged by Egyptian public authorities since the 1970s, particularly for those with higher education. It has been a way of escaping the country’s dysfunctions, but also a means for exporting latent contestation and reinforcing structures of authoritaria...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Pagès-El Karoui, « The Arab Spring: A Revolution for Egyptian Emigration? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°3 et 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/8481

Haut de page

Auteur

Delphine Pagès-El Karoui

Lecturer at the INALCO, on secondment to the CNRS in the URMIS research unit (2014-2015). INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 PARIS; dpages@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page